Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti



Et si le noir t’allait si bien
Et s’il collait tant à ma peau,
C’est qu’à l’usure des mots de trop
Venait l’ennui des cœurs meurtris
Venaient l’étrange et puis l’oubli
Toutes ces choses ébruitées
Qui nous plongeaient dans l’amertume


Et si le noir t’allait si bien

Et s’il collait tant à ma peau
C’est aussi qu’à grands cris et gestes
Venaient de l’ouest tant de nuages
Venait du nord, tant de grisaille
Tous ces embruns accumulés
Qui nous éloignaient du soleil.

© Giliberti / 2008

Voir les commentaires



Un christ ? Un Homme ? Les deux à la fois ?
Un bobo ? Un coup de lance ?
L'imagerie est terrible et son sens, pervers…
Magritte avait bien peint une pipe ; tableau intitulé "Ceci n'est pas une pipe".

Dès qu’on écarte les bras, dès qu’on se blesse, dès qu’on porte les cheveux longs, se doit-on de d'être le fils à son papa et de sauver les hommes ?
Falsification ? Piston?

Voir les commentaires


Quoi ?... Je ne vous avais pas dit que j'avais un job en Tunisie ?


Voir les commentaires


J’aime à penser que je ne savais rien d’autre que les pluies et les grands soleils qui lavaient et séchaient ma peau.
J’aime à penser que je n’étais rien qu’un jouisseur des choses de cette Terre et que le danger, quand il se présentait, devait me rendre simplement courageux…
J’aime à penser que depuis la nuit des temps, c’était ainsi pour chacun…
Et puis, un jour, certains commencèrent à émettre des idées sur notre devenir et formulèrent ce qui devait nous convenir.
Dès lors, ces « grands éclaireurs » nous ont plongés dans une belle nuit.
J’écris juste quelques mots en l’air, quelques mots venus de mon amertume depuis que j’ai appris qu’il ne restait plus qu’une centaine de lynx au monde, que des milliers d’autres espèces allaient disparaître mais que l’info principale demeurait la crise boursière.
On tente de sauver l’argent qui n’existe pas et l'on tue ce qui existe depuis toujours.
Comment sommes-nous arrivés là ?

Voir les commentaires



Si bleue, l’histoire de nos vingt ans
Si bleue, l’aurore de nos amours
Quand le corps ne connaît rien du poids des ans et qu’il s’envole jusqu’à l'immense
Quand un seul mot de l’autre nous fait et nous défait
Quand au royaume de ses partages, nous sommes rois et puis sujets...


© Giliberti / 2008






Voir les commentaires



Nous reviendrons un bel été nous contenter de nos racines
Et puis des baies
Et puis des sucs

Nous reviendrons un dur hiver nous satisfaire de nos destins
Et puis des mots
Et puis des sens

Nous reviendrons un doux automne nous abreuver du grand passé
Et puis des pourpres
Et puis des bleus

Nous reviendrons un vert printemps nous rassasier de lendemains
Et puis d’aimer
Et puis... d'aimer

© Giliberti / 2008

Voir les commentaires



Si je parle de ce tableau qui traite de la religion et de sa capacité à nous faire ployer sous le poids de ses dogmes et à nous embourber dans une gangue de culpabilité, c’est parce qu’aujourd’hui, le pape (vous savez, cet épouvantail érudit) a affirmé que la seule solution contre les maladies sexuellement transmissibles, demeurait la fidélité.
Le préservatif, une fois encore, était l'objet de tous les délits.
Je n’ai rien contre la fidélité, mais de là à nier le moyen essentiel de protection que représente le préservatif, est tout simplement scandaleux et assassin !

Voir les commentaires



Je t'ai tant regardé à l’ombre des résineux
Je t'ai tant gardé dans nos étés complices

Tu es toujours à mes côtés quand, en réponse aux jours heureux, vient l’insomnie de ceux qui restent encore à m'incendier.

Je t’ai tant dessiné, tant photographié, tant peint…
Je t’ai tant écouté
J’ai tant écrit sur toi

Un conte à vivre, un vrai voyage
Une amitié de chaque instant qui par là-bas, solide et généreuse, recèle le miel des jours heureux.

Voir les commentaires


Je n'assisterai malheureusement pas à ces toutes dernières représentations du Centième nom mais,
pour les acteurs et toute l'équipe du théâtre L'oeil - La Lucarne qui le mérite tellement, soyez au rendez-vous...






Une fois encore, je remercie Jean Pierre Terracol, qui manifesta si vite l'envie de mettre en scène cette pièce, elle-même écrite dans la plus grande des urgences.
Et puis à toi, Ahmed Alami,
Et puis à toi, Lionel Heches,
Vous qui avez endossé ces rôles difficiles, vous qui êtes devenus Jihad et David, je vous serre dans mes bras et vous embrasse avec tout l'amour que je vous porte.

Voir les commentaires

Sufi Dialogue - Egyptian Nile Music
Je parle peu de Tunis, et pourtant, c'est une ville que j’adore entre toutes. Elle reste humaine malgré une effervescence étonnante.
Les soirs d’été, entre la chaleur, le bruit et les odeurs épicées des restaurants, c’est un pur délire. Les Tunisiens aiment sortir, faire la fête ou se promener en grappe sur les trottoirs.
Mais à Tunis, il y a aussi la Médina. Elle me passionne comme me passionnent toutes les médinas.
Le labyrinthe de leurs ruelles, leurs vieilles maisons aux portes parfois somptueuses, tout est matière à me plonger au centre de contes faits pour moi, de mes promesses d'Orient.
Chaque demeure est fermée sur un mystère et chacune d’elles me force à imaginer quel serait le mien à l’intérieur du patio qu’elle ceinture.
tunis-b-2Commençons par le commencement... Un bout de la piste de l'aéroport de Carthage. On arrive. Attention au coeur qui bat...tunis-b-1
Voici l'entrée des souks de la médina à la fin de la grande avenue Habib Bourguiba. Il est difficile de se faire une véritable idée de l'ambiance sans les bruits, les klaxons, les parfums et les vibrations . C'est électrique ! Les photos sont si peu parlantes.
C'est là que se trouve la « Porte de France » dont le nom arabe reste toujours la « Porte de la Mer », Bab el Bhar... tellement plus beau et qui rappelle que cette médina, comme toutes les médinas, se trouvait en bordure de mer et le serait encore si, entre temps, quelques colons français n’en décidèrent autrement et à grand renfort de remblais, firent reculer la mer pour mieux construire... construire et servir leurs intérêts.
Ah... l’arrogance des colonies ! (même quand ça s'appelle "protectorat)
Tunis-b-9Les portes de la médina émaillent ses ruelles de leurs couleurs et de leurs mystères ; chacune d'elles dit quelque chose, chacune d'elles vous parle... le bleu et puis le jaune de celle-ci me donne à voir le ciel et le soleil... 
tunis-b-6Dans une des nombreuses impasses, cet écrin ombragé protège l'architecture sublime de ce petit palais pas loin de la rue du Pacha, rue très connue qui porte jusque dans son nom les influences turques qui l'habitèrent.
Tunis-b-7À deux cents mètres plus loin, sous ce porche, les portes bleues d'une maison blanche à vendre. Immense maison que j’ai visitée et qui, pendant longtemps, a gardé mes rêves à l'ombre de ses murs comme d'autres d'entres elles.
tunis-b-8Un petit angle de la même maison avec deux de ses fenêtres par lesquelles j'ai tant espéré bien passer un jour la tête...
tunis-b-5 Sur les hauteurs de Tunis, le belvédère, ce parc immense à la végétation luxuriante, le poumon de la ville. ici, à son sommet, l'intérieur de sa kouba construite en 1900 et présentée à l'exposition universelle de Paris.
Tunis-b-4Et dans cette kouba, une surprise... pour le "plaisir des yeux", de mes yeux, comme disent les Tunisiens...

Voir les commentaires

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog