Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


laurent
Dans ses yeux tristes, l'eau bleue des glaciers et les laves rouges des volcans pillent ses heures grises où tout s’emmêle et se détruit. 
Rêver sans l'autre l'enferme tant que ne plus vivre lui semble être la vie.
Quand de ses terres profondes, un souffle chaud incendiera ses larmes froides, peut-être quittera-t-il ce monde dont il ne capte plus rien. 
 laurent-2  
 

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

commentaires

Chris-Tian Vidal 11/03/2010 09:31


Ton modèle semble comme abandonné au désespoir du monde. Je t'embrasse très bien fort.


Michel Giliberti 11/03/2010 15:49


Il l'était vraiment...
 bisous

Michel 


Henri-Pierre 02/03/2010 18:49


Il va inéluctablement, cher Michel, vers un ailleurs. Nous aussi, eux aussi et tous, au pire un saut dans l'inconnu au mieux une douce dormition...
les lendemains sont toujours incertains, célébrons la beauté dès lors qu'elle passe. Comme tu le fais si bien.


Michel Giliberti 02/03/2010 21:28



Ce garçon, un ami très cher dont le charme indéniable fait des ravages  est un des garçons les plus contrariés en amour que je connaisse... comme quoi!


 @ bientôt


Michel 



nabeth 24/02/2010 19:59


C'est beau, Michel et - comme toujours- j'aime... les mots surtout, vous le savez.
Mais c'est trop "lourd" pour moi ce soir....... et vous savez bien qu'il ne faut pas traduire ce propos par "vous êtes lourd"..... vous que j'aime tant pour votre légèreté Profonde. 
Fidèlement vôtre.
Laura. 


Michel Giliberti 24/02/2010 20:48


Je sais bien Nabeth... je vous comprends tout à fait.
 je vous embrasse,

Michel 


François 20/02/2010 13:31


Et les veines gonflées prolongent les tatouages en courant vers le sol.. comme une eau qui coule en souterrain avent d'affleurer à nouveau à la surface du visible
Résurgences, résurgences... dans nos vies, dans nos pensées, dans nos amours..
Tant de résurgences...


Michel Giliberti 20/02/2010 21:40



Ce tatouage me fascinait beaucoup, je dois l'avouer. Je ne suis pas un adepte des tatouages, mais je trouvais celui-ci très harmonieux, associé à la réelle douleur que cet ami vivait alors,
et à son abandon dans la façon de poser. Je sais ce que tu entends par résurgence, bien sûr.


Merci François 


 je t'embrasse,



Michel 



moktarjunior 20/02/2010 11:47



PS  :Ce qu’est cette musique sur ton blog quand elle parvient à mes oreilles …..


 


 


Les yeux flouent de trop d’alcool, de détresse due à l’absence, ma tete et mon corps ne se parlaient plus.


Parti dans les songes de vie meilleure et d’ailleurs, je me suis endormi face caché dans ce lit déserté


Quand tu es arrivé ce soir- là dans  la chambre à quelques- secondes  prés  mon avenir  aurait été du passé, je t’aurais juste devancé de
trois années.
année 2000



Michel Giliberti 20/02/2010 21:42


CURE a toujours été une route ouverte pour l'écriture... pour mon écriture, et je sais de quoi tu parles dans ton commentaire.
je t'embrasse doucement mon bébé.

Michel


moktarjunior 20/02/2010 10:59



L’insomnie est là, étendu sans pouvoir dormir mon corps me lâche.


Les larmes les plus acides ont ancré mon bras, ma vie.


Amoureux de la plus belle illusion qui m’a laissé croire que tout était possible, car après tout parfois c’est la seule réponse
que je trouve à cette amour souvent cruel et toujours déraisonnable  qui commence par ma tête, mes yeux,  finira par encré mon cœur et mon sang.


Sur la vitre ruisselle les larmes que je n’ai plus, ensuite  quand  le soleil  paraitra à nouveau sur cette fenêtre,  la lumière
 redonnera à mon âme cette dignité trop de fois perdu.


Demain je vais à nouveau croire en toi, l’allégeance et l’aliénation se côtoieront à nouveau.



Michel Giliberti 20/02/2010 11:04


Ma biche adorée, tu deviens un vrai poète... Bientôt je te laisserai ce blog...
Je t'embrasse et j'espère que tes blessures sauront être portées comme des bijoux, jamais comme des entraves. 
Papounet.

Michel 


eva baila 20/02/2010 08:36


Parce que ma connection rame beaucoup, je n'ai pas pu voir les photos en même temps que les mots... Et j'avais imaginé d'autres images...
C'est une grande surprise de voir les deux en même temps à présent...
Je ne peux pas croire à l'eau bleue des glaciers de celui-ci... Non, il n'est pas un homme du ciel, peut-être un homme de feu, mais pas du glacier... Pas avec des tatouages pareils... Celui-là
c'est un petit taureau fou, il dort épuisé, et non pas sur le point de "quitter un monde dont il ne capte plus rien", ces mots-là disent autre chose que le sommeil...
Mais je me trompe peut-être...


Michel Giliberti 20/02/2010 08:52



Si vous saviez comme ce petit taureau a souvent souffert, Éva... comme son tatouage n'est qu'une parure, tel un bijou sur le bras d'une femme triste... Il en écrit des pages et des pages sur son
amour désespéré... Toutes les photos que j'ai prises de lui tentaient de mettre à nu son chagrin.


 Je vous embrasse Éva... la lumière est trop bonne t je cours à mes pinceaux. 


 @ bientôt



Michel 



NYCO 20/02/2010 07:47


bonjour Michel!

le choc des extrêmes...
le ying et le yang...
le chaud et le froid...

quand notre cerveau bouillonne de questionnements sans pouvoir apporter de réponses censées...
n'est pas cela être amoureux?

un bon we et des bises sudistes


Michel Giliberti 20/02/2010 08:34



Ah... Nyco. j'ai écrit ça à 5 h et demie ce matin. il est vrai que mon cerveau bouillonne un peu le matin, mais à relire tout ça, oui, je crois que tout ça peut être dicté quand on est
amoureux... et puis il y a du soleil, alors, oui, malgré l'âme sombre de ce texte, je vais le considérer comme optimiste.


Bisous,



Michel 



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog