Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

balcon-de-La-Goulette

J'aimerais, à l’obscur de tes murs, retrouver l’image de ton visage et la musique de tes lèvres, quand, à me taire plutôt qu'à divaguer, j’observais le délice et la clarté de tes traits que la pénombre absorbait comme un astre.

Mohamed-mur-bleu-2

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

commentaires

Armide+Pistol 04/10/2010 18:07



Joli ! Le souvenir s'enveloppe d'un halo de pureté.



Michel Giliberti 04/10/2010 21:52



Merci Armide, merci Pistol (sacré dog)... ravi de votre passage.
 @ bientôt
Michel



NYCO 23/09/2010 15:59



il est toujours aussi doux de se délecter de tes mots ,Michel!


alors je me tais,me met dans l'ombre et m'ennivre des accords du trio...


je t'embrasse particulièrement tendrement en cette journée de 23 septembre...


nyco du sud


 



Michel Giliberti 23/09/2010 18:56



Ah Nyco, je suis comme toi... Quand j'écoute ce trio, je ne suis plus sur terre et ne désire que l'enfermement volontaire... Ce savant dépouillement exalte tous mes sens.
 Je t'embrasse et merci infiniment.
Michel



Jack 23/09/2010 01:24



Bonjour Michel,


Quelles belles photos ? et la musique berce mon coeur, je voudrais privilégier ses moments dans cette maison aux persiennes fermées, et me laisser raconter des tas d'histoires par ce jeune
homme si doux et à la voix chaude et rassurante....que puis-je demander plus aux dieux de cette terre ? Mohammed la vie t'appartient et je suis impatient de te rejoindre et vivre enfin un rêve
inachevé.


Merci Michel, de ta grande
générosité.                                          
jack/qué.



Michel Giliberti 23/09/2010 07:29



Jack, je suis toujours heureux de constater combien mes minuscules billets te donnent du plaisir et te font voyager. En Tunisie, mais dans d'autres pays d'Afrique, tout se passe derrière les murs
et les confidences de Mohamed n'échappèrent pas à la règle. Elles se passèrent en fond de cour à l'abri des regards et sous haute protection des parfums du jasmin. J'en ai même fait un poème.
@ bientôt Jack et encore merci.
Michel



Laura 22/09/2010 16:48



Vous retrouverez, cher Michel, ces balustrades et ces persiennes qui ne sont là que pour vous protéger et vous permettre de faire vivre les ombres de ce visage si doux malgré la balafre.
Peut-être la balafre d'un coeur.



Michel Giliberti 22/09/2010 17:28



Je l'espère laura... rien ne me sera plus cher. Quant à la balafre sur le visage de Mohamed, je la trouve inespérée ; pour bien connaître cet ami, je peux vous assurer qu'elle fait tout son
charme.
Les enfants tunisiens s'amusent beaucoup et chahutent parfois violemment. Souvent ces petites cicatrices datent de leurs jeux d'enfance.
@ bientôt Laura, je vous embrasse.
Michel



Nanie 22/09/2010 15:51



Envoutée par les notes sublimes qui s'égrenent, par la blancheur de ces murs, les volets clos sur cette pénombre riche de souvenirs tamisés. L'harmonie est parfaite. Toujours aussi doux de te
retrouver Michel. Merci.



Michel Giliberti 22/09/2010 17:30



Je ne me lasse pas de ces notes, Nanie. Elles m'emportent toujours... et toujours ,vers ces lieux si aimés où l'harmonie tient à un soupir ou à un rai de lumière.
 @ bientôt et merci Nanie.
Michel



Yves 22/09/2010 13:51



Tres beau choix de ses deux photos!accouplées pour nous inviter à pénétrer dans une intimitée à l'ombre de cette lumiére violente. C'est dans cette lumiére que l'ons s'attarde le mieux sur
l'infinis détail,c'est aussi dans cette smie-obscurité que les mots,les gestes prénent une dimention décuplée par l'intimité.Se garçon en vaut bien!Je suis farouchement épris de sauvegarder ses
moments de vrais bonheur.


Merçi et bonne journée a vous Michel



Michel Giliberti 22/09/2010 17:32



Oui, Yves, les murs renferment tant de secrets à l'abri du soleil trop vif et les maisons ont toutes leur jardin secret.
 @ bientôt Yves et merci
Michel



eva 22/09/2010 10:31



Bonjour Michel, j'aime beaucoup ces deux photos, deux photos de façade... en bleu et blanc... façade de maison, façade d'homme... J'aime le trio Gibran, la nostalgie égrainée... A l'obscur des
murs, à l'obscur des souvenirs, à l'obscur des notes lancinantes...


Je viens de lire un billet chez un camarade de blog qui parle de "vue de l'esprit" (en matière d'amour)! C'est compter sans la brûlure de la passion, c'est compter sans le manque insupportable de
ce qui va se perdre...


Je vous embrasse Michel (mon jumeau, mon double en mieux !)



Michel Giliberti 22/09/2010 13:28



Chère Eva, je ne conçois pas la passion sans la brûlure, je ne conçois pas de ne pas être consumé... la vie serait d'une tristesse absolue et puisque vous êtes ma soeur, continuons à vivre une
génétique salutaire et flamboyante... merci Eva, merci pour tout.
Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog