Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Les-demeures-opiacees.jpg

  O
piacées, si opaques...
Les demeures d’épices
Où tu passes tes nuits
Ne te protègent en rien
Elles consacrent tes rêves
Et enferment les miens
À l’écart du soleil
Aux écarts de midi
Dans ces mauves instants
Qui te clouent à ta couche
Ton regard est en deuil
Sous tes paupières en larmes
Il emporte avec lui
Mes si vastes secrets
Tes sourires de jadis
Et tout autant mes rires
Ces voyages Immobiles
Où tes ailes sont de bois
Ne t’apportent jamais
Que l’écume à tes lèvres
Opiacées, si opaques...


© Giliberti / 2007


commentaires

cath 02/12/2007 14:21

Que dire ? Sinon souligner la grâce de cette plume pinceau qui sait autant décliner les mots, les ocres, les traits, jusqu'à permettre à l'importune voleuse de couleurs que je suis de s'en repaître en silence...

Michel 02/12/2007 14:39

Merci Cath, vous êtes très gentille et certainement pas une voleuse... @ bientôt,Michel

Henri-Pierre 11/11/2007 01:20

Deux personnages si beaux et si extraits du monde, que ce qui n'est pas leur voyage, le monde extérieur, étranger, s'affiche en papier peint de la vie réelle, de la vulgarité.Envie de rejoindre le rêve des "paradis artificiels". Jamais fait. Mais à mon âge... est-ce bien sérieux ? Je continuerai donc à affronter la vulgarité avec la colère comme antidote.

Michel 11/11/2007 08:30

Jamais fait non plus car je crois bien être tombé dans ces paradis de façon naturelle...et moi aussi la colère me permet de revenir à la surface. @ bientôt,Michel

Maryse 10/11/2007 11:05

Un texte qui est assez réaliste sur les voyages immobiles . La distance douloureuse qui existe entre celui qui le vit et celui qui  ne  peut pas le partager. En fait les opiacées ou autres drogues donnent l'illusion de l'ouverture ou de l'envol, mais isolent aussi terriblement.Les ailes sont de bois et les visages prisonniers. Bonne journée Michel

Michel 10/11/2007 11:09

Exactement, des ailes fabriquées, articielles, qui ne mènent nulle part... Dans ce tableau le garcon au sourire et aux aîles symbolise tout ça, tandis qu'il offre le poison de ses partages à l'autre. @ bientôt Maryse,Michel

bellelurette 10/11/2007 10:02

Tes ailes dépassent le cadre, c'est déjà bon signe... et puis... apprends donc à marcher avant d'essayer de voler ! Bises.

Michel 10/11/2007 10:23

Je fais ce que je peux avec les moyens du bord... mais le vol donne du sens à la marche, puisque d'en haut, on voit mieux les détours... @ bientôt,Michel

Morad 10/11/2007 08:25

Ca y'est !!!!!!!!! J'ai trouvé !!! Tu sais a quoi ca me fais penser ? A Icare...c'est pas lui qui voulait voler ? Et on voit les perso plus ou moins tristes, mal d'etre où il sont et vouloir remonter...on sait pas où...Et tu sais les dessins derriere les persos, moi ca me fais penser a des plans des schémas, on dirait un plan pour trver un secret, y'a des trucs caché dans ce que tu dessine, c'est trés louche (dans le bon sens) esotérique, et j'disais les schémas ca me fais penser a des etres qui essaient de comprendre quelque chose...à la De VinciJ'dis ca...j'dis rien....A Bientot

Michel 10/11/2007 08:37

Tu dis tout Morad... tout ! et le mythe d'Icare est ancré en moi depuis si longtemps... voler et se brûler les ailes... @ bientôt,Michel 

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog