Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Xavier-1-copie-1

Vague à l’âme et clair obscur des souvenirs. Martèlement du temps qui passe. Questions sans réponses
Sommes-nous si peu pour tant attendre de nous ?

 

commentaires

Denis 01/10/2010 12:18



Un Ange captif du temps, qui m'évoque celui évoqué par Baudelaire dans son poème "Réversibilité", notamment le passage :


"Ange plein de beauté, connaissez-vous les rides,


Et la peur de vieillir, et ce hideux tourment


De lire la secrète horreur du dévouement


Dans des yeux où longtemps burent nos yeux avides ?


Ange plein de beauté, connaissez-vous les rides ?"


La beauté de ce visage, de ce regard, suffirait en tout cas à effacer en soi les rides de l'âme, les plus difficiles à soigner, et à suivre le Poète :


"Ange plein de bonheur, de joie et de lumières,


David mourant aurait demandé la santé


Aux émanations de ton corps enchanté;


Mais de toi je n'implore, ange, que tes prières,


Ange plein de bonheur, de joie et de lumières !"


Grâces vous soient rendues de nous laisser entrevoir cette illusion féconde  


et incommensurablement salutaire.



Michel Giliberti 01/10/2010 14:41



Denis, si Lucas lit votre commentaire et qu'il voit qu'il a réveillé en vous l'âme de Baudelaire, il en sera certainement très touché et étonné ; en effet, à son âge les compliments sont encore
nouveaux. Il verra cependant qu'ils ne vont cesser de bruisser tout autour de lui pendant de nombreuses années.
 En tout cas, pour lui, comme pour moi, je vous remercie. 
 @ bientôt Denis
Michel



Catharsis 29/09/2010 14:40



Sommes-nous, tout simplement?


 


Effet de l'âge? D'autre chose? Pourtant arrive ce moment où tout, absolument tout, sonne comme un rêve. C'est là et n'est pas là, palpable et impalpable, toi, moi, lui, elle et tout le reste,
présent néanmoins, mais devenu nuage, fumée... Oui, la consistance n'est plus la même, la densité va vers le neutre et même nos peines deviennent des ondes insaisissables, presque improbables,
car spectateurs de nous-mêmes nous devenons, spectateurs passifs de nos actions, de celles des autres et du mouvement dans son ensemble.


Quelque part rien ne bouge, rien n'a bougé, et seul une espèce de vide se révèle à nous, toujours un peu plus chaque jours, un vide dont nous sommes devenus l'épicentre...


 


A bientôt Michel.



Michel Giliberti 29/09/2010 15:18



C'est tout à fait ça, H, tout à fait ça... je ne pourrais mieux décrire ce que tu as si bien expliqué. Reste à savoir si cela va durer jusqu'à la fin...
 @ bientôt H
PS je n'arrive plus à trouver suffisamment de temps pour courir sur les blogs amis, pardonne-moi, je reviendrai promis.
Michel



siams 18/09/2010 11:55



Contente de te retrouver )



Michel Giliberti 18/09/2010 12:03



Moi aussi...



NYCO 18/09/2010 06:14



ah.."vague à l'âme" quand tu nous tiens...


le soleil revient tous les matins,Michel...


les papillons...c'est moins sûr...


mais l'espoir réside bien dans la non -réponse...


comme une porte restée entrouverte...


vers un avenir plein de promesses.


bises du sud,Michel



Michel Giliberti 18/09/2010 09:14



Oui, Nyco le soleil revient tous les matins et d'ailleurs il est présent aujourd'hui... Une Normandie qui se rapproche de plus en plus du sud. Le réchauffement de la planète ? Peut-être qui sait
?
 Je t'embrasse Nyco et te souhaite une belle journée avec ou sans papillons...
 Michel



Nanie 16/09/2010 13:23



Vague à l'âme ... au rythme des souvenirs, la vague remonte telle la marée et déborde le long des joues, nous tanguons comme un bateau ivre ... parfois connaitre les réponses aux questions qu'on
se pose peut être si douloureux, il y a comme un espoir dans le fait de ne pas savoir ... mais on aimerait savoir quand même ... si jamais c'était "moins pire" que ce que l'on imagine ... Des
bisous Michel.



Michel Giliberti 16/09/2010 22:50



Oui Nanie, le vague à l'âme n'est jamais que cela ; une impuissance à définir notre mal-être, un peu comme le mal au coeur quand la mer est mauvaise... un peu comme le soleil qui nous quitte
chaque soir pour aller réveiller d'autres horizons...
 @ bientôt Nanie, bises
Michel



JACK 15/09/2010 22:23


il etait beau au sortir de l'enfance; il l'est toujours duveté, prairie des "gazous" sans doute...


Michel Giliberti 16/09/2010 07:51



je confirme...



Jack 15/09/2010 16:53



Salut Michel,


Vague à l'âme! je m'adresse à ta photo... dis-moi jeune homme c'est quoi ton vague à l'âme ? puis-je sonder ton âme? et ensemble pourrions-ns ns aider a surmonter cette vague, et ainsi voir la
vie avec ses beautés que cache ta vague à l'âme, et la mienne aussi .. qui sait ? tes yeux et mains me donne une envie de t'écouter de longues heures.


Merci Michel pour ta présence.


A+ jack/qué.


 



Michel Giliberti 16/09/2010 07:54



Dans ce cas précis, Jack, il faut dire "merci" pour "sa" présence... Quant au vague à l'âme, c'est un sentiment qui colle bien à la beauté.
 @ bientôt Jack
Michel



Laura 15/09/2010 15:57



Mélancolie, déjà automnale.


Est- ce la raison pour laquelle je n'ai qu'un cadre noir au-dessus de vos beaux mots bleus?



Michel Giliberti 15/09/2010 16:10



Non Laura, c'est le temps que l'automne s'installe vraiment et vous verrez, l'image apparait...
 @ bientôt
Michel



yves 15/09/2010 12:58



Ah!oui les fameuses questions sans réponsses,les celles qui cognent à notre cerveau.Bonjours dis! j'oudrais te poser une Question?.Il m'en reste pleins des questions en attente.Et je suis là à
attendre les réponsses,dommage le temps perdus!Une vraie machine d'orlogerie se cerveau il avance dents par dents.Au terme d'une vie,ils nous en reste des questions! sans réponsses,mais bon ons
évolus tout de meme. Allez  une derniére avant la fin de la journée?Suis heureux aujourd'huis.Bonne journée
à vous! avec le sourir qui va avec.



Michel Giliberti 15/09/2010 16:14



Heureux que vous soyez heureux Yves, c'est l'essentiel...quant aux questions, c'est vrai, oublions les.
 @ bientôt
Michel



Nath 15/09/2010 12:44



L'inconscient est un continent à découvrir disait Freud.


Nous sommes donc ce que nous sommes avec tant à découvrir et à attendre en effet, nous ne savons qu'à la fin... N'espérons donc rien d'autre.


bisous et Bonne journée Michel.



Michel Giliberti 15/09/2010 16:10



Tu as tout dit Nath... rien à ajouter.
je t'embrasse
Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog