Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>

Articles avec #michel giliberti

akebia  

Ces fleurs de lianes plantées voilà vingt ans et qui aujourd’hui colonisent mon jardin malgré une destruction systématique, me confondent de bonheur.
Lorsque le soleil transperce leur coeur de sang, ils prennent la couleur des grenats et même des rubis « sang de pigeon», justement... Inestimable à mes yeux !

 

Voir les commentaires

hellebore

« Juste pour le plaisir des yeux » comme disent les Tunisiens. Je suis un amoureux des hellébores, j'en ai plein le jardin. Ce sont des fleurs qui durent des mois et qui aiment l'ombre.

hellebores-2

Voir les commentaires

Pas trop d'idées... Panne séche. Aussi, lâchement, voici le tout début de Boukornine, un de mes romans dans lequel Moez (ici en photo) est le héros.
Moez-foulard-rouge-22-
– Ija !
Il dit viens ! en arabe.
Je ne réponds pas.
Pourtant, je voudrais lui obéir.
Obéir à l’Orient, obéir à mes rêves d’absolu, et mettre fin à mes errances d’enfant déraciné.
– Ija !
Sa voix encore… comme un murmure, et sa langue, comme une musique qui m’indiquerait le vrai chemin. Pour la seconde fois, je fais mine de ne rien entendre.
Du seuil de la terrasse, il cesse de contempler la mer, et se retourne.
– Qu’est-ce que tu as ? Viens là… Viens voir Bou Kornine.
Mes yeux se lèvent sur lui, mais ne reçoivent que sa silhouette noire, à contre-jour.
Le soleil est si aveuglant.
La terrasse, si blanche.
Je m’étire longuement. Ce lit est un piège. Depuis plus d’une heure, je tente d’en sortir. Je m’assois enfin sur son bord. Ma peau moite m’écœure un peu. Comment ne pas transpirer ? Il fait au moins trente degrés à l’intérieur. Je n’ose imaginer dehors, je n’ose imaginer cette puissante chaleur : ces degrés qui abrutissent.
Je m’empare de la gargoulette posée à mes côtés et dont les flancs transpirent, eux aussi. Je la porte à mes lèvres assoiffées. J’avale avec maladresse une gorgée d’eau fraîche au goût de terre profonde, comme remontée d’un puits. Elle ruisselle de mon menton jusque sur ma poitrine… De l’eau aussitôt tiède, sensuelle.
Sous la canicule, l’érotisme est un psychotrope qui cherche tous les prétextes pour se manifester.
Je tais mes gestes autant que mes mots. La gargoulette entre les mains, je guette l’indicible.
Rien.
Juste le silence jaune entrecoupé du grésillement électrique des mouches épuisées qui tourbillonnent au sol avant de s’éteindre.
Moez quitte le seuil de la terrasse. Il approche, enfin.

Moez-terrasse-55

Voir les commentaires


tourterelles
Pour terminer le cycle précédent de mes cinq derniers tableaux, rien ne vaut ce message d’amour poétique. Malgré un froid insensé, ce couple de tourterelles reste là, uni et amoureux sur le poirier du jardin en attendant le printemps ; un peu comme le mien qui rêve de soleil, d’envol et de dépaysement.
À quelques jours de la Saint-Valentin, date de mon anniversaire, ce message d’amour est très clair.
 

Voir les commentaires

Encore dans les brumes d’un voyage éprouvant…
L’amour d’une mère est si insaisissable, si fort.
Chaque nuit, dans la chambre voisine, son souffle fatigué parvenait à mes oreilles et  mon cœur se serrait de l'entendre se battre dans une presque cécité et une surdité épouvantable…
Pourtant, dans la journée, ses yeux me regardaient comme toujours, même si ses mains si vieilles avaient besoin de me toucher pour se rassurer…
Et ce matin, dans le jardin retrouvé, la tempête a couché un de mes plus beaux arbres... mon préféré.
Le vent m'apporte un premier deuil.

Voir les commentaires



Petit rituel trimestriel…
Quelques jours à Toulon chez la mamma qui, sur cette photo datant de 1962, rayonne devant les aptitudes de son fiston qui, lui-même, irradié de béatitude "Léonardesque" ignore encore tout des vicissitudes liées au métier qu'il convoite…

À très vite…

Voir les commentaires


Ce soir, le réveillon de Noël nous fera retrouver la magie de l'enfance et pour s’en convaincre, rien de tel qu'un petit souk de lumières et de couleurs… Voici le mien. 
Joyeux Noël à tous !

Voir les commentaires


Quoi ?... Je ne vous avais pas dit que j'avais un job en Tunisie ?


Voir les commentaires

Demain je serai chez ma mère pour quelques jours, et pour décrire comment je reste à ses yeux quand elle me retrouve, ces photos permettent de l'imaginer mieux que tous les mots...


Cour le la Petite Sicile en Tunisie... mobylette de papa et chemise indienne que je détestais.


Terrasse de l'Olympia ... Marcel, short, babouches et poussin mécanique... Vaste programme !


Et pour finir, nous voici ensemble, maman et moi sur la terasse en question...

Voir les commentaires

undefined
Une nouvelle année, veuve des promesses de l’ancienne, commence dès aujourd’hui alors que mon blog vient de se refermer.
Je voudrais vous dire comme la mienne a été intimement liée à la vôtre. Ces quelques mois de ma vie de blogueur m’auront prouvé, une fois encore, qu’à ne jamais tricher avec l’affection, elle vous revient en plein cœur.
Vous tous, que je connais si peu et tant à la fois, je vous serre dans mes bras pour vous souhaiter la plus belle des années…
La plus brûlante pour les sens,
La plus jouissive pour l’esprit,
La plus salvatrice pour la sérénité.
Alors, pas de repos pour vos cœurs… Qu’ils battent !
Qu’ils battent comme de joyeuses percussions et fassent oublier la triste musique métronomique de l’ordre établi.
La médiocrité qu’on veut nous imposer n’est pas une fatalité et elle ne doit pas prendre le pas sur nos exaltations.
Jean-Charles, mon compagnon de toujours se joint à moi pour vous embrasser en ces premières heures d'année bissextile.

« Pace et salute », mes amis.

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>
Haut

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog