Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

En Iran, la condamnation à mort par lapidation de Sakineh Mohammadi-Ashtiani me rappelle cet extrait de mon dernier roman. À ma façon, et même si ce que je décris ne se passe pas en Iran, ce texte permet de me joindre à tous ceux qui luttent pour mettre fin à cette sordide histoire d'un autre temps.

lapeaudumonde

 

... /...Le temps d’allumer une cigarette, il s’arrêta par hasard sur une chaîne d’information et de reportages en continu qui donnait à voir sur une route de Kaboul inondée de soleil, une femme en burka, battue à coups de pied et lapidée par une horde de fondamentalistes talibans confortés dans leur illusion d’être au plus prêt d’un islam pur.
L’image n’était pas très bonne, sûrement tournée en caméra cachée, mais suffisamment violente pour que Gilles, encore dans les confidences de sa mère, écarquille les yeux, brusquement envahi par l’horreur qu’il n’attendait pas.
Il tira sur sa cigarette et se saisit de son verre de coca.


 ...La malheureuse femme trébuchait sous les coups, se prenait les pieds dans sa tunique, jusqu’à ce que doucement du sang apparaisse ; auréoles sombres sur le bleu indigo de sa burka...


 Gilles se mordit les lèvres, ce qu’il voyait dépassait l’entendement. Il tira très vite plusieurs fois sur sa cigarette tandis que de son autre main il serrait de plus en plus fort le verre de coca. 

 ...Les coups pleuvaient. 
Toujours.
Hallucinants.
Lâches.

Autour de la femme en bleu, la poussière jaune de la route tourbillonnait sous le martèlement des hommes qui hurlaient et redoublaient d’acharnement bestial.

Les tâches de sang se multipliaient.

La femme ralentit son pas, puis tomba à genoux.
Par trois fois, elle tenta de se relever, puis comme une biche sous la morsure des chiens, elle s’arrêta, vaincue. Elle ne pouvait plus combattre. Ils étaient trop forts… trop courageux...   

 

Gilles se sentit mal à l’aise.
Un filet de sueur serpentant sur sa nuque le fit tressaillir.
Il n’avait jamais assisté à une telle abomination, à un tel massacre, ne l’avait même, jamais imaginé.
Et quand, toujours dissimulée sous sa burka qui deviendrait son linceul, la proie de ces hommes sang nom, s’allongea définitivement, face contre terre, dans un dernier soubresaut de bête abattue, Gilles vit partir le verre en éclats sous la pression de sa main tétanisée par son stress.
D’un trait, le coca se répandit sur son jean et sur les draps puis glaça la peau de ses cuisses.
Cette douleur imprévue et celle de la malheureuse victime le firent sursauter et se relever d’un bond, les yeux révulsés par la peur. Il ne faisait plus la distinction entre la femme agonisant dans son sang et lui, au plus près du sien qui, chaud et poisseux, coulait de sa main entaillée jusqu’à l’extrémité de son coude. Son regard se posait d’une image à l’autre sans qu’il parvienne à trouver le geste qui l’aurait mené à évaluer ses blessures. ... /....

 lapeaudumonde.com / Giliberti / éditions bonobo

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Société

Ports-punique-2Dérive au fil de l’eau
Remords et mort de l’âme…
En plein hiver, les Ports Puniques.

Ports-puniques-1Mortels souvenirs
Silence au fond du cœur...
En plein hiver, les Ports Puniques.

abdoul-4

Ailleurs et sans pareil
Ton frêle et beau visage...
En plein hiver, les Ports Puniques.

© Giliberti

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

 

profil-tunisien-2

Quels beaux chants que les rites, les errances et les voyages délicieux de l’innocence ! Quels beaux chants que ceux de l’espoir, de l’erreur, du rêve et de la fraicheur piégée par un regard timide, mais prometteur !
Ardents souvenirs et ardentes confusions du printemps de nos vies, quand la chair vibre encore à la moindre brise ; quand le cœur bat si fort qu’il vous plonge dans l’essoufflement et la pire des distractions ; quand les autres n’existent plus ; quand l’univers tout entier se résume à ses seules prunelles qui vous mettent en prison ; quand le souffle essentiel n’est plus le vôtre, mais le sien. Quels beaux chants !

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Poésie et société

dates-sauvag0001

Il existe une cache aux murs blancs, un refuge sable et bleu où s’étirent mes paresses, mes mots surs ou sucrés, mon refus des contraintes.
Il existe une cache aux murs blancs où des niches me permettent des images aussi simples que ce panier de dattes qu’un rayon de soleil illumine au matin.
Il existe une cache aux murs blancs, quand ailleurs, le cœur est relégué, le corps si fatigué, la mémoire alpaguée.

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Tunisie

belvedere-10Charmant sourire retrouvé au hasard de souvenirs pas si lointains. Charmante ambiance, verte et ambrée, à l’ombre de la Koubba du Belvédère, au sommet de Tunis.
Certaines photos traversent les années et vous reviennent en plein cœur, légères comme un jour de printemps qui ordonne à l’hiver qui vous plaque encore au sol d'aller faire ses valises.
Alors, à ce sourire d’un autre été, j’ajoute le mien en pensée.
La vie, joyeuse ou non, réserve souvent de si douces surprises qu'il est bon de les chercher dans sa mémoire en attendant d'en vivre d'autres.

La-koubba--Belvedere 1

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

bignone-et-baieQuand je te regarde de face 
Mes yeux déchiffrent l’obscur enchantement de ta claire promesse.
Je cherche à m’éblouir de chaque détail offert et je te désire, t’attire, t’aspire…

bignone-et-baie-interieure

Quand je te regarde de dos
Mes yeux déchiffrent le clair enchantement de ton obscure profondeur.
Je cherche à m’éblouir de chaque secret offert et je te découvre, t’entrouvre, te couvre.

@ Giliberti

 

 

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

Les-bequilles-rouges

Nous avançons, béquilles de sang aux bras.
Nous avançons plus ou moins bien.
Nous avançons, c’est déjà ça.
À l’autre bout de nos espérances, l’horizon n’est pas ce ciel limpide tant décrit. La vieillesse apaisée, la vieillesse orgueilleuse, n’est pas au rendez-vous.
Alors nos corps balbutient.
Alors nos gestes hésitent.
L’oreille se tend, l’œil déchiffre, mais c’est déjà la fin.
J’allume des veilleuses, je veille mes chagrins, mais tout, dans la nuit noire, reste inerte et le destin, comme un phare immuable, pulse au sommet de cette lointaine côte qu’il me faudra franchir pour rencontrer l’oubli.
MG

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Peinture et Poésie

bignoneLe soleil est revenu dans le jardin, et avec lui, les couleurs... Les bignones qui commencaient à baisser leur garde semblent se réveiller dans le petit matin.

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Michel Giliberti

 

 

Silence-noir

Une simple pause, un regard de buis et puis, l’heure douce s’enfuit bien trop vite, nous prive de la nonchalance, du partage et du geste repus.
Par erreur, par mensonge, le temps définit ses élasticités en fonction de nos enchantements, de nos sottes angoisses.
Mais qu’importe si l’heure ne dure qu’un instant ! L’image s’est imprimée à vie.

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Peinture et Poésie

coucher-de-soleil-1L'autre soir, devant l’horizon enflammé d’un soleil volage prêt à allumer d’autres terres, je pensais à ta peau qui, à si bien envelopper la mienne, prend des allures de suaire. J’ai trop parlé des paradis secrets qu’elle m’ouvre, trop de sa prison nommée. Et voilà que mon imagination m’emportait une fois de plus vers elle, vers cette terre sauvage. J’ai beau m’en éloigner, mettre des frontières supposées définitives, ta peau, telle l’aiguille têtue d’une boussole, témoigne sans cesse de mon abrutissement pour toi. Alors, je balbutie, alors je trébuche, et comme l’enfant farde ses genoux des marques bleues de ses chutes, je farde mon cœur de celles de ton amour de tant d’années.

Voir les commentaires

Published by Michel Giliberti - - Réflexion

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog