Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti



Les mains parlent tout autant que les yeux…
Elles me fascinent et m’emportent aussi loin.
C’est un étrange voyage que de rencontrer des mains et si les yeux captent plus vite l’attention, les mains, elles, la retiennent pour longtemps.
Qu’elles soient aristocratiques, tachées d’encre, ou blanchies du plâtre, elles sont toujours porteuses de vie et de préhension.
Ce sont des mains qui lissent vos cheveux au matin de l’enfance, ce sont des mains qui tiennent les vôtres au soir de la vieillesse… Les mains s’accrochent, se raccrochent, s’agrippent, finalement ne vous lâchent plus et même si certaines d’entre elles lâchent prise, vous abandonnent et vous désertent , elles méritent notre sensible attention.
Ici, sur ce tout dernier tableau, les mains de l'acteur Salim Kechiouche… Salim, que j’ai si souvent peint, si souvent photographié ! Salim, aux mains généreuses.
Cette toile fera partie de ceux de ma prochaine exposition qui aura lieu en mai ou juin à Paris, à la galerie Benchaieb. La date n’est pas encore fixée.

Voir les commentaires

Dans la cohue d’un samedi matin bizertin, je tentais, il y a quelque temps, de repérer un magasin de matériel photographique. Sur mon visage devait se lire mes hésitations puisqu’un jeune homme me demanda s’il pouvait me rendre service.
Je lui fis part de ma recherche et il s’empressa de m’accompagner jusqu’à un photographe qu’il connaissait.

Par la suite, je pris avec lui un café sur le vieux port…
Le vieux port de Bizerte est un endroit absolument ravissant et très authentique. Le temps était lumineux. Les bruits et les odeurs du marché à deux pas ajoutaient à l’ambiance chaleureuse.
 
Sofiane, puisque c’est le nom de mon guide improvisé, me proposa d’aller me balader avec lui sur la plage, ce que je fis. Nous passâmes l’après-midi à bavarder de tout et de rien, de nos difficultés respectives autant que de nos bonheurs.
Au terme de notre journée, il insista pour que je vienne manger chez lui et fasse la connaissance de sa famille. Je n’avais rien prévu de particulier. J’acceptais.
C’est ainsi qu’en soirée,
à dix kilomètres de Bizerte environ, je découvris un petit hameau dont je ne me souviens plus du nom. Au centre d’une grande maison toute simple et pratiquement dépourvue de meubles, ses parents se tenaient assis par terre en train de s’amuser avec une petite fille (la dernière des sœurs de Sofiane, je l’appris plus tard). Ils m’accueillirent comme si j’étais un vieil ami. On déroula de grands tapis et peu de temps après nous mangions à même le sol un couscous royal…
Après le repas, Sofiane m’entraîna faire le tour du petit village et me présenta à tous ceux qui, comme nous, prenaient le frais après la forte chaleur de la journée.
Je rencontrai un monde fou, de l’épicier jusqu’au loueur de vidéos en passant par le boulanger et le marchand de beignets, sans compter une horde de gamins qui nous suivaient. Tous les commerçants restaient ouverts dans la seule lumière de leur échoppe tandis que la rue principale était absolument plongée dans l’obscurité.
Au milieu d’une cinquantaine d’inconnus d’une gentillesse difficilement imaginable, je restai ainsi, jusqu’à plus de minuit, à parler, à rire, à grignoter tout ce que chacun m’offrait.
Enfin, je repartis en promettant d’envoyer à Sofiane, toutes les photos que j’avais prises au cours de cette soirée, ce que je fis deux mois plus tard.
De telles veillées, il m’est difficile de les compter tant il m’a été donné d’en vivre ; souvent, lorsque j’ai un petit coup de blues, elles réveillent mes heures…

Sofiane sur la plage de bizerte... Un souvenir charmant et amical.

Voir les commentaires



Un tableau de Nicolas Poussin « Les bergers d’Arcadie » représente des bergers autour d’une tombe sur laquelle est gravée cette phrase « Et in arcadia ego » (même en Arcadie j’existe) ou (je suis aussi en Arcadie).
Beaucoup de choses ont été dites sur le mystère qui entoure cette phrase...
Dans les années 80, je succombai à l’envie de matérialiser cette légende sur une grande toile… ajouter ma pierre au mystérieux message ; pour cela, je décidai que Jean-Charles, mon compagnon, serait au premier plan sur ce tableau, semblant détenir les clefs de l'énigme créée depuis 19e siècle et jusqu'à aujourd'hui... d’où son expression un peu ironique.



Pour l’anecdote, le chien au pied de l’un des bergers, un Bearded colley, fut le même que celui que j'adoptai quel que dix ans plus tard quand j'arrivais dans ma maison de campagne qui recelait autant de mystères que cette peinture puisqu'après « Et in arcadia ego ! », ce chien qui fut une merveille d’amour, d’humour, de sociabilité… mais aussi de poils, de boue, de bave et autres dérivés canins à nettoyer au quotidien, me fit comprendre le sens de « Et in merdia ego ! »

Voir les commentaires



Seul dans l’enfer de mes duels
Toujours ici et presqu’ailleurs
J’ouvre des mots qui te referment
Et de me faire je te défais.
J’ai l’indigence de la pudeur
Et l’ouverture du dénuement
C’est bien assez pour trop t’aimer
D’un double trouble, d’un double émoi
Accordés à ma confusion.


 © Giliberti / 2009

Voir les commentaires



J’ai souvent tenté de traduire la fuite du temps dans mes peintures de jeunesse ; j’avais une douloureuse conscience de l’inéluctable altération des êtres. Tout était prétexte à exprimer ce ressenti, comme cette montre géante qui sort du ventre de la femme.
Cette naissance représentait pour moi le plus élaboré des processus de mort annoncée, le ventre (ici, l’estomac) symbolisait cette image un peu morbide qui maintenant me fait sourire.
La mère arachnéenne domine un fils éfflanqué dont le visage soucieux semble signifier la douleur provoquée par cette mise au monde précomptée.
Les bras sectionnés de la mère nourricière, suspendus au-dessus du corps déjà âgé du fils, montrent sans doute l'incapacité à arrêter le temps, peut-être à rompre le cordon...
Ô Oedipe quand tu nous tiens !
Les années donnent à notre perception de la vie un sens plus nuancé, mais il faut bien que jeunesse passe…

N'oublions pas...

Voir les commentaires


Aujourd'hui, je me joins à ceux qui en ont raz le bol. 
Je serai à la manif d'Evreux à 14 heures...

À bientôt....



Voir les commentaires

Confidencesjpg

Que se disent les femmes ? Quelles sont leurs confidences ?
Ces voyageuses en pays d’hommes savent tant sur nous…
Elles veillent sur l’ardente mémoire de notre destinée, se penchent puis s’épanchent sur tous les souffles de vie dont elles peuplent la terre.
Et quand, à l’âge des fins, elles épousent cette terre, c’est un peu de nous-mêmes qui s’écroule et retourne à la mer…

Voir les commentaires



Aujourd’hui le soleil est enfin rentré dans la maison… Il a investi la transparence des hellébores cueillis au jardin et celle du cristal...


  ... Il a réchauffé le vieux bois de la selle de dromadaire et la peau de mouton…



... Puis, il a allumé chaque objet, comme pour une fête...


Enfin, il a réveillé les murs de mon souk normand qui hibernait depuis si longtemps...


Mais c'est encore et surtout au creux des héllebores qui palpitaient de plaisir que j'ai aimé le voir paresser...


Voir les commentaires


Violence… Violence ! Ce mot revient chaque heure, chaque jour, à chaque temps de notre quotidien, à chaque instant de notre société bien inspirée… Je crois qu’il ne sera pas remplacé de sitôt par un autre qui harmoniserait nos sens.
Non ! ce mot de « violence » convient à tout…
Aux patrons voyous ; terme bien anodin pour qualifier ceux qui jettent les ouvriers à la rue.
Aux relations humaines remplacées par des robots qui proposent leur lot de « codes » ; tapez 1, tapez 2… etc
Aux rapports enfants parents qui « eux » n’en ont plus…
Aux élèves qui disjonctent…
Aux transports en commun où tout le monde fait la gueule…
À la pollution, qui détruit notre petite planète…
À la crise organisée, qui lentement établit des lois plus dures et sûrement nous prive de liberté au prétexte d’une terreur rampante…
À l’état, qui laisse entendre que nous devrions nous contenter des miettes que le système veut bien nous laisser…
Violence de nous niveler par le bas…
Violence faite à nos belles avancées humanistes…
Violence...
Violence… des mots, des idées, des actes… de la médiocrité.
Violence qui nous enverra droit dans le mur…

Voir les commentaires

Le temps a sa version des souvenirs, le mien aime les embellir… voici, une fois encore, quelques sourires, rires, regards, visages d'amitié et autres miettes tunisiennes qui font le festin de mes yeux… sans jamais provoquer la moindre somnolence.


Deux sourires dans une oasis de Tozeur..



  Un autre dans celle de Douz...


L'Amie...



  La vieille route qui mène à ma ville natale Menzel Bourguiba... et ses surprises...


 Moez, je ne le présente plus...


Medhi, pas davantage...



Une adorable peluche découverte aux ports puniques...

Voir les commentaires

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog