Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


lumiere.jpg
Jusqu’à tard dans la nuit
j’abreuvais tes attentes et parais mes révoltes de la nacre de tes yeux.

Jusqu’à tard dans la nuit

j’espérais un seul mot sur tes lèvres d’arsenic qui me faisaient périr.

Jusqu’à tard dans la nuit

je parfumais ma peau des odeurs de la tienne qui parlaient à mes sens.

Jusqu’à tard dans la nuit

je restais en éveil, gardien de ton sommeil, à attendre ta rosée.

© Giliberti / 2007

commentaires

Patrocle 16/11/2007 08:43

Michel, tes poemes me font le même effet que ceux de Constantin (Kavafy - lol)...Encore (et encore, et encore) merci !Pat

Michel 16/11/2007 09:01

Mon dieu... C'est moi qui te remercie pour ces mots... @ bientôt,michel

bellelurette 14/11/2007 08:53

Bouh ! Il a des pellicules ! (ça c'est la jalouse qui parle)

Michel 14/11/2007 10:38

Meuh non... ce ne sont pas des péllicules... Juste des minuscules éclats de lumière dans les cheveux. @ +michel 

François 13/11/2007 19:41

Quel bonheur de regarder dormir celui qu'on aime, à la fois sans doute impuissant dans la réalité mais avec la certitude intérieure d'apporter une protection infinie... Quelle responsabilté et quelle joie pour celui qui sait veiller.... On entrevoit ce que veut dire aimer...Merci Michel pour réveiller cette sensation avec une photo et un poème.Plein d'amitié pour vous

Michel 13/11/2007 19:51

Merci François... j'espère que votre week-end parisien vous a porté  au coeur d'un Japon choisi et choyé... @ très bientôt et merci.Michel

Henri-Pierre 13/11/2007 17:52

Ouf, il me paraît plus léger, et moi je m'amuse à alterner l'illusion et la réalité. Les deux me semblent plausibles.

Michel 13/11/2007 18:08

Le plus amusant, c'est que désormais j'y vois un objet aussi... @ +Michel

Henri-Pierre 13/11/2007 15:26

Comme toujours texte et photo complices d'une belle émotion.Puis-je dire, sans paraître vulgaire, qu'un détail m'interroge .Quel est l'objet que je devine lisse et noir qui à l'orée de l'aisselle déprime la peau délicate du muscle pectoral ?

Michel 13/11/2007 15:34

Mon cher Henri-Pierre, ce n'est pas un objet mais le pur hasard qui donne l'impression à cet endroit de l'aisselle d'un relief au lieu d'un creux. En fait ,vous entrevoyez l'arrière du mur éclairé simplement ébouriffé de quelques poils... ah... illusion! @ bientôt,michel

michelle 13/11/2007 14:19

bonjour,je suis toujours impressionné par les tableaux photos, et textes.bravo c'est magnifiqueLa cousine de JIPI

Michel 13/11/2007 15:36

Merci cousine de JIPI pour ces mots gentils :o) ça me fait bien plaisir. @ bientôt,Michel

Maryse 13/11/2007 08:55

que cette lumière bleue derrière ce visage est belle ! elle illumine son  visage dans la pénombre. Photo qui  dégage beaucoup de douceur ...tout évoque les nuits bleues. Bonne journée

Michel 13/11/2007 15:39

Ce garçon a un visage très particulier, dur et doux à la fois. Là on ne s'en apperçoit pas trop mais il a des méplats vertigineux qui accrochent la moindre source de lumière et qui peuvent le rendre sublime autant qu'inquiétant... vraiment à doser, mais c'est tout ce que je recherche. @ bientôt,Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog