Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

 

 

Hotel-Tunis-3

J’aime la surprise que provoquent en moi les vis-à-vis des chambres de hasard.
Tirer le rideau et, encore endormi, découvrir ce qu’on n’a pu voir la veille en arrivant de nuit, c'est le début du voyage.
Ce jour-là, depuis la fenêtre du quatrième étage de l’hôtel, je découvris un grand bâtiment impressionnant...

Hotel-Tunis-2

... et sur ma droite, la cime de palmiers vertigineux qui griffait l’azur du ciel. La grisaille de Paris, encore inscrite dans ma mémoire, me parut étonnamment surréaliste.

hotel-tunis

Qui pouvait se cacher derrière les hautes fenêtres de cet édifice de l'époque coloniale ?
Je m’étirai. Les clameurs de la ville montaient jusqu’à moi et avec elles, la chaleur. Pas de doute, j’étais à Tunis.
Je me sentis apaisé comme chaque premier matin au coeur de cette ville pourtant palpitante.
Je décrochai le téléphone et commandai mon petit déjeuner. Luxe suprême !
Plus tard, après une douche salutaire, je me glissai dans le bruit et dans la foule, voyageur anonyme en mal d’oubli de tout et j'arrêtai un taxi pour qu'il m'emmène à Sidi Bou Saïd...  

 

Un taxi jaune pour un voyage bleu...

taxi-jaune ...au pays des yeux noirs.

Tunis-yeux

commentaires

cab 28/05/2014 12:16


Il voyage plus vite celui qui voyage seul :)

Michel Giliberti 04/07/2014 09:20



c'est vrai...:)


 



marzouki 12/12/2010 22:37



Michel,je t'ai attendu sur fb comme on attend son amoureux mais tu n'es pas venu ! je te sens très heureux en racontant cette ptite partie de ton séjour au pays et au risque de me
répéter,avec toi je ne pose jamais mes valises,merci de faire vivre le bleu de mes souvenirs,monia !!!



Michel Giliberti 13/12/2010 08:00



Monia, comme c'est gentil ce que tu me dis là... j'en suis tout ému. Tu sais je reviendrai bientôt sur FB. J’attends simplement qu'il y ait davantage de nouveaux profils parmi les amis pour me
sentir moins lésé. Ça ne saurait tarder, mais j'ai tant de travail ces temps-ci... cette petite cure de désintoxication FB est salutaire.
Je t'embrasse Monia, merci encore et à bientôt.
Michel



eva 12/12/2010 10:22



ah bien Michel ! Je ne l'avais pas visitée mais avec vous, (avec la description que vous m'en avez faite...) c'est vraiment comme si !


Bon dimanche Michel !



Michel Giliberti 12/12/2010 10:47



Si vous avez l'occasion d'y aller, pensez à ce que je vous ai dit,je suis persuadé que vous partagerez mon avis.


 Bon dimanche à vous aussi Eva



Nanie 12/12/2010 10:07



Oh Michel, j'ai la sensation en arrivant ici d'avoir ouvert le rideau à mon tour sur ce bel édifice bleu et blanc, sur ces palmiers qui chatouillent le ciel. Quelles belles sensations, quel
envoutant voyage. Sauter dans le taxi jaune pour se laisser prendre au charme éternel de Sidi Bou ... Merci pour cette promenade matinale tellement apaisante. Bisous sur ton dimanche.



Michel Giliberti 12/12/2010 10:46



Merci Nanie... je suis très heureux que cette promenade dès la fenêtre de l'hôtel t'apporte une bise amicale depuis la Normandie (bleue, elle aussi, ce matin)... jusqu'à quand?
 @ bientôt Nanie et encore merci.
Michel



eva 11/12/2010 23:56



"la cîme de palmiers vertigineux qui griffaient l'azur du ciel"...


c'est une belle image qui résume pour moi, les portes de l'Afrique, portes du Paradis, portes du Soleil...


Quand on me parle de Sidi Bou Saïd, j'entends le guide me parler "du Baron d'Erlanger"... avec une voix chaude, et un peu chantante...



Michel Giliberti 12/12/2010 09:43



Je suis un amoureux des palmiers, pas tant pour l'arbre lui même, mais bien parce qu'il signifie dès que je l'aperçois que je me trouve dans un pays (ou une région) où le soleil gouverne... Quant
à la maison du "baron", je l’ai visitée plusieurs fois surtout pour ses jardins et la vue imprenable sur la mer et Bou kornine, mais dans le fond je trouve cette demeure trop riche de matériaux
précieux, démesurée, et surtout artificielle dans son approche de l’architecture «Arabo, andalou, orientale, conte de fée» . Aucun vrai palais ne ressemble à cette extravagance de tous les genres
confondus multipliés par 10., cette chantilly de marbre, d'onyx, dégoulinant de toute part.. C’est comme le faux Versailles de Louis II de Bavière. Cependant, si on me l'offre, je cours, je
plonge, je m'asphyxie et ne sors plus du lieu jusqu’à ma mort...(après avoir allégé l'ensemble toute fois)
@ bientôt Eva, bonne journée
Michel



nyco 11/12/2010 20:38



heeep!!!! taaaaaxiiii!!!


à sidi bou , siouplait!!!!!


le rêêêêêve,michel!!!!


bises " bleu sidi bou"!



Michel Giliberti 12/12/2010 09:44



Ça fera 5 dinars... :o)))))


 



Jack 11/12/2010 18:56



Bonjour Michel,


Quelles belles photos !!! comment ne pas résister d'aller regarder, sentir et regarder les lieux mentionnés ds ton texte. Comment ne pas rêver ? de ralentir notre mode de vie, et rencontrer des
personnes et des lieux qui font grandir ds tout les sens... moi qui n'a jamais visiter Tunisie, comment dire non a un éventuel billet d'avion... qui pourrait m'aider a planifier ce doux réveil,
et voir comme toi, les personnes et les contructions de ce paradis sur terre. Vraiment Michel, tu es un rassembleur hors du commun. Je me régale déjà a fouiller sur le net les destinations vers
ce pays ou le Maroc. A+ mon ami.


jack/québec



Michel Giliberti 12/12/2010 09:47



Ravi que ça te plaise Jack et surtout que ça te donne envie de visiter le pays... J'ai souvent rencontré des Canadiens là-bas et Sidi Bou SAïd leur paraissait un petit paradis... mais attention,
il faut surtout se rapprocher du peuple tunisien pour apprécier leur pays parfois déroutant à remière vue...
Bon voyage peut-être ? En tou tcas merci JAck
 Michel



Yves 11/12/2010 15:48



éh! oui Michel les voyages nous propose d'agréables surprises,des vis à vis qui s'impriment dans notre mémoire et des rencontres qui concrétisent nos attentes! quel bel endroit que les hotels,ils
fourmilllent de regards croisés et complices!j'ai vécu sa notement à TABARKA! j'en souris encore à se jour sans rien regreter.Comme vous nous avons pris un taxi jaune pour parcourir les environs
avec une idée VOIR le plus de choses possible,je me suis laissé guidé avide de revenir avec pleins de souvenirs,se qui fut le cas.Aujourd'hui il trone au milieu de l'appartement pas tres loin de
mon regard.Nous continuons notre complicité!


@ bientot,et belle ournée à vous!



Michel Giliberti 12/12/2010 09:49



Oui Yves, les souvenirs se concrétisent souvent en objets... et c'est tant mieux. Ils sont une preuve de nos émotions...
merci Yves et à bientôt
Michel



Laura 11/12/2010 14:38



J'ai  l'impression d'avoir vécu cet épisode et ressenti les mêmes émotions au coeur de Tunis, au milieu des résidences "Art Déco... ou Nouveau", où les oiseaux plus que les voitures vous
empêchent de dormir et permettent aux touristes grincheux de râler dans les guides touristiques!


Pourtant quel bonheur, une fois réveillé, de choisir entre une balade dans la rue El Jazira avec ses échoppes authentiques, ou comme vous le racontez, cher Michel, héler un taxi jaune dont le
chauffeur, au bras gauche tanné comme un vieux cuir, vous conduit "à fond les manettes", au pied  du sacro-saint "Café des Nattes" de Sidi.


A peine descendu, vite à gauche pour une escapade ardue dans les ruelles tordues, cachées par leurs jasmins et leurs bougainvilliers. Et là, le silence qui sort de chacune des maisons crée
l'extase... autant que le bleu des portes et la braise des rares regards que l'on croise.


Voyage virtuel, mais tellement bien vécu, qui remue d'heureux souvenirs, grâce à vous, cher Michel... Merci!



Michel Giliberti 12/12/2010 09:54



Oui Laura, bien sûr, et même si cet hôtel-là n'est pas celui dans lequel vous aviez séjourné (moi aussi du reste) les bruits, les clameurs sont les mêmes. Il se trouve derrière le Palmarium, du
moins son parking, mais rein n'empêche d'entendre les oiseaux à heures fixes se déchainer dans les arbres de l'avenue Habib Bourguiba... c'est incroyable, je l'avoue. J'ai ce même concert avec
les étourneaux dans mon jardin et eux aussi rentrent dans des conversations très bruyantes à heures fixes...
Le taxi jaune, Sidi Bou Saïd, c'est toujours émouvant de parler ensemble de lieux que nous connaissons bien.
 @ bientôt
Michel



Amel 11/12/2010 12:03



j'aime beaucoup le
titre.                                                                       
Depuis, le bleu du ciel a un peu viré au gris  mais la douceur du pays persiste heureusement. Bon séjour parmi nous Michel !    Amel


 


 


 



Michel Giliberti 12/12/2010 09:55



Merci Amel... le bleu ne vire jamais au gris pour longtemps en Tunisie... heureusement.
 @ bientôt Amel
Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog