Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 > >>

Articles avec #photos et poesie.


Les heures se rebellent
Les jours se défont... on dirait.
Les nuits sont moins belles
Pour mon Apollon... on dirait.


Et l’enfant n’y peut plus rien
Fatigué d’avoir grandi
Et mes mots ne servent à rien
Trop usés d’avoir tant dit.

Les bouches se taisent
  Les yeux sont hagards... on dirait.
Plus rien ne m’apaise
Les rires se font rares... on dirait.

Et l’enfant ne veut plus rien
Harassé de devoir vivre
Et mes mots ne peuvent rien
Inutiles au fond des livres.


© Giliberti / 2008

Voir les commentaires

Dans l’obscur de la fête
Mes yeux accrochaient sa lumière
Les siens savaient lire mes faiblesses.
Qu’importe d’avoir tort ou raison
Qu’importe les mots qui condamnent
L’homme naît des désirs et des peurs qu’il s’invente
L’homme meurt du confort et des trêves qui l’assoient.


Dans le clair de ma tête
Ses yeux allumaient mes ténèbres
Les miens savaient lire ses desseins.
Qu’importe d’avoir tort ou raison
Qu’importe les mots qui condamnent
L’homme naît des errances et des bruits qu’il s’impose
L’homme meurt des silences et des haltes qui l’accablent.

© Giliberti / 2008

Voir les commentaires



Et si le noir t’allait si bien
Et s’il collait tant à ma peau,
C’est qu’à l’usure des mots de trop
Venait l’ennui des cœurs meurtris
Venaient l’étrange et puis l’oubli
Toutes ces choses ébruitées
Qui nous plongeaient dans l’amertume


Et si le noir t’allait si bien

Et s’il collait tant à ma peau
C’est aussi qu’à grands cris et gestes
Venaient de l’ouest tant de nuages
Venait du nord, tant de grisaille
Tous ces embruns accumulés
Qui nous éloignaient du soleil.

© Giliberti / 2008

Voir les commentaires



Si bleue, l’histoire de nos vingt ans
Si bleue, l’aurore de nos amours
Quand le corps ne connaît rien du poids des ans et qu’il s’envole jusqu’à l'immense
Quand un seul mot de l’autre nous fait et nous défait
Quand au royaume de ses partages, nous sommes rois et puis sujets...


© Giliberti / 2008






Voir les commentaires



Nous reviendrons un bel été nous contenter de nos racines
Et puis des baies
Et puis des sucs

Nous reviendrons un dur hiver nous satisfaire de nos destins
Et puis des mots
Et puis des sens

Nous reviendrons un doux automne nous abreuver du grand passé
Et puis des pourpres
Et puis des bleus

Nous reviendrons un vert printemps nous rassasier de lendemains
Et puis d’aimer
Et puis... d'aimer

© Giliberti / 2008

Voir les commentaires



Je t'ai tant regardé à l’ombre des résineux
Je t'ai tant gardé dans nos étés complices

Tu es toujours à mes côtés quand, en réponse aux jours heureux, vient l’insomnie de ceux qui restent encore à m'incendier.

Je t’ai tant dessiné, tant photographié, tant peint…
Je t’ai tant écouté
J’ai tant écrit sur toi

Un conte à vivre, un vrai voyage
Une amitié de chaque instant qui par là-bas, solide et généreuse, recèle le miel des jours heureux.

Voir les commentaires



     Sur ses joues, la poussière
                  Ces parcelles d'enfance
                         Qui lui donnent ses ans.
                                  Dans ses yeux, la lumière
                                                    Cet intime soleil
                                                           Que lui offrent ces ans.
                                                                    Sur ses lèvres, un aveu
                                                                                Ce regret d'être amer
                                                                                        Si près de ses seize ans.

                                                                                                                                  Giliberti / 2008

Voir les commentaires

                            Avancer sur tes terres
                                                        Que les siècles ont tissé
                                                                         Du soleil travailleur
                                                                              Et des contes qu’il renferme
                                                                        
Et puis...
                                            Déposer sur ta peau
                                 Qu’il m’est donné de voir
                       L’ombre fraîche de mes yeux
                Tout à l’ambre des tiens
             Et puis…
                       M'impliquer à voix basse
                                                  
Pour abolir la peur
                                                            
Que les mots et les lois
                                                                          
Font naître au cœur des hommes
                                                                                           Et puis...

                                                                                                                          © Giliberti / 2008        
                                                                                                                                  

Voir les commentaires

abdoul-chapeau-6Midi à Sidi,
Les murs blancs autour de ta peau sombre
Ton chapeau et mes mots pour en rire
abdoul-chapeau-4 Midi à Sidi,
Tes histoires et tes gestes fleuris
Les oiseaux cachés dans le figuier

abdoul-Chapeau17

Midi à Sidi,
Le vin doux de Korba qui t’endort
Son sang rouge qui bouscule le mien

abdoul-sieste

Midi à Sidi,
Le silence qui s’invite dans la cour
Et la sieste qui guette déjà…

© Giliberti

Voir les commentaires




Voir les commentaires

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog