Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

dates-sauvag0001

Il existe une cache aux murs blancs, un refuge sable et bleu où s’étirent mes paresses, mes mots surs ou sucrés, mon refus des contraintes.
Il existe une cache aux murs blancs où des niches me permettent des images aussi simples que ce panier de dattes qu’un rayon de soleil illumine au matin.
Il existe une cache aux murs blancs, quand ailleurs, le cœur est relégué, le corps si fatigué, la mémoire alpaguée.

commentaires

L

Votre photo si belle dans sa sobriété et le poème si fort m'étaient restés complètement en mémoire, dans une petite cachette...
Répondre
M


Vous voyez... on en a tout une, même si elle aussi peut à son tour se perdre dans une autre cache...
je vous embrasse Laura



E

en français, on appelle ça une "nature morte"... et en anglais c'est "style life" (ou bien life-style, je ne sais plus). L'expression est bien plus belle en anglais (pour une fois !) Quoi de plus
vivant, de plus palpitant qu'une nature morte ?


Je vous embrasse Michel, et vous souhaite une bonne journée.
Répondre
M


C'est certainement notre côté pessimiste, Eva... je suis bien d'accord avec vous, c'est plus "parlant" en anglais.
je vous embrasse



J


Bonjour Michel,


Je vois cette cache comme un refuge, et je me sens bien ds cette planque, mais avec de bons amis (es). C'est chaud et rassurant. Bonne journée à toi. Jack/Qué



Répondre
M


Mais oui Jack... il faut que ce soit rassurant...
 @ bientôt
Michel



N


Je les aime ces caches, ces refuges, ces jardins secrets, ces cocons douillets ... tout devient doux quand c'est toi qui en parles, ta poésie est irrésistible.


Bisous Michel


 



Répondre
M


"Irrésistible" !!! mon Dieu ! Je vais donc sortir avec des chemises taguées de mes poésies :o)
Merci Nanie, c'est si gentil, ça me tant plaisir.
Michel



Y


De tous temps,aussi loin que je remonte dans ma mémoire,je me suis réfugié.Une forét de pins ou d'eucalyptus,un coin de coure de récréation,un grenier,une cabane au fond du jardin de
tonton.J'aime ses moments de solitude,il me font un bien fou.Je me renouvel,je me repose et je laisse mon imaginaireaux réves.Etrange,toutes mes cahettes n'étaient pas plus grandes
qu'un mouchoir de poche.etrange aussi suivant l'age j'y allez pour des raisons diférentes.A ce jour mon avant dernier refuge c'est mon appartement.Je serais tellement content si?ons respectés ma
derniére cachette!Mais bon sa s'ést une autre histoire. Les oiseaux se cachent aussi pour étre tranquils ou pour mourir heureux.Votre photos qui accompagne vos mots m'interpelle.


Merçi bonne journée à vous.



Répondre
M


C'est bien naturel d'avoir sa cache, son nid, son "trou". Nous sommes des animaux avant tout et notre maison est la plus belle des caches, mais ne pensez pas à la dernière Yves, ce serait
dommage... ou alors faites comme moi, partez en poussière ou faite-vous manger par les poissons, peut-être le dessèchement dans le désert ? comme je ne crains rien après la mort, même une
poubelle ferait mon affaire. :o)
 @ bientôt Yves, réfléchissez à tout ça.
Michel



E


Une très jolie photo, en deux tons...


J'aime les caches... Ce qui est précieux est toujours bien caché...


Comme les sources dans les montagnes... elles sont cachées : quand on sait où les trouver on s'y réfugie, et quand on ne les connait pas, on les découvre par surprise, et on est ébloui, et
on oublie tout...


PS : J'adore ce petit panier qui déborde de générosité... C'est très sensuel 



Répondre
M


Oui, Eva c'est encore ce qui nous reste de secret dans un monde où tout se dévoile (à part quelques visages par-ci par-là :o).
Vous parlez de sources et je me souviens de celles de Corse dont ma mère me parlait avec sa voix de conteuse inimitable.
je vous embrasse Eva
Michel



N


j'aime l'idée de ton refuge "sable et bleu"...


qu'il est bon d'avoir ces endroits de "paradis perdus" où


l'on retrouve la paix de l'âme et une jeunesse du coeur...


bonne cache Michel..et je suis sûr que le rayon de soleil reviendra toujours réchauffer ton panier de souvenirs...


bisouss



Répondre
M


C'est une cache aux mille souvenirs où bien des poèmes (et un roman) y ont été écrits...
Merci Nyco pour tes souhaits ensoleillés.
je t'embrasse
Michel



L


Oui, cher Michel, la cache est nécessaire, indispensable quand la tête et le corps sont las de tout, quand l'amour n'est pas au rendez-vous.


Cache aux murs blancs, même avec de jolies niches que caresse le soleil crépusculaire, c'est trop pénitencier pour moi...


J'espère que vous pouvez vous y ressourcer; j'en suis certaine même: la couleur de vos mots s'harmonise tellement bien avec vos fruits sucrés.



Répondre
M


Heureux de vous retrouver par ici Laura...
La cache est heureusement très tonique et n'a rien de pénitencier, je vous rassure. Elle est simplement dépouillée de trop d'objets et s'ouvre sur mes rêves de jasmin...
 Je vous embrasse Laura et e désespère de vous la faire découvrir.
@ bientôt
Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog