Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Les heures se rebellent
Les jours se défont... on dirait.
Les nuits sont moins belles
Pour mon Apollon... on dirait.


Et l’enfant n’y peut plus rien
Fatigué d’avoir grandi
Et mes mots ne servent à rien
Trop usés d’avoir tant dit.

Les bouches se taisent
  Les yeux sont hagards... on dirait.
Plus rien ne m’apaise
Les rires se font rares... on dirait.

Et l’enfant ne veut plus rien
Harassé de devoir vivre
Et mes mots ne peuvent rien
Inutiles au fond des livres.


© Giliberti / 2008

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.



Tous les événements qui agitent la Grèce et réjouissent ma tête (enfin une vraie bonne révolution face à un gouvernement pitoyable) me rappellent de façon décalée et imprévue qu’il y a plus de vingt ans, mes pinceaux sublimèrent Héphaestion sur cette toile remplie d’anomalies ornementales.
Qu'importe... L'amant du belliqueux Alexandre dont j'ai symbolisé les guerres en arrière-plan, méritait bien ce tableau, tout comme les fougueux étudiants d'Athènes mériteraient bien qu'on les écoute enfin...

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Réflexion

À quelques kilomètres de ma ville natale Menzel Bourguiba et de celle de Bizerte se trouve un parc naturel inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO, le lac de l'Ichkeul. C’est une des plus belles réserves ornithologiques du monde qui se déploie au centre d'un massif montagneux absolument magnifique, sauvage, voir inquiétant.
Quand on arrive à l'entrée de ce parc, il faut prendre une petite route étroite de quelques kilomètres qui serpente jusqu'au parking à ciel ouvert tout aussi naturel que les lieux alentour et qui se fond dans le décor, auprès de vieilles constructions typiques, comme ce vieux marabout...
À partir de là, il faut continuer à grimper à pied et la promenade commence au milieu d'un silence unique traversé du seul cri des oiseaux et du grésillement des insectes. De temps à autre, des rapaces déploient leurs ailes au-dessus des crêtes du massif, mais hélas je ne parviens pas à les photographier.  Je tenterai l'expérience une prochaine fois. Mais avant cette promenade, on passe d'abord devant une bâtisse (administrative, je pense) encadrée de deux pachydermes en résine qui n'ajoute rien à la beauté du paysage, je dois l'avouer, d'autant qu'il ne s'agit pas de la reproduction d’espèces présentes dans cette réserve... Donc, on oublie vite l'éléphant...
...et le rhinocéros.
Et la ballade autour du lac se précise enfin...
Celui-ci change souvent de couleur pendant l'année. C'est un des rares lacs au monde qui absorbe l'eau de la Méditerranée en été, une eau à laquelle il est rattaché par un canal et qui fait grimper son niveau et sa salinité.  En hiver, ce sont les oueds qui l'alimentent en eau douce et là, son niveau baisse au point qu'il est possible de marcher dessus sur des centaines de mètres, comme je suis en train de le faire sur cette photo. Beaucoup de traces des sabots des buffles d'eau sont distinctes à sa surface dans ces périodes là ainsi que leurs bouses.
Quand j'étais enfant, j'avais très peur du lac de l'Ichkeul ; il était souvent de couleur argileuse et le silence qui y régnait était si impressionnant que je détournais la tête quand je passais devant ses berges. Même accompagné de papa dont je serrais très fort la main, j’avais l'impression, à tout moment, qu'il pouvait se passer quelque chose. La végétation se compose essentiellement d'oliviers et de petits arbustes, comme les pistachiers, dans un paysage accidenté composé de rochers dorés, ambrés ou roux, souvent recouverts de lichen orange ou vert. De temps en temps, on y découvre des grottes habitées par les chauves-souris et les oiseaux. De toute part se faufilent des lézards ; parfois, de grosses libellules font un bruit d'enfer en passant près de vous.
C'est un lieu magique et émouvant qui correspond à la Tunisie de mon enfance.
D'ailleurs, une petite méditation s'impose...Pendant que d'autres ont mieux à faire...
Ainsi que cette cigogne en plein vol...
... ce canard sauvage en plein bain...
... ou ces flamants roses qu'on voit mal sur ce cliché (je n'ai pas de patience pour photographier ce qui est simplement beau à voir ou à ressentir).
C'est ainsi que Jean-Charles passe son temps à me montrer des canards, des grues, et tant d'autres espèces d'oiseaux rares que je rate dans mon objectif, et en toute logique, c'est lui que je photographie. Il est si heureux au milieu de la nature sauvage ! Et puis, pour moi, c’est bien lui l'oiseau rare, la seule espèce intéressante qui me passionne et que j'étudie depuis trente-cinq ans...
Et le soir, une fois rentré à Sidi Bou Saïd, il fait sagement le tri des olives qu'il a cueillies en douce, bien décidé à en faire quelques conserves...
Oui, c'est un oiseau rare ! Une espèce comme je les aime... une espèce dont je ne me lasse pas.

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Tunisie

Hémographie des désordresUn petit aparté dans mes flâneries habituelles…
Mon éditeur vient de m’apprendre que mon dernier livre de photos « Hémographie des désordres » (dont l'objectif est de dénoncer la violence, la souffrance et l’injustice à travers des portraits parfois choquants, accompagnés de textes et de poésies les justifiant) est très souvent refusé chez tous les « bons libraires » !
Dans la foulée, ils associent à ce travail particulier mon dernier roman « lapeaudumonde.com »
 lapeaudumonde.comqui subit le même ostracisme au prétexte que ces ouvrages pourraient choquer les enfants et certaines familles ! Depuis dix ans que je publie, c'est la première fois.
Ce sont ces mêmes libraires qui installent en gondole et en vitrine le calendrier des « Dieux du stade » ainsi que le livre « Big penis book » qui comme son nom l’indique, propose une simple compilation de gros sexes d’hommes dans des slips prêts à craquer…
Eh oui ! ces ouvrages ont l’avantage d’être diffusés par des éditeurs aux épaules et aux arguments économiques suffisamment solides qui imposent leur « production » et écrasent les petits éditeurs qui comme le mien proposent un travail original.
Selon que vous soyez…
Heureusement, il reste les ventes sur le site des éditions Bonobo, à la galerie Benchaïeb (Paris) où je suis exposé, dans quelques librairies alternatives et indépendantes ainsi que dans certaines FNAC et pour ces dernières, ça dépend du goût des responsables !

Difficile d'extraire les photos d'un livre de plus de cent soixante pages...
Chacune d'entre elles participe de l'harmonie de l'ouvrage...
Et si certains portraits dénoncent la dureté de la vie, la violence, la pauvreté...Le suicide...
L'aveuglément...
La torture...
D'autres, comme celle-la, permettent quelques respirations...
Franck, Emmanuel, David... Trois des trente six amis qui figurent dans cet ouvrage et qui, sans détour, en ont accepté le thème .

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Mon actualité

Dans l’obscur de la fête
Mes yeux accrochaient sa lumière
Les siens savaient lire mes faiblesses.
Qu’importe d’avoir tort ou raison
Qu’importe les mots qui condamnent
L’homme naît des désirs et des peurs qu’il s’invente
L’homme meurt du confort et des trêves qui l’assoient.


Dans le clair de ma tête
Ses yeux allumaient mes ténèbres
Les miens savaient lire ses desseins.
Qu’importe d’avoir tort ou raison
Qu’importe les mots qui condamnent
L’homme naît des errances et des bruits qu’il s’impose
L’homme meurt des silences et des haltes qui l’accablent.

© Giliberti / 2008

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.



Quand il faudra mourir
Dans ce désert sans vent,
Je saurai m’éparpiller
Grains de sable sur ta peau,
Sans crisser…
Sans cris,
C’est… sûr.


© Giliberti / 2008 / bleus d'attente / 2001

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Peinture et Poésie



I
ncertaine l'ouverture
Si fatal l'obstacle...
Qu'ils sont tristes ceux-là
Qui défont nos audaces.
Imprécis les amours
  Si limpides les haines...
Qu'ils sont tristes ceux-là
  Qui construisent nos peurs.

© Giliberti / 2008

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Poésie et société

On abandonne Tozeur, sa palmeraie et les maisons qui s'y nichent, sa splendide Médina toute de briques jaunes, une Médina « médiévale ».
Et le voyage repart... La traversée du Chott El Jerid ne va pas tarder. Son immense étendue de sable, de terre et de sel confondus s'étendra sur quatre-vingts kilomètres... Le ciel est magnifique et les nuages, comme souvent à cette époque de l'année dans cette région aux portes du désert, se colorent de rose ou de mauve et accentuent le bleu presque turquoise du ciel. 

 

Avant ces marécages si particuliers, la route aride à la maigre végétation odorante (souvent de l'armoise) réserve des surprises, comme ces deux petits ânes qui se racontent plein de belles choses...

Lorsqu'on s'approche d'eux, ils prennent la fuite et cette chorégraphie aux tons uniques permet cet inattendu cliché aux allures de dessins rupestres aussi spectaculaires que de ceux de la grotte de Lascaux.

Peu après, comme prévu, on se retrouve au centre du chott El Jerid dont les cristaux de sel à sa surface miroitent au soleil. La route qui le traverse ne va plus cesser d'être bordée de cet étrange et brillant désert.

Parfois des mirages apparaissent et persistent tant qu'ils se trouvent dans un axe précis. C'est le cas pour ceux-là (les taches noires à l'horizon, sur la gauche) ; ils disparaîtront brusquement quand la route tournera un peu sur la droite.

On approche de la dépression du Chott El Jerid ; ses reliefs offrent des points de vue splendides. Des deux côtés de la route, le sel de ce marécage asséché continue de nous accompagner et se soulève par endroits jusqu'à ressembler à de petites tentes du désert. Parfois, ce paysage un peu lunaire donne l'illusion d'être au bord de la mer (surtout s'il fait très chaud) car les mirages sont plus intenses et vous assurent d'une eau plus vraie que nature tout autour de vous.  

À la fin du Chott, un peu avant la ville de Kebili, on décide de prendre une petite route sur la droite qui mène à une oasis...

Arrêt immédiat... le spectacle est prometteur.

C'est bien ce que je pensais... Un vrai décor de théâtre. Visite obligatoire pour savourer ces couleurs, ces reliefs étonnants... cette luminosité.

C'est tellement beau, qu'on n'ose y croire. Tout est si calme, si feutré... un petit paradis.

Jean-Charles n'en croit pas ses yeux...
Très vite, il redevient un enfant et s'amuse dans les dunes... Le sable est si beau, si fin... entre les doigts, c'est une sensation ineffable... une caresse de la nature.

Moi, je m'enferme aussitôt dans une de ces brèves méditations dont je ne sais toujours pas me défaire... Que le monde est beau ! Et si je me suicidais ici... là, tout de suite. Oui, je sais, j'ai toujours à ma disposition un lot de belles idées optimistes.

Heureusement, pour couper court à mes élucubrations, derrière les petits reliefs, se dresse une cabane faite de feuilles de palmiers ; elle propose des souvenirs, des tapis, bref, un petit commerce tout simple, mais qui doit bien fonctionner en périodes touristiques... Deux garçons d'une vingtaine d'années nous accueillent et nous offrent du thé. Ils ont l'air de s'ennuyer. "Abdoul et Ali"! Ils se nomment ainsi.

Abdoul veut que je pose avec son faucon sur le bras. Je me plie donc à la photo un peu simpliste. Je me trouve un peu bête, mais bon, il faut bien faire plaisir à ces jeunes gens et surtout à Jean-Charles qui immortalise ma contribution à la photo basique que chacun doit avoir dans ses albums ou sur son ordinateur s'il est passé par là....

À l'intérieur de la cabane, par contre, je me sens chez moi. Tout ce bazar me convient tout à fait et après avoir bu le thé, je reste longtemps assis à rêver de façon désordonnée.Nous discutons longtemps avec les  garçons dont l'un deux, Ali, nous plaint d'être français. Je lui demande pourquoi, il me répond que tous les jours à la télé, il voit qu'à Paris les gens dorment sur les trottoirs dans des boîtes en carton ou bien dans de minuscules tentes, qu'il n'y a pas de travail, que ceux qui ont la chance d’en posséder un sont quand même pauvres, que les sans-abris meurent dans le froid... que les enfants sont alcooliques et frappent leurs professeurs... que nous n'avons pas le droit de fumer, de boire, etc.  Et oui, et oui... on nous plaint !

On se dit enfin au revoir, on s'embrasse, on se serre dans les bras comme de vieux amis de toujours... J'achète deux bricoles et le voyage continue. On s'approche maintenant de Matmata, la végétation revient doucement..

De petites oasis apparaissent et palpitent à  l'intérieur de cirques qui jalonnent la route qui serpente au fil du relief escarpé.

Le paysage devient de plus en plus étrange, proche de celui des zones volcaniques ou d'une planète imaginaire entre la Lune et Mars. Difficile à décrire. On est au bout du monde.

Bien après, dans un tournant à fleur de virage, je retrouve la maison troglodyte dans laquelle j'avais rencontré une vieille dame qui, en deux mille quatre, m'avait offert son hospitalité. Je l'avais dessinée et également peinte. Je veux lui offrir mon livre d'art qui résume l'ensemble de mes peintures « orientalistes » dans lequel, elle figure...
Hélas ! sa fille m'apprend qu'elle est morte depuis trois mois.
Je suis très triste et je lui offre le livre. Elle découvre sa mère sur deux pages et me remercie avec émotion. Nous avons tous les larmes aux yeux.

Alors, une dernière fois, pour la remercier de son accueil et de sa disponibilité à mon égard, il y a quelques années, voici ma vieille de Matamata dans la pleine lumière de juillet devant sa porte, comme autrefois, alors que de ses doigts noueux, elle mettait un peu d'ordre aux plis de sa robe, avant de poser pour moi. 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Tunisie


À soixante kilomètres de la belle petite ville du Kef se trouvent les ruines romaines de Dougga. Ces vestiges que je connais depuis l'enfance sont exceptionnels. Ils ont l’avantage d’être bien conservés et surtout de s’étendre sur ce paysage toujours unique et « biblique » déjà décrit…

Quand on découvre ces lieux, un peu difficile d’accès, on comprend que les Romains s’y installèrent. Les plateaux sur lesquels ils se dressent les protégeaient des ennemis et les plaines généreuses que le fleuve Mejez el Bab arrose assuraient les cultures. Plus loin d’ailleurs en remontant vers Aïn Draham et Tabarka, la végétation est très dense et l’on compare (un peu à tort à mon avis) cette région à la Normandie parce que les pluies y sont abondantes et que la neige y pointe son nez. Croyez-moi, rien à voir…  

Ici tout est encore à peu près préservé de l’urbanisation sauvage qui, hélas, défigure de plus en plus le pays. On éprouve un sentiment de retrouvailles avec ce passé romain de la Tunisie qui fut tant de fois envahie, au point que beaucoup d'entre eux refusent l’identité arabe dans laquelle ils ne se reconnaissent pas vraiment (en dehors de leur religion musulmane). 

Ils se sentent avant tout des Numides… des Berbères. Ce sont les origines qu'ils revendiquent. Leur culture est faite de tant de mélanges que ce mot « arabe » leur semble réducteur et ils le laissent bien volontiers aux vrais envahisseurs « arabes», ceux qui s’imposèrent rapidement sur leur territoire dès l’an 646. 

Ces lieux un peu hantés par ce passé romain semblent donner envie de flâner aux Tunisiens et surtout aux paysans qui s’y promènent tranquillement tout autour. 

Chacun d'eux est prêt à vous raconter une anecdote et comme dans toute la Tunisie, le sourire et le mot « bien venu » sont de rigueur.

Le Capitole, au sommet de Dougga...

Son chapiteau...

Ses colones corinthiennes...

Une vue depuis le côté gauche du Capitole...

Le Capitole, une dernière fois... j'ai photographié bien d'autres endroits sur place, notamment le théatre si intacte de ce site si vaste, mais difficile de faire un choix...

Les thermes antoniniens qui dominent la vallée...

L’arc de Sévère Alexandre près des figues de barbarie et des oliviers centenaires...

Jean-Charles (mon compagnon depuis trente-cinq ans) est littéralement tombé sous le charme de ce site que le silence (à cette époque de l'année) rend si envoûtant. Il ne voulait plus partir. Si je l'avais écouté, un âne et des moutons auraient suffi à faire de lui l'homme le plus comblé de la terre...
D'ailleurs, nous sommes là, tous les deux, à nous demander si ce désir un peu utopique n’est pas finalement le seul vrai projet nouveau à l'heure de la fuite des capitaux et des derniers litres de pétrole, à l’heure des bourses vides des hommes et de celles des marchés qui dégringolent…

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Tunisie

À l’ouest de Tunis, quand on s’éloigne vers l’Algérie, la campagne tunisienne qui mène au Kef est une des plus belles que je connaisse. Elle est même émouvante. Finis les clichés faciles, on entre dans la légende qui pousse aux aphorismes.

Cette terre restitue les images bibliques qu’une éducation religieuse a enracinées au plus profond de nous. Même si par la suite (comme moi) on devient athée, on s’attend à voir surgir Moïse ou Jésus dans ces paysages de Galilée où chaque buisson devient ardent…

Ici où tout est beau, c’est le souffle du vent dans les branches des oliviers et des eucalyptus…

Ici, où tout est continuel, ce sont les roches rousses, érodées et tortueuses, les valons, les plaines et surtout l’odeur de la végétation dans un silence étonnant et mystérieux qui force la méditation.

Ici, où tout est retenu, les bergers vous sourient près de l’oued où paissent leurs moutons...

... des moutons sans marquages aux oreilles et qui paressent sous le soleil.

Des enfants sur des ânes vous saluent et vous vendent parfois des légumes ou des fruits.

Quand je me promène dans ces lieux de grande sérénité, je suis toujours à l’écoute du silence. J’ai toujours l’impression qu’il veut me délivrer un message. Il règne la plus inspirée des symbioses avec ma nature profonde comme lorsque je contemple le désert ; rien de comparable pourtant, mais ces paysages parviennent tous deux à panser mes blessures, parviennent à me faire croire en l’homme.


Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Tunisie

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog