Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Eh oui les lâches ont la vie dure... mais ça y est, Papon a crevé!

Je vous conseille un livre magnifique « A Vanished World » de Roman Vishniac, avec une préface d'Élie Wiesel,qui est en vente au Musée d'art et d'histoire du Judaïsme à Paris, lieu d'une exposition bouleversante jusqu'au 25 février sur cette époque tragique du nazisme. C'est un livre de photos en noir et blanc, qui au fil des pages, de visages humbles en sourires d’enfants innocents, met en lumière – alors que les juifs étaient traités de nantis et de responsables de tous les malheurs du monde – combien il y avait surtout de juifs modestes pour ne pas dire miséreux.

© A Penguin book

Cette époque tragique m’a toujours bouleversé, et ce, depuis mon jeune âge, car, à Toulon, alors que j’avais tout juste douze ans, mes parents m’avaient amené voir une exposition de photos sur le génocide des juifs. Je n’ai jamais oublié les visages décharnés et hébétés de ces prisonniers dans les camps de concentration et à l’instant même où j’écris je ressens toujours ce malaise qui m’empêche de continuer. Que pourrais-je dire de plus? Tout le monde connaît l’horreur de la Shoah.
Quant au clip qui suit, pas de commentaire, si ce n’est pour un détail : c’était la musique, mais simplement chantée  par une femme, qui ouvrait ma pièce de théâtre " Le centième nom" avec en fond sonore le bruit des grillons.

Voici un extrait d'un texte de l'auteur des photos.

“Je n’ai pas pu sauver mon peuple, j’ai seulement sauvé son souvenir. Pourquoi ai-je fait cela ? Un appareil photo caché pour rappeler comment vivait un peuple qui ne souhaitait pas être fixé sur la pellicule peut vous paraître étrange. Était-ce de la folie que de franchir sans cesse des frontières en risquant chaque jour ma vie ? Quelle que soit la question, ma réponse reste la même : il fallait le faire. Je sentais que le monde allait être happé par l’ombre démente du nazisme et qu’il en résulterait l’anéantissement d’un peuple dont aucun porte-parole ne rappellerait le tourment. [...] Je savais qu’il était de mon devoir de faire en sorte que ce monde disparu ne s’efface pas complètement...”

Roman Vishniac

Published by --- - - Michel Giliberti

commentaires

Jack NYC 11/11/2007 21:37

Emu et bouleversé, parce qui est dit - je ne puis guère en dire plusJack "fils de la Shoah"...né en 1938 la mauvaise charnière.en 1942 le bruit des bottes...et le silence de ma famille rafflée pour la rampe de Birkenau..et moi le reste de la guerre caché dans une armoireje suis né peut-être sous la bonne étoile, la mienne était jaune et cousue sur le revers de ma veste, j'avais 5 ansMerci a Michel...pour la musique, et aussi pour l'ensemble de son oeuvreJack

Michel 11/11/2007 21:50

Oui, Jack, je vous comprends tellement et suis si près de votre émotion. C'est un passage de cette misérable existence d'homme sur terre tout à fait détestable, significatif de sa bêtise et de ses atrocités. Impossible d'oublier. Moi qui ne suis pas concerné directement sauf dans ma chair humaniste (si je puis dire), je ne parviens pas à comprendre... alors pour le peuple juif, comment oublier? bien à vous,Michel

sylvain tongas 04/03/2007 15:56

A propos du commentaire n°2 signé Jerem : Puis-je savoir en quoi le fait d\\\'avoir siégé à la commission de wiesbaden devrait avoir valu une condamnation à maurice couve de murville ?  il ne faut quand même pas écrire n\\\'importe quoi à la légère, surtout quand il s\\\'agit de calomnier les gens. La délégation française à wiesbaden a fait le sale boulot de négocier les conditions d\\\'application de l\\\'armistice  - eh oui en 1940 il y avait encore beaucoup de français en france... - et en ce qui concerne couve renseignez vous et vous constaterez que les témoignages sont loin de lui être défavorables dans cet épisode et dans ceux qui ont suivi.
Sylvain.
 

Michel 04/03/2007 16:17

Sylvain, demandez cela directement à jerem, il sera plus à même de vous répondre; moi, j'ai réagis sur papon, c'est tout . Michel.

marco 26/02/2007 11:07

je suis tombé sous le charme de ton blog que j'ai découvert par le biais d'un blog ami.
Ton univers est envoutant et permet un voyage étonnant.
Juste merci, sincèrement... Car c'est avec ce genre de blog qu'à mes yeux internet prend toute sa valeur, me permettre de m'évader par le regard posé sur l'oeuvre de l'autre, et, de fait, en me promenant dans son "monde".
 
Si tu veux "jeter" un coup d'oeil sur mon univers,
www.guilma38.skyblog.com
 
Marco,

Michel Giliberti 26/02/2007 11:40

Comment te remercier de tant de compliments? je suis très géné; je suis toujours mal à l'aise quand on me dit des choses si gentilles.Merci mille fois, je cours sur ton blog,@ bientôt MarcMichel

neurhone 20/02/2007 01:00

Si seulement avec lui avaient pu mourir toutes les horreurs qui se passent encore en ce monde ! Comme vous je suis toujours bouleversée par cette période où l'enfer s'est tout à coup installé sur terre.
Shalom Salam

Michel 20/02/2007 06:15

Belle et forte signature pour ce commentaire.merci.Michel.

jerem 18/02/2007 17:03

Maurice Papon a été dans la dénégation jusqu'à la fin de sa vie; jusqu'à la fin de sa vie, il a refusé de voir en quoi son attitude qui consistait à appliquer les ordres et même plus, sans se poser de questions sur le finalité des déportations qu'il ordonnait, était absolument révoltante, choquante et scandaleuse. Cet homme n'avait-il donc pas de conscience?
A Reims, Maurice Papon est connu pour une autre raison: il était le PDG des Verreries Mécaniques Champenoises (VMC) devant lesquelles un syndicaliste, Pierre Maître, fut tué par un militant d'extrême-droite, en 1977.
Cependant, ces dernières 24 h, une chose "m'énerve" un peu: à propos de la répression de la manif du métro de Charonne en 1961, les journalistes commettent deux excès: coller la seule responsabilité de la répression à Papon, en occultant les ordres donnés plus haut par Roger Frey, ministre de l'intérieur, Michel Debré, premier ministre, et De Gaulle lui-même, ainsi que l'a reconnu Pierre Messmer au procès de Papon ainsi que l'attitude des policiers eux-mêmes, chauffés à blanc par les attentats à répétition dont ils étaient les victimes de la part du FLN, et citer les chiffres de 200 à 300 morts (ce qui voudrait dire que plus de 10% des manifestants auraient été tués) dans le but de nous prouver que Papon était bien un salaud, alors que ces chiffres sont loins d'être admis par tous et font objet de débat entre historiens (JP Brunet en cite une quarantaine; Linda Amiri entre 100 et 131).
Cela dit, oui, Papon était un salaud.
D'autres hauts-fonctionnaires de cette époque ont aussi échappé à toute condamnation, comme par exemple, Maurice Couve de Murville qui a siégé à la commission d'armistice de Wiesbaden, mais qui a rallié l'Afrique du Nord libérée en mars 1943, juste à temps pour sauver sa peau.
Mais, au fond, Maurice Papon n'est peut-être que le représentant de la "bassesse" qui règne parfois au sein de la haute-administration: j'ai le souvenir, il y a quelques années, d'une collègue de français contre laquelle circulait une pétition menée par des parents d'élèves, parce qu'elle "osait" faire étudier en 3ème le ghone du Chaâba et que l'administration s'apprétait à sanctionner pour apaiser le bon peuple de France, quand le Conseiller général du coin, contacté par les pétionnaires, a pris fermement fait et cause pour notre collègue en renvoyant ces derniers dans les cordes.
(Oups, quel bavard, je fais! quand je pense que Lance prétend que je ne parle pas, pfff!).

Michel 18/02/2007 17:13

Merci pour toutes ces précisions, elles éclairent bien le personnage de Papon. Je suis ravi que tu complètes ce que j'installe... c'est un débat participatif (je plaisante bien sûr). on en dit jamais assez dès qu'il s'agit de mettre à jour l'horreur d'hier qui ne demande que très peu pour recommencer. Je pense au "Gang des barbares".Salut Jerem et merci.Michel.

Maryse 18/02/2007 10:03

j'aime beaucoup cette phrase "qui sauve une vie sauve le monde", tellement boulversante dans "la liste de Shindler". On se demande pourquoi l'espèce humaine a inventé un enfer dans l'au-dela puisqu'elle sait le produire sur terre... ce qui est bien triste justement est que l'antisémitisme était bien ancré en France aussi, et il y en a eu des Papon qui ne méritent pas d'autre hommage que d'aller cracher sur leurs tombes....bonne journée

Michel 18/02/2007 10:21

Magnifique film d'ailleurs. Effectivement pourquoi inventer un enfer ailleurs que sur cette terre où il est bien installé. Oui il y des Papons partout et ils se reproduisent...@+Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog