Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

J'ai entendu aux infos qu'il était très sérieusement question de cloner nos dents et remplacer ainsi celles qui tomberont avec l'âge. Ces dernières, parait-il,  pousseraient normalement comme lorsque nous étions petits.
Les Japonais, preuve à l'appui, ont réussi cet exploit avec des souris.
Ils sont absolument convaincus que l'expérience sera tout aussi concluante chez l'homme, sauf que le cycle de la repousse devrait être plus long, de l'ordre de vingt ans.Donc, si une personne perd ses dents aux alentours de 70 ans, elle pourra, grâce à ce procédé, retrouver ses dents, juste avant qu'on l'enterre. Mais le plus amusant, le plus savoureux, sera de trouver une explication cohérente pour annoncer aux arrières petits enfants de ces anciens qui auront pratiquer ce clonage "dantesque" que leur pépé pleure parce qu'il « fait ses dents ».

Quelle misère !!!

Voir les commentaires

Comme je vous l'avais promis hier, voici le père et le fils... ainsi soit-il!


Guy, le père à l'âge de son fils © Giliberti / 2007




Cédric, le fils © Giliberti / 2007


Dès qu'il y a de la descendance, je vous tiens au courant.
Et comme les deux aiment la musique, voici le clip d'un amateur du groupe Weird Al Yankovic que j'adore...

Voir les commentaires


Ce tableau de Cédric a servi pour la pochette de mon livre « Le bruit paisible des secrets » sorti en octobre 2005.
C'est un tableau sombre et assez dramatique aux antipodes de sa personnalité.

Cédric est un garçon du sud.
Son père a posé pour moi, il y a plus de vingt ans, quand il n'était encore que le fiancé de Patricia, la soeur de Chantal, mon amie de toujours.
Ce qui fait qu'après le père, j'ai peint le fils, et avec un peu de chance si je ne suis pas en compagnie des pissenlits, je peindrais le petit-fils. Je trouve très originale cette filiation picturale.
Le père de Cédric était très beau avec ses yeux verts, ses paupières lourdes et érotiques et sa moustache de macho qui faisait tout son charme.
Cédric est un coureur de filles invétéré et très sûr de sa séduction. C'est vrai qu'il est beau et charmeur ( son frère aussi ). Il est très communicatif, vous séduit et vous désinhibe très vite. Il est drôle, très décalé de tout, et il se moque de Chantal et de moi lorsque nous lui évoquons nos folles nuits à Marseille dans la boîte gay des années 60 ( Le Cancan ) quand on s'éclatait comme des bêtes à danser jusqu'au petit matin et qu'on se retrouvait complètement HS à la gare St-Charles à attendre le premier train de 6h en partance pour Toulon.

Chantal et moi © Sylvie Brutinel

Que de souvenirs, que de fous rires, que d'insouciance...
Je vous posterais bientôt des photos de Cédric et de Guy ( son père ).
Quand on se réunit tous à Toulon ( les soeurs, les beaux-frères et les enfants ) et que le Pastis et le whisky circulent sans modération, je peux vous dire que l’ambiance est chaude et que les fous rires sont bien là.
J'adore cette famille, Chantal, Patricia, Sylvie, Michelle, Monique et Jean-Édouard, c'est un peu la mienne depuis le temps qu'on se connaît.

Royale Ségolène

Sans aucun rapport avec tout ça, j'ajoute que j'ai été très satisfait de la prestation de Ségolène Royal hier soir. Je la trouve excellente quand elle répond du tac au tac.
Elle n'a hésité que quelques secondes à la fin de l’émission quand une espèce d'insupportable vieux beau a péroré avec prétention et arrogance sur son incapacité à exposer des mesures claires... alors qu'elle n'avait fait que ça toute la soirée ! Son trouble s'est davantage ressenti lorsqu'elle a répondu à ses questions sur l'immigration en disant ( ce que personnellement j'ai toujours pensé ) que l'on pouvait concrètement mieux aider les peuples en difficulté en travaillant avec eux et sur place, pour éviter des migrations douloureuses.
Et cette espèce de prétentieux – qui prenait tout de haut et niait l’ensemble de son pacte présidentiel – lui a coupé la parole quand elle voulut préciser (pour justifier cette aide ) : « Nous avons tant pillé ces pays... » en lançant avec exaspération et de façon solennelle pour affirmer sa supposée autorité : « ne me faites pas ce coup-là, de grâce ! » genre – « Nous n'avons rien pillé ».
Alors que oui, mille fois oui, nous avons pillé, massacré, asservi au nom de Dieu et de notre prétendue civilisation !
Moi, je lui aurais fait fermer sa gueule en hurlant (car je ne suis pas du tout calme ).
Je ne rentre pas dans les détails, car je ressens encore de la colère pour ce connard et je voudrais rester digne sur mon blog car cette chiure de mouche n’en vaut pas le coup.
Comment Ségolène a-t'elle pu rester si digne  ?
Moi, je n’aurais jamais pu faire de la politique !
Bravo!

Voir les commentaires


Dans la poussière de ces années difficiles et pourtant exaltantes, j’aime à imaginer que nous sommes autre chose que des individus dépourvus de temps, de ce temps que nous avons inventé dès que nous sûmes l’estimer, de ce temps qui, aujourd’hui, nous incite à nous battre contre lui et à nous transformer en petits robots.
Avec les poètes, je veux penser que là-bas ou ici, devant ou derrière, existe encore un souffle de clairvoyance, une onde magnifique sur l’infini de nos erreurs, une respiration possible, un arrachement à la surdité et à la cécité ambiantes, une curiosité originelle.
La mondialisation qui devrait encourager la fraternité ne se réfère, hélas, qu’aux marchés et à la croissance.
L’occident fait les yeux doux à la Chine, à ses buildings qui poussent comme des champignons, à sa main-d’oeuvre bon marché, à ses travailleurs qui travaillent « eux » 70h par semaine (un rêve sarkosien).
Je ne sais pas si la croissance est la panacée, je suis bien trop novice en la matière, mais cette uniformisation des lieus et des gens est-elle nécessaire à l’humanité ?
Cela nous fera-t-il plus respecter l’autre dès lors qu’on aura voulu gommer sa différence au nom du profit et de la croissance ?
J’ai vu un reportage sur la Mauritanie, qui, satisfaite d’avoir découvert de belles ressources de pétrole, compte bien vivre du tourisme en installant une multitude d’hôtels sur ses rivages encore vierges de zones touristiques...
Ainsi, la Tunisie, que je connais bien, s’est trouvé défigurée en moins de vingt ans par des hôtels démesurés, des autoroutes (vides), des infrastructures gigantesques balayant les forêts, les paysages côtiers et faisant disparaître une multitude d’espèces animales et végétales.
Si parcellaire soit-elle, j’espère que notre conscience pourra encore s’étonner et se distraire d’un rivage sans hôtel et d’un pécheur sur sa barque.
Peut-il y avoir un progrès responsable qui laisserait à chaque pays son identité ?
Que seront nos voyages si nous devons ne rencontrer que les mêmes dortoirs, manger la même merde et voir ce qu’on nous dit de voir ?
Les lieux authentiques existeront encore, mais ils ne seront plus que des réserves pour milliardaires en mal d’aventure... les derniers « Nicolas Hulot » et "Arthus Bertrand" de la Terre.


Alors que les rites et les racines devraient rester inscrits dans chaque nouveauté, comme une signature qui perpétuerait les origines et nous ferait savourer toutes les différences, on veut nous imposer une vision unique comme on nous a imposé un Dieu unique.
Et, si ce Dieu percute encore l’imaginaire de bien d’entre nous, lui qui, comme le temps, comme l’argent, comme le pouvoir, fut inventé par nous, que cette passion stérile ne nous égare pas.
Après tout, nous, nous sommes certainement Dieu et cette simple appartenance devrait nous rappeler que nous avons le devoir de préserver ce que le hasard, ou la chance, nous a légué : notre futur, plutôt que de nous abrutir de tout ce qu’il y a de plus facile, dans ce complot des affairismes et des égoïsmes qui nous assujettissent.
Notre conscience devrait nous rappeler, comme dans certaines tribus, l’oralité de nos années préparatoires pour devenir les hommes d’aujourd’hui et nous apprendre à mieux nous regarder, pour éviter que dans un monde futur sans surprise, grandisse notre solitude... et je pense au tableau d'Edward Munch "Le Cri" qui n'est jamais qu'une métaphore de la solitude de l'homme moderne.


Rêvons...


© F Giliberti / Halkidiki / Grèce

Je veux être ignorant
Et apprendre avec toi
Je veux être lavé
Et me salir de toi
Je veux être l’esclave
Et régner dans tes yeux
Je veux l’eau puis la terre
Et me taire dans ce lot.
© Giliberti / 2007
 

Voir les commentaires

Eh oui les lâches ont la vie dure... mais ça y est, Papon a crevé!

Je vous conseille un livre magnifique « A Vanished World » de Roman Vishniac, avec une préface d'Élie Wiesel,qui est en vente au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme à Paris, lieu d'une exposition bouleversante jusqu'au 25 février sur cette époque tragique du nazisme. C'est un livre de photos en noir et blanc, qui au fil des pages, de visages humbles en sourires d’enfants innocents, met en lumière – alors que les juifs étaient traités de nantis et de responsables de tous les malheurs du monde – combien il y avait surtout de juifs modestes pour ne pas dire miséreux.

© A Penguin book

Cette époque tragique m’a toujours bouleversé, et ce, depuis mon jeune âge, car, à Toulon, alors que j’avais tout juste douze ans, mes parents m’avaient amené voir une exposition de photos sur le génocide des juifs. Je n’ai jamais oublié les visages décharnés et hébétés de ces prisonniers dans les camps de concentration et à l’instant même où j’écris je ressens toujours ce malaise qui m’empêche de continuer. Que pourrais-je dire de plus? Tout le monde connaît l’horreur de la Shoah.
Quant au clip qui suit, pas de commentaire, si ce n’est pour un détail : c’était la musique, mais simplement chantée  par une femme, qui ouvrait ma pièce de théâtre " Le centième nom" avec en fond sonore le bruit des grillons.

Voici un extrait d'un texte de l'auteur des photos.

“Je n’ai pas pu sauver mon peuple, j’ai seulement sauvé son souvenir. Pourquoi ai-je fait cela ? Un appareil photo caché pour rappeler comment vivait un peuple qui ne souhaitait pas être fixé sur la pellicule peut vous paraître étrange. Était-ce de la folie que de franchir sans cesse des frontières en risquant chaque jour ma vie ? Quelle que soit la question, ma réponse reste la même : il fallait le faire. Je sentais que le monde allait être happé par l’ombre démente du nazisme et qu’il en résulterait l’anéantissement d’un peuple dont aucun porte-parole ne rappellerait le tourment. [...] Je savais qu’il était de mon devoir de faire en sorte que ce monde disparu ne s’efface pas complètement...”

Roman Vishniac

Voir les commentaires


Il y a quelques jours, j’étais en visite chez Marie-France et Robert, des amis très proches qui vivent dans une chaleureuse maison nichée dans cette campagne normande où le Méditerranéen que je suis se sent toujours un peu échoué malgré la beauté des paysages, les jardins profonds et les pommiers en fleurs.
Nous parlions de tout et de rien (surtout moi, comme d’habitude, origine oblige!), et nous en somme arrivés à regarder des photos de jeunesse, à remonter le temps jusqu’à confondre les années, à parler sans nostalgie du passé comme s’il était présent, et à le relayer à notre quotidien.
Je contemplais avec émotion la Marie-France de ce temps enfui et dont la grâce, le regard pudique et le sourire gourmand avaient quelque chose de radieux.
Nous évoquions la fraîcheur de ces années où un vent de liberté et d’innocence soufflait encore dans nos têtes ; 68 n’était pas très loin et il nous restait beaucoup à aimer, beaucoup à découvrir, beaucoup à partager. Les douleurs du cœur, comme celles du corps restaient improbables, quelque part dans un avenir estimé encore bien loin.

Et voilà qu’aujourd’hui, alors que je cherchais un papier, je tombe sur des poèmes de mes vingt ans, quand j'aimais les vers qui riment et dont je me suis détaché en rencontrant l'oeuvre de René Char et celle de Saint John Perse.
Ce poème est le témoin de l'énergie et de la fougue que me donnaient mes ambitions. Je ne résiste pas à vous le faire partager. Je voulais y joindre une photo de cette époque, mais mon scan a rendu l'âme. Aussi, je vous en propose une autre où je devais avoir vingt-cinq ou vingt-six ans… Aucun voyeurisme, aucun regret, aucun nombrilisme, juste une tendresse pour ce garçon de ces années-là que je considère désormais comme mon fils…
Je me suis adopté !
C’est dans l’air du temps, non ? Et ça évitera d’attendre qu’une loi le permette ; je vais tâcher de bien m’éduquer :o)



© JCF Fischhoff / 2007

Dans les cafés, les musiques
Et dans mes yeux, la fumée.
Je passais là, héroïque
Mais déjà trop rétamé
De ces bordels assoiffés
Où je giclais mes rancunes
Du fond de lits jamais faits
Dans des trous comme des lacunes.

Puis, vidé et inutile
Je me traînais jusqu'à toi
Pour te voir si docile
T'entrouvrir sur les draps.
Alors, sous tes cris et tes larmes
Je vomissais mes aigreurs
Et te pointais de mon arme
À seulement viser mon coeur.

© Giliberti / 2007
 

Voir les commentaires



Salim Kechiouche et Samuel Ganes dans "Le centième nom" © Giliberti / 2007

Hier, je vous parlais de cinéma tunisien et ça m’a donné aujourd’hui, l’envie de vous parler de ma pièce « Le centième nom » et de Salim kechiouche qui a été un si beau et si talentueux Jihad quand il l’a jouée en compagnie de Samuel Ganes, à Reims. Quel dommage que le projet de monter cette pièce à Paris batte des ailes pour tout un tas de raisons qui ne m’appartiennent pas! Sauf quand j’ai refusé la proposition de Bernard Omnes qui, même s’il est un excellent metteur en scène, prenait tant de liberté avec mon texte, que je ne retrouvais plus rien de mes intentions. Cette appropriation avait quelque chose de frustrant. Il en était arrivé à me demander de marquer « D’après la pièce de Michel Giliberti », c’est dire les changements.
C’est Renato Ribeiro ensuite qui décida de la mettre en scène et de la faire jouer dans son théâtre de la Commedia, avec Hicham Nazzal dans le rôle de Jihad et Samuel Ganes dans celui de David ; c’était parfait, mais quelques problèmes suffisamment graves l'ont obligé de reporter l’opération. depuis j’attends…
Parfois, je me demande si je ne devrais pas m’impliquer davantage et m’en occuper moi-même, mais j’avoue que si l’ambition artistique me dope, les frais de production la freinent… En attendant, je vous laisse avec ces photos qui me rappellent tant de souvenirs. C’était très émouvant d’entendre mes mots dans la bouche de ces deux acteurs et la vie qu’ils donnaient au personnage.


La fin du spectacle...
J'ai la chance d'être au milieu de Salim et Stéphane qui m'ont fait monter sur scène le soir de la dernière.

La mise en scène était de Stéphane Aucante qui me donna bien des soucis, non avec sa mise en scène à proprement parlé, qui était intelligente et assez spectaculaire, mais avec son choix d’avoir coupé tous les passages politiques essentiels, traitant de la réalité israélo-palestinienne, car sans eux, la pièce perdait beaucoup de sa virulence et s’arrêtait trop aux sentiments ambigus des personnages.
Quoi qu'il en soit, j’espère que cette pièce se montera. Moi, je voudrais en faire un film.


Salim Kechiouche et Samuel Ganes dans "Le centième nom" © Giliberti / 2007


Voir les commentaires



La semaine dernière
en Tunisie, j’ai vu deux films à La Marsa.
Le premier s’appelle "Kahloucha" de Nejib Belkadhi et le second "Making off" de Nouri Bouzid.
Le premier était très particulier, très amusant et difficilement racontable, car c'est une histoire dans une histoire, traitée comme un documentaire sur la vie d'un metteur en scène qui a toutes les difficultés du monde à monter un film, mais qui, par contre, possède autant d'astuces et de combines jubilatoires bien que souvent épuisantes pour y parvenir.

Je vous livre le clip de la musique de la bande originale.



Le deuxième, "Making off" de Nouri Bouzid, qui a remporté, lors de la dernière session des JCC (journées cinémathographiques de Carthage) le Tanit d'or et a valu à Lotfi Abdelli le prix de la meilleure interprétation masculine, est un film extraordinaire pour qui veut comprendre davantage le Maghreb, même si ce film exclusivement tourné en Tunisie ne concerne que ce pays. On y montre les risques d’islamisation de jeunes parfois paumés ; le tout est brillant, enlevé, terriblement moderne et filmé avec une justesse de ton formidable. Les acteurs sont d'un naturel epoustouflant ; je suis tombé amoureux du travail de ce metteur en scène qui a trouvé en plus de subtils moyens pour parler d'un sujet tabou et aussi grave que le terrorisme sans faire de la provocation.
Si vous voyez "Making off" dans les salles en France, courrez-y. C’est un vrai voyage initiatique dans la Tunisie modeste, loins des clichés des magasines touristiques et des hôtels luxueux qui ne donnent pas envie d’aller plus loin que leurs piscines.
On y découvre une jeunesse sulfureuse et tendre à la fois, attachante et bringuebalée entre les traditions de l’Orient et les images sulfureuses des télés de l’Occident. On comprend alors que le mélange peut-être explosif, même si la Tunisie est un des pays musulmans des plus protégés sur ce plan-là.

Je n'ai pas réussi à trouver la bande son de ce film, par contre j'ai ces quelques instants volés dans une soirée VIP à Tunis, où l'on voit le metteur en scène Nouri Bouzid (personnage central
en costume et crâne rasé) danser au milieu de jeunes gens.

Voir les commentaires

La solitude est si vaste
Et le monde si étroit
Pourrait-on me prédire
Un enclos qui m’enchante ?

© Giliberti / 2007
 

Renoncer et pourtant toujours…
Renoncer et pourtant encore.
Tes renoms, tes symboles
Mes rancoeurs, mes écarts
Me font battre les rues
De mon pas inutile.

Renoncer et pourtant devoir…
Renoncer et pourtant savoir
Que sans cesse dans mes nuits
Tes probables atouts
Sauront bien m’incendier
De leur sens facile.

© Giliberti / 2007


Voir les commentaires



Moez © Giliberti / 2007

Me voici de retour de la Tunisie et je retrouve avec plaisir mes chères habitudes, mes bruits, mes silences, mon amour… le jardin.
Comme souvent lorsque je suis là-bas, je perpétue mes inquiétudes et mes insurmontables faiblesses, car, vivre en Tunisie, implique chez moi une grande solitude à l’écoute de mes mystères et de mes attentes. Ce pays est un peu un laboratoire où j’apprends à me connaître et à mesurer la distance parcourue depuis le jour où je le quittais pour la première fois.
Je sors peu, j’écris beaucoup, j’arrange la maison, je m’occupe des plantes. Je visite ou reçois de temps à autre les amis. Je ne me mêle pas vraiment à la vie extérieure par paresse et aussi par peur des possibles rencontres qui m’obligeraient. Je reste simplement ouvert à tous et à toutes, mais je ne m’implique que dans l’ordinaire des choses. J’ai tellement été à la rencontre des autres pendant des années que ce repli ne me prive de rien. Je ne peux pas, je ne sais pas avoir trente-six mille connaissances qui captureraient mon autonomie et briseraient ma capacité à m’intérioriser.
Cette année, Sihem, une amie, m’a laissé sa grande maison à deux cents mètres des ports puniques (un espace que j’adore pour tout ce qu’il représente d’historique et pour son calme et sa beauté) et de la mer ; je m’y suis barricadé.
 
Un bout des ports puniques © Giliberti / 2007

J’avais besoin de faire le point et j’ai trahi Sidi Bou Saïd pour écouter les bruits de Carthage…
 

Un bout des ports puniques © Giliberti / 2007

Les oiseaux d’abord, très tôt, puis à huit heures précises l’hymne national du collège secondaire derrière les oliviers et les palmiers. Plus tard, la musique lancinante de quelques radios lointaines... puis les cris enfin, les rires, les jeux des élèves pendant la récréation et la sortie du collège… la vie, quoi ! cJ’écoute ; tout juste bon à capter les sons qui ne me parlent pas, (je comprends trop peu l’arabe) et qui surgissent, éclatants et vigoureux comme une musique qui pulse dans mes veines.


Collège  secondaire en face de la maison © Giliberti / 2007

C’est toujours très étrange d’entendre un flot de mots dans leur secret, et soudain, d’en capter quelques-uns, compréhensibles, qui vous donnent un peu du sens des conversations qu’ils animent… comme une phrase musicale simple ferait son entrée dans une composition complexe et aussitôt, l’allégerait.
C’est aussi une clef, un passeport pour une musique du langage qui vous échappe et qui revient, syncopée de quelques points d’encrages salutaires.
Mémoire des mots et des passions.
Mémoire des petits riens et des grands touts.
Liens entre la poésie et la rigueur d’une langue. De l’abandon et du réveil.
Ce que j’évoque là, me rappelle qu’un soir, alors que je regardais la télé, j’ai vu Sarkozy affirmer avec une belle assurance et une supériorité de ton dont il a le secret, que les étrangers s’installant en France devaient apprendre le Français, le parler, le lire, l’écrire… Et comme j’étais en Tunisie, ses mots avaient une autre résonance. Ils me donnaient à penser à ces colons français qui, installés dans tout le Maghreb pendant plus d’un siècle, ont imposé aux Marocains, Algériens et Tunisiens le français sans jamais faire l’effort d’apprendre la langue arabe. Ils leur volaient leur terre, mais encore leur identité… Prétention française, arrogance française… et ça continuera avec ce petit coq !
Étrange voyage en réalité que le mien en ce mois de février ensoleillé et chaud. Incroyablement chaud.
J’étais parti pour faire un petit saut bénéfique avant un autre plus grand et bien plus difficile dans ma vie future cernée de tant de dangers, mais ce fut un voyage dans l’arrêt des choses et des gens.


Moez © Giliberti / 2007

Je remercie Sihem pour sa grande générosité, ses preuves d’amitié tout au long de nos grandes conversations, et pour m’avoir incité à voir deux films tunisiens formidables dont je reparlerai plus en détail ; merci aussi à sa cousine Zeineb, à Saïd et ses amis, Moez toujours là, calme, patient et à l’écoute, Sybille étrange et retenue, presque mystérieuse qui m’a invité dans un des plus beaux restaurants de Tunisie, un vrai palais de contes des mille et une nuits ; merci à tous ceux qui savaient que cette année, mes vacances étaient  une convalescence de l’âme pour nommer plus poétiquement mon mental assez malmené ces derniers temps devant  mes incertitudes de la vie.


 Moez © Giliberti / 2007

Bien… Il va falloir me réveiller du sens aigu du tragique et jouer avec celui, plus flou, mais tout aussi pervers de l’anodin.


Voir les commentaires

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog