Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>

 

Me retrouver en France implique que je fouille dans les vieilles boîtes à photos, articles et autres souvenirs sur papier qui ont toujours su m’amuser, m’attendrir sans jamais me faire regretter le temps qui passe, car je n’ai pas l’impression qu’il s’agit de moi.

Et ce matin, je tombe sur cette photo où je devais avoir 13 ans, je pense… quel sérieux !

Voir les commentaires

On dit de Douz que c’est la porte du Sahara et c’est vrai, on le respire de toute part et le sable qui n’a pas de frontière s’invite pour vous le prouver. Il est dans vos chaussures, dans vos poches et souvent dans vos yeux, vos oreilles, mais qu’importe, vous êtes aux confins de l’immensité et si le désert ne vous tente pas, il reste l’ombre verte des palmeraies envoutantes. Bien sûr, on voudrait tout photographier, surtout pendant les quatre jours de grandes fêtes comme le Festival international du Sahara, en décembre où les coutumes nomades sont mises en avant avec des spectacles de courses de chevaux, de dromadaires, des danses folkloriques, le tout dans une effervescence qui vous fait tout oublier du présent en vous emportant loin de vous même, et croyez-moi, s’oublier est une chose nécessaire… mais les guides touristiques et le net sauront vous décrire tout cela. Moi je n’aime parler que des émotions visuelles et comment ne pas en avoir devant ces hommes du désert, ces bédouins, ces Touaregs dissimulés derrière les "Lahfa" qui ne laissent apparaître que leurs yeux noircis du khôl qui les protège de la lumière intense et des tempêtes de sable... Mais ce khôl ajoute aussi à leur séduction et ces hommes le savent bien qui vous regardent avec tant d’insistance lorsque vous les prenez en photos.

MG

PS Les trois études à la fin de ces photos (encre et crayon) ont été faits sur place.

Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert
Douz... La porte du désert

 

 

Voir les commentaires

À l’ouest de la Tunisie, sur la route du kef, à un moment donné, la route serpente entre des paysages d’une beauté inouïe. Finis les clichés faciles, on entre dans la légende qui pousse aux aphorismes. Tout y est continuel et harmonieux, de la roche rousse, érodée, aux vallons alanguis éclaboussés d’une végétation qui embaume l’air. On y voit encore des papillons, des libellules, des sauterelles et près des cours d’eau, des grenouilles. On rencontre des bergers sereins qui ont tout compris de la vie, des enfants souriants, des commerçants circulant sur des ânes.

Ces lieux de grande sérénité et de silence donnent à croire qu’un message vous est délivré et qu’il faut en tenir compte. Il règne là, la plus inspirée des symbioses entre nature et perception des choses de ce monde. Ces paysages quasi bibliques parviennent à panser les blessures secrètes et croire de nouveau en l’homme.

MG

site https://www.singulart.com/fr/artiste/michel-giliberti-16755

site https://www.michel-giliberti.com/

blog http://michelgiliberti.com/

 

Sur la route du Kef
Sur la route du Kef
Sur la route du Kef
Sur la route du Kef
Sur la route du Kef
Sur la route du Kef
Sur la route du Kef
Sur la route du Kef

Voir les commentaires

Sur la route de Tunis, au retour de Menzel-Bourguiba, cette petite maison d’époque coloniale m’a littéralement happé. Arrêt en catastrophe pour la capter ! Comment vous dire ? Dans l’air brulé de cette fin du jour, dans l’exhalaison des herbes aromatiques, elle me parlait. Au regard de son emplacement en bord de route, je me suis dit qu’elle offrirait une halte magnifique aux voyageurs. J’imaginais quelques tables et chaises, à l’ombre des eucalyptus ; le plaisir d’être assis côté cour avec vue imprenable sur la campagne. Il suffirait de le vouloir. Il suffirait d’un désir de vie. Les temps courent si vite qu’ils nous dépassent désormais. Bientôt tant de ces murs blessés, tant de ces murs abandonnés s’effondreront et reposeront au sol comme autant de pierres tombales.

MG

 

 

 

Voir les commentaires

Très heureux d’être exposé ( photos) en ce moment dans l’écrin du somptueux Musk ad Amber gallery (angle rue Ghar El Melh et la rue du Lac Maleren, Lac Tunis, Tel 71 861 355

Voir les commentaires

La Goulette est une ville tunisienne tout à fait particulière, cosmopolite, populaire et sympathique. Lorsqu’on se promène avec son appareil photo, il n’est pas rare que la jeunesse vous demande de la photographier, comme ici où je me baladais sur les bords du canal qui ouvre sur la mer.

Images simples, joyeuses, nécessaires par ces temps difficiles où tout vous ramène à la triste réalité sanitaire.

MG

Voir les commentaires

Aquarius / MG / Huile sur toile / 80x80

Aquarius (verseau) dernière toile à ce jour et dont le titre s’est imposé immédiatement. Je ne crois pourtant pas en l’astrologie, mais cette interprétation symbolique des planètes a son charme ; pour moi qui suis de ce signe, ce visage tourné vers le ciel et à la recherche d’un air plus haut que terre, ces yeux papillons... oui, ce ne pouvait être qu’un Verseau !

MG

 

Voir les commentaires

L'innocence contrariée / Dernier tableau en date / Huile sur toile / 146x97

L'innocence contrariée / Dernier tableau en date / Huile sur toile / 146x97

Voir les commentaires

Je ne poste jamais les vidéos qui traînent sur le net où l’on me voit chanter sur des plateaux télé, trimballant ces monstrueux brushings des années 70 et toutes mes maladresses, mais cette vidéo-là, simple diaporama, m’a touché. Il faut dire qu’on y entend l’une de mes chansons écrites et composées à 15 ans alors que j’étais transi d’amour pour une certaine Myrtille qui m’ignorait, grave ! Pouvais-je prévoir que 12 ans plus tard, j’enregistrerais mon premier album chez CBS et que ce serait Michel Bernholc, le si talentueux pianiste qui signa tant d’orchestrations pour Véronique Sanson, Michel Berger ou Françoise Hardy, pour ne citer qu’eux, qui en assurerait les miennes ? J’en profite, au passage, pour remercier Ève Gabin que je ne connais pas, auteure de ce diaporama. Par contre, à un moment, on y aperçoit la détestable pochette en noir et blanc bordée d’orange de mon premier single datant de 1973. En effet, la veille de cet abominable cliché, je m’étais fait arracher deux dents de sagesse, et par timidité, je n’avais pas osé remettre le rendez-vous prévu avec le photographe. Du coup mes joues sont gonflées comme celles d’un hamster repu.

MG

 

 

Voir les commentaires

Asma et moi

Asma et moi

Amine et moi

Amine et moi

Asma et moi à la galerie Art Concept Store qu'elle dirige et où je suis exposé depuis déjà quelques jours. Toujours heureux d'exposer dans cet espace.
MG

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>
Haut

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog