Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

undefined
Une nouvelle année, veuve des promesses de l’ancienne, commence dès aujourd’hui alors que mon blog vient de se refermer.
Je voudrais vous dire comme la mienne a été intimement liée à la vôtre. Ces quelques mois de ma vie de blogueur m’auront prouvé, une fois encore, qu’à ne jamais tricher avec l’affection, elle vous revient en plein cœur.
Vous tous, que je connais si peu et tant à la fois, je vous serre dans mes bras pour vous souhaiter la plus belle des années…
La plus brûlante pour les sens,
La plus jouissive pour l’esprit,
La plus salvatrice pour la sérénité.
Alors, pas de repos pour vos cœurs… Qu’ils battent !
Qu’ils battent comme de joyeuses percussions et fassent oublier la triste musique métronomique de l’ordre établi.
La médiocrité qu’on veut nous imposer n’est pas une fatalité et elle ne doit pas prendre le pas sur nos exaltations.
Jean-Charles, mon compagnon de toujours se joint à moi pour vous embrasser en ces premières heures d'année bissextile.

« Pace et salute », mes amis.

Voir les commentaires

Wasis Diop / Hyènes / Dune

Un peu de mal à revenir sur ce blog… Mon cœur à nu m’interdit les épanchements habituels, mêmes si ces derniers sont le plus souvent contrôlés.
Oui, la semaine dernière, j’étais à Bizerte au creux d’une ravissante maison arabe traditionnelle avec ses terrasses et sa cour, où le bleu des faïences et des portes me rappelait celui de Sidi Bou Saïd si présent à ma mémoire. Le mesk elil qui grimpait jusqu’au balcon, inondait de son parfum les nuits profondes alors que je bavardais avec la propriétaire des lieux, une femme très belle, très brune, très douce, née en Tunisie, elle aussi, et porteuse, comme moi, d'une même mémoire. Les soirées s’étiraient à parler de ce passé qui nous amuse encore et où les jeux des enfants étaient si simples.
J’avais des choses importantes à faire à Bizerte, plein de belles choses à concrétiser… peut-être… si la vie veut bien laisser place à mes folies, si elle me donne le temps de quelques dernières excentricités avant de ne plus avoir le courage d’en faire.
Ce voyage sur la toile entre vous et moi, si beau et chaleureux soit-il est appelé à s’arrêter comme tous les voyages… Alors, pour me faire pardonner de devoir annoncer que je ne reviendrai pas sur ce blog avant longtemps ou peut-être plus jamais, voici encore ces images de ma vie…

Bizerte-le-vieux-port.jpgLe vieux port de Bizerte, avec au loin les remparts de la Médina...
Bizerte-le-vieux-port-4.jpgLes barques à deux pas du marché ouvert...
bizerte-le-fort-de-la-medin.jpgUne des tours de la citadelle qui entoure la Médina andalouse...Bizerte-ruelle.jpgUne des ruelles qui donnent sur le vieux port...
Bizerte-le-marche-2.jpgUn épicier à l'intérieur du marché couvert... Sa boutique est à l'identique de celles d'autrefois quand j'étais petit et que je faisais les courses avec ma mère.
Bizerte-le-marche-3.jpgDeux joyeux marchands de légumes en face de l'épicier...
bizerte-maison-3.jpgUn angle de la cour intérieure avec la porte d'une des pièces de la maison bleue... car c'est une maison bleue... accrochée à ma mémoire... on y vient à pieds... Bizerte-maison.jpgUne autre porte bleue dans un autre angle, près de l'escalier qui mène aux terrasses...
Bizerte-chat--1.jpgUn petit voisin tout hérissé de colère sur la terrasse d'en face...
Bizerte-maison-nuit.jpgLa cour en soirée...
 

main-de-lui.png
Je m'en vais sur la pointe des pieds.
   Mille baisers, mille remerciements...

Voir les commentaires

... je retrouve l'ombre de ma lumière... J'y suis si bien !
L'espace d'un instant, avant que l'aube ne se lève encore, j'en profite pour vous livrer cet aphorisme de Pierre Dac : « Si active qu'elle soit, la police n'arrêtera jamais le temps qui passe. »

Jean-Charles

Voir les commentaires


Porte-a-tozeur.jpg

   La porte se ferme pour quelques jours...
Demain et jusqu'à lundi, je serai en Tunisie
À très bientôt...

Voir les commentaires


Et la pluie battait les carreaux ; et le vent pliait les bambous.
Sur les vitres, l’eau glissait sans faiblir et rendait les arbres et les toits liquides… le ciel liquide, la route liquide comme des yeux inconsolables.

Mohamed-etude-2.jpg
Moi, ouvert sur mes trouées de soleil, je me battais avec la peur du temps qui passe, à me dire que ces heures de ma vie actuelle étaient des plus intenses, des plus inquiétantes, des plus arrachées au réel. Alors, ne sachant où me tourner, pour fuir ce ciel d’eau et mes pensées toutes aussi larmoyantes, je me suis noyé dans ces dessins de Mohamed qui trônent dans mon atelier…
Une fois encore je suis revenu à la source...

Mohamed-etude.jpg
    ... et une fois encore je retrouverai, mercredi, le vieux port de Bizerte au cours d'un voyage éclair, hélas... de seulement quatre jours.

Bizerte-le-port-0001.jpg

Voir les commentaires


les-demons-de-Manu.jpg
U
n peu de fantastique dans ce monde qui en manque cruellement
...
Clore nos paupières sur des rêves obscurs
, et les rouvrir sur des matins lumineux…
Moi, la nuit dernière, sur le plan « rêve obscur » j’ai été servi, puisque j’ai rêvé Roseline Bachelot dérobant un énorme cœur de cristal noir qui appartenait au gouvernement et dont il était le symbole. Afin de le dissimuler, elle le plaçait sur son dos, accroché à une grosse chaîne qu'elle avait autour de son cou et s’en allait sur la pointe des pieds en évitant le regard de Sarkozy tout habillé de velours rouge… ça me faisait mourir de rire dans mon rêve.
Bref, ce matin je ris moins, puisque cette charnelle ministre d’apparat (comme l’a nommée l'animateur Yassine Belattar de Génération 88,2 sur Canal+ le 28 novembre) est toujours là, toujours bourgeoise, toujours rigolote, certes, mais surtout... toujours incapable !
Quant à celui dont elle évitait le regard dans mon sommeil, il est bien là aussi, mais tristement vêtu de noir, pour ajouter à ma déprime.

Voir les commentaires


La-frogonde.jpg
I
l y a quelque temps, à l'occasion de l’anniversaire d’un de mes amis, je ne voyais pas du tout ce que je pouvais bien lui offrir ; c’est alors que je me suis souvenu qu’il était passionné par les grenouilles et les tableaux animaliers.

Aussi, comme j’adore créer des personnages grotesques, j’ai eu l’idée de lui peindre cette minuscule grenouille (moins de 20 cm de haut) sous forme de Joconde.
Ma petite « Frog » est devenue tout naturellement ma « Frogonde ».

 

Voir les commentaires


Hier, la terre a tremblé aux Antilles… Un séisme de 7,3 sur l’échelle de Richter qui en compte 9…   Dégâts matériels avant tout...
Hier soir, les écrans de télé ont trembloté d’un séisme de 0,1 sur l’échelle des promesses sociales qui en comptait tant… Dégâts humains assurés.
Alors, à chacun ses séismes...
Ce soir, le mien, s'appelle Jérôme...

Jerome.jpg
Pour longtemps encore, longtemps après…

Un regard, le sien, dans l’objectif… et le vent autour de ses cheveux, dans la nuit défaite, et le jour qui va poindre.
Pour longtemps encore, longtemps après…
Un regard, le mien sur l’écran… et la musique autour de son visage, dans le jour défait, et la nuit qui va poindre.Jerome.jpg
Jerome.jpgJerome.jpgJerome.jpgJerome.jpgJerome.jpgJerome.jpg



Voir les commentaires


Etude-Franck.jpg
C
ertaines études sont plus efficaces que des toiles terminées.
C’est le cas pour celle-ci dont le travail autour du visage de Franck, m’a toujours suffi.
Et puisque ce soir, Sarkozy va envahir nos écrans...
Et puisque je suis incapable de me concentrer sur son visage...
Et puisque rien ne me donnerait envie de le faire, et certainement pas ses propos qui, toujours, divisent le peuple, je vais me faire une petite cure de Rita Mitsuko, car, hélas... « Les histoires d’amour finissent mal en général », « C’est comme ça ! »...
Priorité aux artistes… eux qui rassemblent.
Bon voyage Fred…


Voir les commentaires


Au risque de déplaire à mon « hallouf » (cochon, en arabe) de fiston qui me préfère énervé sur des sujets de société, comme je l'ai été hier, je lui rappelle mon grand âge et mon besoin de m'évader... Aussi, fidèle à moi-même, je retourne donc, quoiqu'il en pense à des sujets de midinette, comme il dit...

Tunisien-rase-1-.jpg
Les enfants de Tunisie sont toujours prêts à rire avec vous…
À Menzel Bourguiba, ma ville natale, un de ceux-là m’éclata littéralement ; très fier de sa coupe de cheveux, il voulait absolument que je le prenne en photo… et devant ses copains qui se moquaient de lui et riaient de bon coeur, j’ai pris quelques clichés, dont ces deux, qui m’amusent toujours autant dès que je les regarde, car je me revois en train de les prendre avec, derrière moi, une quinzaine de jeunes hilares en train de  l'appeler « allouch » (mouton)…à cause de sa coupe de cheveux, justement.


Tunisien-rase2.jpg

Voir les commentaires

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog