Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 > >>

Articles avec #photos et poesie.


 

C’est un satin docile,
Un enfant de l’exil,
Mais un rebelle aussi
Et ça lui va si bien.

 

C’est un oiseau subtil
Un prince sans aigrette
Mais un sujet pour d’autres
Et il s’en moque bien.

 

C’est une eau fraiche et claire
Une eau qui désaltère
Mais les remparts d’ici
L’empêchent de fluer.

 

C’est un satin docile
Qui scintille dans la nuit
Quand nos mots font tomber
Les entraves inutiles.

© Giliberti 

Et surtout n'oubliez pas ce petit refrain... Do, ré, mi, Fa, Sol, La...Sida

 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

Chaque nuit, la seule lumière dans le patio venait de la chambre rouge, béante sur les parfums d’été ; la chambre rouge qui allumait nos verts désirs ; la chambre rouge, pourtant si noire, quand, au matin, tu retrouvais les rues pavées sous le soleil, celles-là mêmes qui te ramenaient en nocturne.
Chaque jour, la longue attente, sans faim, ni soif, s’installait là, comme une amie, à rassurer dans l’air fiévreux mes inquiétudes bien puériles.

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.


Le soleil était au zénith et l’odeur des résineux emplissait la forêt.
Le bruit des insectes triturait le silence jaune et par delà l'émotion d’être avec toi, mes yeux restaient attentifs à toute chose.
Nos pas étaient lents et je me disais, à percer les sentiers argentés, que le monde entier devrait connaître, au moins une fois, de tels instants.
Toi, toujours là, fidèle, dans l’air chaud de juillet, tu t'amusais de mes émerveillements enfantins, de mes émotions juvéniles et tu souriais en écartant les branches basses sur mon passage.
 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.



Le jardin est encore beau.
Les rouges de l’automne et l’odeur des feuilles mortes lui donnent un charme silencieux qui me conte les histoires d'enfance que ma mère savait si bien distiller ; des histoires où la cheminée avait sa place dans la symbolique hivernale de sa Corse natale, où la soupe brûlante, les châtaignes, le jambon qui séchait au grenier parfumaient mon imaginaire ;
où les créatures étranges, le diable, le loup, les brebis égarées faisaient me mordre les lèvres.
Toutes ces choses vécues au travers des paroles savoureuses de ma mère, mon jardin me donne à les réinterpréter, le temps de mon passage sur terre, puis, infidèle et magnifique comme tous les amants, il deviendra le jardin d’un autre et l'inspirera à son tour.
Pour l’instant, je contemple ses rouges d’érables, ses jaunes puissants et je respire sa force bienfaisante.

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.



Dans tes yeux

L’eau des jardins et puis le gris d’hiver

Qui savaient dire en plein été

Que chaque chose a une fin.

Dans tes yeux

L’insomnie bleue de toutes nos nuits blanches

Quand le silence après l’amour

Faisait plus de bruit qu’une armée.

Dans tes yeux

L’eau de mes larmes s’y serait bien noyée

Si le grand désert dans ton cœur

Ne m’avait pas tant desséché.

© Giliberti / 2009 

 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

 C’est un conte où l’azur constelle le gris des jours ordinaires, où la peau, douce et d’ambre, absorbe toute crainte dans nos nuits améthyste.

C’est un conte destiné à nos coeurs qui désirent autre chose qu’un matin d’infortune à deux pas des commerces.
C’est un conte aux parfums si puissants qu’il engendre l’oubli et l’amour de l’autre.
C’est un conte où pleurer ne rime à rien, où la seule eau qui compte est celle de sa bouche.
C’est un conte où les formes, impatientes dans la glaise, surgissent entre les mains quand vos paupières de terre vous empêchent de les voir.

C'est un conte de trop, où peut-être de rien, mais les bleus à mon âme n’ont jamais plus d’alliance qu’en ces terres d’enfance où le noir d’un regard peut encore me faire naître.

C’est un conte où l’azur constelle le gris des jours ordinaires, où la peau, douce et d’ambre, absorbe toute crainte dans nos nuits améthyste.

C’est un conte destiné à nos coeurs qui désirent autre chose qu’un matin d’infortune à deux pas des commerces.

C’est un conte aux parfums si puissants qu’il engendre l’oubli et l’amour de l’autre.

C’est un conte où pleurer ne rime à rien, où la seule eau qui compte est celle de sa bouche.

C’est un conte où les formes, impatientes dans la glaise, surgissent entre les mains quand vos paupières de terre empêchent de les voir.

C’est un conte de trop, où peut-être de rien, mais les bleus à mon âme n’ont jamais plus d’alliance qu’en ces terres d’enfance où le noir d’un regard peut encore me faire naître.

© Giliberti / 2009
 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.



L’indolence des feuilles mortes dans le jardin est le signe que tout s’éteint et ton regard d’enfant meurtri, dans la lumière de cet automne, s’est assombri comme en hiver.

Tes larmes ont encore dit comme tu l’aimais, les miennes, combien je t’aime.

Quand la jeunesse se disloque et qu’aucun mot ne la répare, il est dur de s'accrocher à ses rêves et d’observer la vie en face.

Même si la mort a tant flétri tes jeunes années, même si souvent, elle t’a laissé au bord du gouffre, jamais elle ne froissera ton courage.

Cours au centre de tes chimères et n’oublie pas que dans mes terres d’enfance, là-bas où tout est bleu, il y a place pour ceux que j’aime.



Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.



Le sommeil, cette douce petite mort, cet oubli de soi et des autres, te rencontrait parfois quand, à longtemps poser, tu rêvais d’un ailleurs où ton âme recelait des aventures plus terrestres.

Dans ces moments-là me venaient des envies de partir et de te laisser tranquille.

Ma pudeur naissait, quand la tienne s’enfuyait. J’aurais voulu te peindre ou voler ton image, avec l’agilité d’un enfant qui, silencieux et secret dans les jardins profonds, s’empare des fruits mûrs convoités.

Mais alourdi de remords, je poursuivais mon travail attentif de peintre et toi, léger comme l’air, tu demeurais assoupi, à poser dans ta beauté première.

 

 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

Jean-Charles /1973

Un peu de Balmain sur mes joues

Et nos heures d’avant, les parfumées, reviennent me tourmenter.

Ces heures, quand dormir n’était pas nécessaire.

Ces heures, quand mourir n’avait pas de sens.

 

Un peu d’Eau Sauvage sur mes doigts

Et nos heures d’amour, les nourricières, reviennent me secouer

Ces heures, quand gueuler ne privait pas d’allure

Ces heures, quand pleurer pouvait aussi faire rire.

 

Un peu de Guerlain sur mon cou

Et nos heures d’ivresse, les insolentes, reviennent me déchirer

Ces heures, quand frapper n’était qu’une caresse

Ces heures, quand crever ne voulait dire que vivre.

 

© Giliberti / 2009


Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.



Au soir des inquiétudes, des grandes questions et des ressentiments,

L’élégance voudrait qu’on se retire.

Mais le soleil s’entête à faire briller chaque silice terne

Aussi, comme au premier matin du monde,

On avale l’air qui donne vie jusqu’au prochain accroc

Jusqu’à la nouvelle chute.

© Giliberti M / 2009



Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog