Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>

Articles avec #photos et poesie.

L’orage grondait depuis des heures ; des éclairs balayaient un ciel devenu anthracite. Sidi Bou Saïd vivait au ralenti dans l’attente d’un déluge annoncé.
Assis sur le canapé, je fixais le patio grand ouvert. Je ne voulais rien perdre de cet étrange moment, juste avant l’averse, quand la chaleur vous oppresse et qu'aucun souffle n’agite les feuilles des arbres.
Quelques fleurs de bougainvilliers gisaient au sol, papillons mauves sur le marbre. Le ciel s’assombrit encore. On aurait pu se croire en soirée. On ne voyait presque plus rien. Je me levai pour allumer quelques lampes, quand une déflagration inimaginable déchira mes oreilles. J’appuyai sur l’interrupteur. Panne d’électricité. L’obscurité s’épaissit encore. De grosses gouttes de pluie éparses et claquantes commencèrent à frapper le sol.
Medhi qui se reposait dans la chambre apparut, à moitié endormi.
La foudre l’avait réveillé. Machinalement, il ferma les portes du patio pour éviter que l’eau ne s’infiltre dans la maison.
À tâtons, je partis chercher des bougies dans les placards de la cuisine. Mon empressement à renouer avec la lumière amusait Mehdi. C’est pourtant lui qui trouva les bougies, lui qui les alluma ; au bout de quelques instants, leurs flammes redonnèrent vie à l’espace. Dehors, des trombes d’eau s’abattaient maintenant avec un bruit infernal. Je regardai Mehdi dans la nouvelle douce lumière. Il semblait repus et satisfait. Je me saisis de mon appareil photo.

mehdi-maison-13

Il s'
étira longtemps, puis toujours très à l'aise devant l'objectif, m'offrit son grand sourire.
« Je vais prendre une douche, lança-t-il en baillant bruyamment, J’ai trop chaud ! »

Je le vis s’éloigner avec une bougie à la main comme on le faisait autrefois quand on glissait, fantomatique, de pièce en pièce, et que des formes mouvantes donnaient vie aux murs. 
 

mehdi-maison
Quelques instants plus tard, je le rejoignis avec mon appareil photo… Je voulais saisir son visage et son corps que la flamme de la bougie rendait picturaux dans l’espace étroit de la salle de bain. 

mehdi-maison-5

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.


Hammam-2

C’est à l’heure des vapeurs, quand tout devient ouaté
Que les corps se détendent et que s'ouvre l'esprit.
Plus d’empreintes sous les doigts, d’interdits dans les gestes
C'est la fièvre brûlante et la course au ruisseau.
Dans le temple embué de parfums et de notes 
Le satin est présent, moite et chaud à l’ouvrage.
Feu aux joues, doux sourires puis soupirs à genoux
Chaque prince s’enivre des plaisirs roturiers.

© Giliberti 
 

Hammam-1

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.


moi-petit-2
L’ombre du temps farde mes yeux de cernes si gris que tout le ciel d’hiver semble s’y être invité. 
À ce regard nourri des ans, s’ajoute le pli d’amertume au coin des lèvres qui me donne l’air d’un sage, moi qui, dans le fond, ne décolle guère de l’âge des bonbons, des Dinky Toys et des ballades en famille, quand sous le soleil qui aveuglait papa, j’insistais : « Encore une photo !... Encore une photo ! »

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.


laurent
Dans ses yeux tristes, l'eau bleue des glaciers et les laves rouges des volcans pillent ses heures grises où tout s’emmêle et se détruit. 
Rêver sans l'autre l'enferme tant que ne plus vivre lui semble être la vie.
Quand de ses terres profondes, un souffle chaud incendiera ses larmes froides, peut-être quittera-t-il ce monde dont il ne capte plus rien. 
 laurent-2  
 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

Mohamed-G-el-M
Si peu de chose pour parler de l’émoi.
Si peu de rêves au bout des sens et de l’absurdité.
Habits de fêtes, costumes de cirque, musiques et rires d’alcool, rien… Rien n’y fait quand le cœur n’est plus à sa place.
Tout devient absurde... vase sans fleurs, véhicule immobile ! Que dire d’autre des sentiments et des mots qui vous mettent dans des états inutiles quand échange et négoce ne se conjuguent plus.
Écorces parfumées, vanille et bourbon…  autant de saveurs qui vous mutilent.
L’urgence n’est pas qu’un fourgon et des hommes dans la nuit au service de vos douleurs, c’est aussi le verbe qui ne joint pas le geste et s’empêtre dans le vide. C’est le corps et le cœur qui crèvent de ne pouvoir palpiter ensemble.
Moi, j’aimais voir l’eau sur la peau, le sable sur la joue, le rire dans mes larmes… moi j’aimais l’absurde dépendance.


Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.


dos-hammamet-
D’argent, le soleil sur les vagues
De bronze, ses épaules mouillées
D’argile, mes paupières brûlées
De larmes, les traces sur mes joues.

© Giliberti

 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.


L'homme
S’il m’était encore possible d’ajouter à ton corps quelques mots, je dirais qu’il demeure une terre inconnue et qu’au bout de nos nuits, le voyage qu’il m’offre reste toujours nouveau.
 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.


xavier-de-face
Te regarder dans la lumière des bougies, entendre le son de ta voix… Étourdissant !
Tes gestes maladroits et puis les mots que tu m’adresses… Entêtant.
Tes yeux sombres comme la pourpre du vin qui les fait tant briller… Enivrant !
Te voir me regarder et oublier qui je peux être, où je peux être… Bouleversant !
Et puis retrouver l’eau, et puis retrouver l’air… Suffocant. 
 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.


Mehdi-main--1
Passagers clandestins d’un voyage sans danger, ton accord et mes doutes ne trouvèrent point d’entente.
J’aurais pu comme d’autres profiter d’une union de fortune sous le jasmin en fleurs, au fond du vieux patio, mais l’étreinte volée – si facile soit-elle – ne me convient jamais, et m’ennuie à mourir. De tes vaines attentes et de tes bouderies, j’ai déduit que le spleen n’est pas long quand l’exil est bien court et que tous mes transports pouvaient bien se poursuivre ailleurs que dans tes bras. 
 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

xavier
Sous mes doigts qui ne cherchent plus rien, la saveur de ta peau reste intacte.
Il me semble que tu hantes toujours mes chimères et l’azur de tes yeux reste encore ma victoire.
Lisse image, terre d’ancrage, c’est peut-être…
Barque frêle, libre amarre, c’est certain.
Sur mes lèvres qui ne clament plus rien, la justesse de tes mots s'est lovée.
Il me semble que tu nommes à jamais mes instincts et tes rouges pensés sont de tous mes repos.
Rires et larmes, pluie et vent, c’est encore…
Doux enclos, saisons mortes, c’est déjà.
 
 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
Haut

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog