Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Je suis passé chez mon boucher et bien sûr, comme ça se fait dans les petits bourgs, je me suis tapé un brin de conversation avec lui et sa « bouchère-caissière » de femme.
Tous les deux sont assez marrants d’ordinaire, mais ce matin, ils avaient une mine sombre que j’attribuai bêtement à l’abus de foie gras et à la bonne bouffe des fêtes de fin d’année où l’on prend goût aux extras…
Le chignon de ma bouchère avait une vague allure de tour de Pise et la rondeur de son visage n’exprimait que l’excès de bonne chère ; nul tressautement de joyeuse humeur dans ses bajoues. Non… elles retombaient sur son col immaculé traversé d’un ravissant collier africain qui pour le coup avait l’air d’un sans-papier échoué sur la pourtant généreuse et accueillante poitrine.
Je m’enquis donc de leur morosité, tandis que mon boucher attrapait d’une main mollassonne l’entrecôte qu’il venait de trancher pour la peser.
La caissière me regarda tristement.
– Mon mari a la maladie du fer...
Je relevai un sourcil en signe de non-compréhension…
Je récoltai un soupir bruyant de la part du boucher qui enveloppa mon entrecôte avec lassitude dans un papier rose et satiné comme ses joues. Le cœur n’y était vraiment pas.
Alors, prudemment, je questionnai la bouchère.
– Et c’est quoi, cette maladie ?
– Y garde le fer !
(Et moi qui pensais qu’il ne gardait bêtement que l’argent !)
– C’est à dire ? demandai-je encore.
– Ben y garde le fer, vous comprenez… Et ça, ben, c’est pas bon du tout. Ça lui fait des problèmes de partout ! y s’sent toujours patraque !
– Ah Bon ?
– Voui voui voui ! Et puis c’est pas tout, ça lui fait des écailles de poisson dans l’dos.
J’avalai ma salive à la découverte de cette surprenante mutation pour un boucher.
– Mais comment vous vous en êtes aperçu ?
– Ça a commencé avec ses seins qui sont dev’nus tout gris !… M’en parlez pas ! Et j’vous dis pas pour le reste… ça diminue ! (là, la bouchère fit tourner mystérieusement ses prunelles par trois fois, d’un air entendu)… et puis ses doigts s’enflamment… Quand j’y pense, ça m’gratte partout !
Sincèrement désolé, mais aussi extrêmement attiré par ce discours audacieux, je tentai d’en savoir plus.
– Et que faut-il faire dans ce cas ?
– Ben, faut l’saigner une fois par semaine ! Un bon bol !
J’eus un frisson dans le dos.
Triste destinée d’un boucher…
Plus tard, chez moi j’ai cherché sur le net qu’elle était cette mystérieuse maladie. Je ne vais pas tenter de vous l’expliquer, mais ma bouchère avait tout juste, sauf qu’il fallait un peu traduire…
Effectivement, son mari gardait bien le fer. Il était atteint d’hémochromatose et de ce fait se fatiguait très vite ; ses mamelons devenaient gris et il souffrait d’hypogonadie, sa peau se desquamait et formait des petites écailles au niveau des épaules, sans parler des inflammations articulaires ; pour finir, il fallait une fois par semaine lui retirer 500cc de sang pour atténuer l’excès de fer…
Un boucher qu’on saigne, qui a des écailles de poissons, les doigts qui s’enflamment et les seins qui deviennent gris… c’est la revanche des bovins !

Quelle misère !

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Quelle misère !


À Tunis, il y a un immense parc nommé « le Belvédère ». Il domine toute la ville. On s’y promène à pied ou en voiture et l’on traverse ainsi de grands espaces luxuriants aux senteurs pénétrantes.
On s’y repose, on y flâne. Les Tunisiens s’y rendent en famille ou seuls et prennent la fraîcheur sous les arbres ou au bord du grand lac, ou à la terrasse du grand café à deux pas d’un zoo.

Photo © Giliberti

Ce jour-là avec Jalila, ma grande amie, je m’étais rendu au "point de vue", là où se trouve un monument de type moresque (la Kouba du Belvédère). Avec ma mère et mon père, nous y allions souvent quand j’étais petit.
Je garai ma voiture pour aller comtempler la vue imprenable sur Tunis et quelques instant plus tard, nous rencontrâmes une équipe d'ouvriers qui travaillait à l’entretien de la bâtisse.

photo © Giliberti

Dans le groupe, deux garçons, les plus jeunes, n’arrêtaient pas de rire et de nous faire des signes pour qu’on les rejoigne. C’est ce que j’aime en Tunisie et pour moi qui suis assez introverti, qui ne sais pas vraiment me mêler aux autres, là-bas, tout est possible ; les contacts se font toujours ainsi, spontanément.
Alors, on s’est approché. Nous avons longtemps discuté ensemble. J'ai baragouiné inutilement quelques mots d'arabe pour faire le malin, alors qu'ils parlaient très bien le français et je leur ai pris quelques photos, dont celles-ci.
Photo © Giliberti

Comme ils étaient en plein travail et qu'ils se trouvaient négligés, ils m’ont demandé qu’on se retrouve un autre jour ; ils pourraient ainsi se préparer et poser pour de plus belles photos.


Photo © Giliberti

On a pris rendez-vous pour le surlendemain.

Effectivement cette fois, ils étaient bien habillés, parfumés, rasés et la nuque rafraîchie. Nous avons bu un pot en terrasse, puis comme promis, je leur ai pris une nouvelle série de photos, mais j’avoue qu’une fois développée, j’ai préféré les premières, plus décontractées, plus authentiques. J’ai même une tendresse pour elles.

Dernière séance...
Photo © Giliberti / 2007

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Tunisie




Sereine journée que cette première journée de 2007.
Le soleil traversait les baies vitrées, les moutons se reposaient au loin, les tourterelles se posaient sur le rebord des fenêtres et j’écoutai le dernier CD de Françoise Hardy tout en peignant.
Je me tournai de temps à autre, Jean-Charles lisait.
Tout allait bien.
Je n’aurais pas voulu connaître d’autre histoire. À fréquenter le bonheur et sa fragilité, on en souhaite que son éternité.
Singulière paix après l’orage.
Singulière avancée dans un recul annoncé.
Savante alchimie d’une vie qui vous abat et vous relève.


D’évidences en évidences
Je me vide et descends
Si distant d’indécence
Si décent de distance
Vers les rives d’un ailleurs
Qui me rivent au meilleur.

© Giliberti.



Voir les commentaires

Published by michel giliberti - - Peinture et Poésie



Oui, je sais... c'est sûrement un peu trop, mais faut bien rire dès le premier jour de l'année, non ?
D'ailleurs mon guerrier se marre lui même !
Allez, @ très bientôt et vive 2007.


* Paix et salut  (expression employée pour souhaiter la bonne année en Corse. Ma mère est corse...)


Voir les commentaires

Published by michel giliberti - - Michel Giliberti




Voilà… 2006 est arrivé à son terme.
Notre histoire de « gens » va pourtant continuer avec ses actions, avec ses choix.
Tous ensemble, relayeurs de mots et de gestes, tous ensemble, à fuir nos doutes et à croire en des lendemains qui chantent ; nous aurons de radieuses grandeurs et bien sûr d’obscures lâchetés. Nous aurons nos frayeurs nouvelles à l’annonce d’un orage violent en hiver et aux moindres degrés de trop en été, maintenant que nous savons notre planète malade. Elle se réchauffe, se refroidit… Bref, toutes les métaphores pour excuser nos seules erreurs.
Ce ne doit pas être si grave dans le fond puisque dernièrement à la télé, un humoriste demandait à toute l’équipe de son émission qu’elle était la particularité du dauphin qu’on voyait à l’écran.
– Voyons… a-t-il une nageoire en trop ? demanda l’un des animateurs.
– Non ! répondit le meneur de jeu.
– A-t-il échoué sur une plage ?
– Non plus!
– A-t-il sauvé quelqu’un ?
– Pas du tout !
….
La réponse tomba dans le fou rire général !
– Ce dauphin est un dauphin de Chine et sa particularité… c’est qu’il vient définitivement de disparaître de la planète.

À vous de choisir, de l’ouverture ou de la fermeture, de l’errance ou des chemins balisés, de l’ordre ou du chaos… Tout est dans la profondeur du gouffre au bord duquel nous nous penchons et de l’ivresse qu’il nous procure.

Bonne année, les amis.


Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Réflexion




Quand la tempête des éléments prit fin, l’originelle couleur des temps devait être celle-là… ce jaune un peu fané, ce jaune de soleil épuisé, ce jaune du ciel dans son suaire de chaleur qui devait encore emprisonner et pourtant libérer les forces vives ; déjà.
Avant les vœux de demain, juste l’aveu de deux mains ; deux mains nomades sur les touches d’un clavier ; deux mains qui s’efforcent, tant bien que mal, de rendre vivant le voyage de l’enfance pour que ne tombe jamais la fièvre qui incendie les rêves.

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Michel Giliberti


Etude mine de plomb et réhauts de blanc © Giliberti / 2006

Emmanuel, qui est désormais un grand mannequin aux Etats-Unis, a été "Le" modèle.
Beaucoup de mes plus fortes toiles sont nées avec lui.
Emmanuel est le garçon le plus optimiste que je connaisse et depuis les USA, il est toujours prêt à me remonter le moral si je suis en perte de confiance ou que je panique devant la dureté de la vie.

Il avait seize ans et demi quand un copain me signala sa présence dans un show de body-building (tout ce que je déteste).
Il avait beau me dire que c'était un garçon magnifique, rien n'y faisait ; je ne voulais pas le rencontrer. D’une part parce que je trouvais qu’il était trop jeune et d’autre part, parce que je craignais qu’il ne soit obsédé par le culturisme.

Je passe les détails... jusqu'au jour où, vaincu par la ténacité de mon copain, je pris rendez-vous avec lui. Il venait de Honfleur. Je suis allé le chercher à la gare d'Évreux, la gare la plus proche de mon village.


J'étais totalement désespéré.
Pour la première fois de ma vie, j’arrivais en retard à un rendez-vous (véritable acte manqué). Devant la gare, Emmanuel m'attendait sagement.
Il était en jean et en baskets, un sac à dos sur l’épaule.
J’ai pilé devant lui à tout hasard, persuadé que ce ne pouvait pas être ce garçon-là... si grand, si adulte, et pourtant...
"Vous êtes Emmanuel?" demandai-je bêtement, alors qu'il n'y avait personne d'autre autour de lui.
Il me répondit sous forme de boutade "Et vous, vous êtes Michel?", puis il me fit un grand sourire, remonta ses cheveux qui balayaient ses yeux verts et s'engouffra aussitôt dans la voiture.
J’étais totalement bluffé par sa beauté et me maudissais d'avoir tant hésité à le rencontrer... Le plus extraordinaire, c’est qu’il parvint à me mettre à l’aise en deux minutes, tant il parlait avec spontanéité et gentillesse.

Je continue à le peindre quand nous parvenons à concillier nos emplois du temps, et j'adore le voir grandir. Il est de plus en plus beau à la veille de ses trente ans et toujours aussi gentil et attentionné avec moi.
Je crois que tant que ce sera possible, je le peindrai.
On s'adore vraiment.


C’est lui qui m’a fait découvrir New York pour la première fois. Il était tout fier de me montrer des affiches géantes de lui qui s'étalaient sur les murs de la ville et les abris bus.
Un beau souvenir et beaucoup d'émotions.

Plus tard il m'emmena à l’emplacement des twins towers qui venaient de s’effondrer trois mois plus tôt, alors qu’il se trouvait là, à prendre des photos de ses parents venus lui rendre une visite.
C’était terrible. Il était très ému. Sur ces fameuses photos,
au fur et à mesure des prises rapides, on voyait ses parents changer de visage. Dans leur dos, le premier avion venait de percuter une des tours et la fumée noire s'en échappait dans le ciel étincelant. Ils réalisaient que quelque chose d’incroyable venait d’arriver, mais ils gardaient la pose devant une des tours en flamme… Emmanuel avait photographié le drame.



Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Mes modèles...



© Giliberti / 2006

Je n'ai jamais été l'hiver
Lits verts et taies me suffisent...

 Giliberti / In "Bleus d'attente"


Avec Emmanuel, Laurent fut un de mes plus beaux modèles. Je l'ai rencontré à un de mes vernissages (ça se passe souvent ainsi).
Comme il
aimait peindre et dessiner, il avait une foule de questions à me poser sur ma technique.
Je lui demandai, au bout d'un moment, s'il accepterait de poser pour moi.
Il avait tout juste dix-huit ans et l'idée de devenir mon modèle le séduisit tout à fait ;
aussitôt il accepta.
Nous avons travaillé ensemble et longtemps. Lui qui n'avait jamais posé trouva très vite une patience de professionnel et apporta souvent de son imaginaire à mes compositions.
J'ai dû le peindre une quinzaine de fois. Un très beau souvenir.

  © Giliberti / 2006




   Laurent, des années plus tard.




Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Mes modèles...

Pour changer un peu de mes peintures, voici un de mes bronzes.
J’adore sculpter, mais entre l’écriture, la peinture, le jardinage, et tout ce qu’il faut faire au quotidien, je n’ai plus assez de temps pour entreprendre tout ce que j’aime. Il faut faire des choix.
Je sais pourtant que je me remettrai un de ces jours à la sculpture.


Je ne sculpterai plus…
La veine d’améthyste
Sous l’ambre de ta peau
Me rassasie du marbre.

Je n’esquisserai plus…
Tes yeux de pierre noire
Dessinent mes ardeurs
Et gomment le sommeil.

Je ne ferai plus rien…
Tes gestes de ruisseau
Tes danses autour du puit
Suffisent au créateur.

Je ne vieillirai plus…
La pourpre de tes lèvres
Incendie mon déclin
Des plus rouges clartés.

© Giliberti / Bleus d'attente


Preuve de mon amour pour la sculpture, ce très vieux tableau représentant un tas de statues classiques enchevêtrées de façon chaotique.
À l’époque, j’étais désespéré de voir à quel point l’art figuratif semblait désuet devant le moindre objet abstrait, la moindre installation, fut-elle un simple amas de gravats. J’avais donc imaginé que les pièces académiques des musées finiraient un jour à la décharge, formant en quelque sorte de nouveaux musées « branchés ». (L'ange n'étant qu'une métaphore de la mort de l'art figuratif.)
Je n’ai rien contre l’abstraction aujourd'hui et même, je ne peux compter les toiles et les sculptures abstraites qui savent me séduire. Il faut dire qu'à l’époque, j’avais quelques blocages, car le seul fait d’annoncer que j’étais un artiste figuratif relevait du parcours du combattant et m'attiraient les foudres des galeristes qui faisaient primer le message conceptuel et intellectuel sur la simple technique comme si les deux étaient incompatibles. J'avoue que je souffrais que l’art soit à ce point compartimenté.



Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Michel Giliberti

Franck, mon modèle, venait de perdre Tania, sa jeune amie de vingt ans, emportée en trois mois par un cancer.
Il était désespéré et venait souvent à la maison me parler d’elle et tenter d’exorciser son chagrin.
Je me souviens que nous écoutions Wasis Diop à longueur d’après-midi.
Je le regardais me parler de la mort, du suicide.
Il pleurait dans mes bras.
Dans ces moments-là, nous étions très proches.
Éprouvé par sa douleur et en souvenir de ces longs après-midi, je le peignis un peu plus tard en projetant son suicide qui fort heureusement n’eut pas lieu.
Je voulais que Franck soit sans fards, seul, nu, avec son suicide au bout des doigts et une lettre d’adieu qui affirmait qu’il n’était pas si grave de quitter ce monde dès lors qu’on le désirait.



Ce n’est pas si dur,
Juste un royaume qu'on déserte...
Les bouffons demeurent,
Armés de vie
Devant vos bouches vides
Et vos paupières d’encre.
Ils sauront vite
Vous faire m’oublier.


© Giliberti (texte de la lettre sur le tableau)



Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Peinture et Poésie

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog