Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Fantome-d-amour.jpg
U
n p’tit coin de paradis qui prend l’eau, c’est pas grave.
Le soleil reviendra et avec lui, les rires.
Les impasses ouvrent souvent sur des boulevards… Alors, j’attends. J’attends le sommeil tranquille, les réveils moins frileux.

J’attends la main sure et le geste de bronze.
J’attends tout d’un futur incertain pour qu’il m’ouvre les portes d’un présent éternel.
J’ai des souvenirs de pierre, tant ils sont su construire ; ce n’est pas l’éboulis d’aujourd’hui qui va tout emporter…
Le jardin s’éternise en automne d’un sommeil bien pesant. Alors, faisons comme lui, mon amour, couchons-nous quelques mois pour renaître au printemps et s’il le faut, couchons-nous pour toujours.

J’ai ta main sur la mienne, ton souffle près du mien, ça vaut tous les voyages…

commentaires

Michael Nicholas 13/11/2017 15:00

Je suis la proprietaire de cet tableau (Fantome d'Amour).
Je voudrais vendre le tableau.

Si vous avez d'interet - svp me contactez sur: man33uk@yahoo.co.uk

Nath 11/11/2007 20:42

Troublant tableau, j'ai froid d'un coup...Et le texte quel isolement, et cette tristesse espérant  encore désespérément...

Michel 11/11/2007 21:55

Oui, c'est vrai... C'est toute une histoire, vous savez...@ bientôt,Michel

joelle 09/11/2007 14:40

Bonjour Michel,

Un jour une oeuvre n'est-ce pas fantastique ! le mot n'est peut-être pas assez fort quant à celui qui s'aggrippe à ce envie d'aimer et.ou de recevoir, je ne sais pas si je saurais m'embarquer dans un rêve tel que celui-ci, quasiment abouti à travers cette forte expression de visage mais je souhaite à tout un chacun de se laisser porter et d'avoir plus que jamais le vent en poupe, Un voyage presque inaccessible et abordable à la fois, qui nous tient ou non à bout de bras, la pensée est bien là et réchauffe nos corps, non loin de ce que vous laissez transparaître Michel, et d'après ce que j'ai lu je décèle en vous une belle âme de poète !
Tiens tiens pourquoi cette signature ?
Joëlle qui repassait par là

Michel 09/11/2007 19:10

En plus de trente ans de peinture professionnelle, j'ai changé deux fois de signature pour finalement adopter celle qui est la mienne, au quotidien.Merci Joëlle,@ bientôt,Michel

Nathalie Dumas 09/11/2007 14:38

Je suis toujours aussi admirative.

Michel 09/11/2007 19:07

Merci Nathalie, @ bientôt,Michel

Henri-Pierre 09/11/2007 14:34

Emu. Beaucoup ou très, je ne sais pas.

Michel 09/11/2007 19:06

Petit coup de déprime en nocturne... l'homme, dans le fond, est fait pour la lumière. @ bientôt,Michel

Maryse 09/11/2007 09:17

ce tableau est troublant. j'y vois un vivant venir arracher aux limbes celui qu'il aime...les instants suspendus ,où le chemin semble être devenu une impasse, ne durent heureusement pas . Bien sur, ça serait tellement pratique si nous pouvions hiberner certaines fois. Pour reprendre tes mots,  les impasses peuvent ouvrir sur des boulevards. Et l'inattendu reste bien souvent ce qui illumine les matins qui suivent les nuits sombres. bises

Michel 09/11/2007 18:55

Oui, c'est tout à fait ça. J'ai peint ce tableau en 1994, à une époque où pas mal de gens que j'aimais (dont ma soeur) sont morts. je voulais ouvrir mes bras et tout reprendre de ces vies enfuies... @ bientôt Maryse,michel

François 09/11/2007 01:32

Et ce week end, mon fantome sera réalité. Mon ami japonais passe à Paris. Partagez ma joie... le soleil passe à Paris...Plein d'amitiés

Michel 09/11/2007 07:42

Je serai moi-même à Paris pour des choses beaucoup moins ensoleillées... passez un bon week-end, François, radieux et exaltant. @ bientôt,Michel

Ikkar 08/11/2007 23:59

Juste de quoi vous faire rêver, peut-être, quelques instants, de voyages... avec ce petit dessin-là.Ikkar, with love  

Michel 09/11/2007 07:43

Ah... si je pouvais embarquer dans la page.... merci Ikkar, merci de tout coeur.Michel

tryskel 08/11/2007 21:37

La fin de ma vie me taraude en ce moment, une envie de départ face à cette lutte inégale contre l'homophobie ... J'en souffre cruellement ces derniers temps, surtout au travail, et je pense que, si mes enfants n'étaient pas là, je cesserai de vivre sur le champ ....... même si ses mains sont sur les miennes si souvent....

Michel 08/11/2007 22:14

Alors ses mains sur le tiennes doivent suffirent à te faire vivre, ne serait-ce que pour ne rien donner à ceux et celles qui rêvent que ces mains se détachent. @ bientôt,Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog