Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

le-seuil-II 9Les yeux fermés, abandonné et détendu, il somnolait sous le soleil.
Le seuil de la maison s’enorgueillissait d’un tel présent. De tous les signes les plus forts, ce fier repos signait notre amitié née du hasard d'un voisinage.
Un pas, et je rentrais dans le salon, mais un pas aurait défait cette harmonie.
Alors, sur le trottoir, j'ai attendu que  ses yeux s’ouvrent et me sourient.
Oui, j’étais chez moi, mais il était chez lui. Ça méritait quelque attention.
Devant sa sensuelle paresse, l’impatience aurait été si détestable.
Alors, à bien flairer cet équilibre, j'ai respiré le grand parfum, celui des hommes qui peuvent encore, qui doivent toujours… 

commentaires

Laura 02/02/2011 14:43



Ne jamais déranger quelqu'un d'endormi: on peut alors lire sur son visage ou dans son attitude des éléments de personnalité bien gardés.


Comme j'aimerais être à la place de ce beau garçon somnolent sous les rayons d'un soleil doux, me semble-t-il.


Merci pour toutes vos belles oeuvres partagées.



Michel Giliberti 02/02/2011 15:12



Un article d'hier, mais qui aujourd'hui, m'a parlé. Merci Laura de vous y promener...
je vous embrasse
Michel



Henri-Pierre 03/07/2008 21:44

Tu redonnes corps au mythe d'Endymion.

Michel Giliberti 04/07/2008 15:02


Quel beau rapprochement... Je n'y avais pas songé.
 Merci Henri-Pierre,

Michel


zazou 16/06/2008 21:55

Tu photographies beaucoup la Tunisie. Je connais plus le Maroc. Un de mes frère s'est marié là bas. Mon autre frère va se marier là bas.  Et les gens de là bas ont du soleil dans leur coeur.

Michel Giliberti 16/06/2008 22:29


Je n'en doutes pas Zazou, mais je parle de la Tunisie plus facilement parce que j'y suis né et que je la connais bien.

 @ bientôt,

Michel


Mario 15/06/2008 19:34

Merci Michel pour cette belle découverte !

Michel Giliberti 16/06/2008 05:33


C'est moi Mario,
 @ bientôt,

Michel


Chris-Tian Vidal 13/06/2008 19:42

"Hémographie des désordres" de Michel Giliberti.Tu es un homme qui est dans le beau, Michel.Avec ma soeur, nous parcourons ton livre. J'y reviendrai sur mon blog et ici, je peux dire que quand je parcours ton livre, c'est comme quand je rentre dans le temple de "Angkor".Que dire d'autre aux lecteurs de ton blog que de savourer la beauté de ton talent dans tes publications. Qu'ils se procurent "Hémographie des désordres", avant tout.Merci de son voyage au coeur de l'amour.Je t'embrasse avec une infinie tendresse.Ton fidèle,Chris-Tian.

Michel Giliberti 13/06/2008 21:53


Christian, je suis très ému de tout ce que tu dis sur ma modeste personne, toi dont l'écriture est un fil soyeux ou corrosif, toi qui sais si bien décrire nos faiblesses d'homme moderne.
Ce livre «  démographie des désordres » est né de là... de ce sentiment de brutalité dans une époque où l’Orient n’est plus qu’une destination et l’Occident, un point d’encrage
artificiellement sécuritaire ; et ça, toi aussi tu le décris souvent.

Je t'embrasse,et encore merci

Michel


Selim 13/06/2008 18:35

Comme si le temps était suspendu...c'est ce que je ressens en regardant cette image. Qu'est ce que j'aimerai être à sa place:)Merci de capter aussi bien que tu le fais la beauté tuinisienne!A bientôt

Michel Giliberti 13/06/2008 18:48



C'est le pays qui te parle, Selim... comme il me parle. Le temps est toujours suspendu quand il est confronté à la nostalgie ou même au simple bonheur de la mémoire douce comme les parfums de
là-bas et des repos sur les portes dont je suis un fervent adepte jusqu'à très tard dans la nuit.

Je t'embrasse Selim à bientôt,

Michel



Chris-Tian Vidal 13/06/2008 14:44

Respirer et se nourrir du parfum chaud des hommes.Une indolence qui nous invite aux sensualités.

Michel Giliberti 13/06/2008 18:44


Michel

Je ne sais pas si ça me suffirait... La sensualité n'excuse pas tout.
Je veux bien respirer et me nourrir de ceux qui seraient des nouveaux hommes, loin des massacres, des guerres et de tous les maux de la planète, car enfin l'homme d'aujourd'hui est encore très
éloigné des parfums que j'attends...mais toi Christian, bien sûr, tu fais partie de ceux-là...

@ bientôt,

Michel


Maryse 13/06/2008 13:19

J'aime beaucpoup cette phrase " devant sa sensuelle paresse, l'impatience aurait été si détestable"....et puis il y a le plaisir de gouter l'instant, en prenant son temps, laisser l'ambiance s'installer en  nous. Bises

Michel Giliberti 13/06/2008 13:42


Merci Maryse, mais il n'y avait pas d'autres mots dans le fond...l'attente allait avec...

@ bientôt,

bisous,

Michel


Nath 13/06/2008 09:44

...Chez un être disposé et sincère,l'écoute transforme l'inquiétude en sérénité,l'agressivité en retenue, la prétention en humilité...J'aime la lumière que l'on retrouve toujours dans vos photos Michel, et toujours cette retenue, cette pudeur, comme une nostalgie quelque part qui ne s'exprime pas toujours mais qui est là en attente dans les photos comme dans les textes qui les accompagnent.

Michel Giliberti 13/06/2008 14:00


Merci Nath,vous savez, la pudeur,pour moi, reste un des sentiments les plus beaux et des plus pervers à la fois. Le plus beau, puisqu'elle vous permet le respect de l'autre et de recevoir beaucoup,
mais le plus pervers puisqu'elle vous empêche de vous dépasser et éclairer l'autre d'une plus grande compréhension de vous-même. Cependant, je ne changerais en rien cette difficulté d’être qui m’a
permis de vivre tant de belles choses auprès de tant de belles âmes.

@ bientôt,

Michel


zita 12/06/2008 19:42

Merci Michel pour ce plaisir immense que vous me donnez lorsque je vois de telle photo accompagné d'un si beau texte; si j'avais eu l'occasion de me retrouvé devant cet homme je pense que je ne me serais pas lassée de l'admirer, il represente a lui seule la beauté de la tunisie, pays que j'aime tout particulierement; et qui me fais rever, mon souhait serait de my installé trés prochainement. MERCI ENCORE

Michel Giliberti 12/06/2008 21:00


C'est un vrai plaisir de lire ça, car j'essaie toujours avec les moyens les plus simplifiés de faire partager l'amour que j'ai pour ce pays qui me le rend bien et de conjuguer avec ces quelques
photos mon goût des mots.

Merci Zita,

@ bientôt,

Michel


Francois 12/06/2008 18:57

Temps suspendu, temps infini de l'essentiel, en blanc et bleu, sous le soleil..Vous savez si bien Michel méler les images et les mots...Et nous inonder de la lumière essentielle qui en résulte...

Michel Giliberti 12/06/2008 21:02



Toujours heureux de vous faire partager mes passions, François et toujours heureux d'en recueillir les réactions.

Merci à vous François et à bientôt,

Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog