Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

 

Trève-copie-1

Vous disiez ce soir-là, à deux pas des glycines, que l’orage prochain oppressait tous vos sens. Il est vrai que, si blêmes sous le soleil éteint, vos pommettes saillaient et déchiraient mon cœur.
Je respirai peu et mon souffle, au détour des parfums de vos mots, me semblait presque vain, sinon lâche.
J’aurais voulu connaître un parcours moins brillant et renaitre de l’austère vérité qui s’émanait de vous.
Vous aimer sous la pluie menaçante m’aurait bien convenu, mais vos rêves déçus n’entendaient presque rien.

Published by Michel Giliberti - - Peinture et Poésie

commentaires

Jean-Christophe Pucek 23/05/2010 08:18



Le "vous" va si bien à cette brûlure distante, à ces élans que l'on réprime, à ce qui demeure dans une sphère impossible à atteindre. Ce "vous" comme une barrière tendre, comme ce qu'on touche
sans l'effleurer, comme un rêve de trêve quand au-dedans c'est la guerre qui fait rage.



Michel Giliberti 23/05/2010 08:41



Je suis de ceux pour qui le vous est le plus certain des tutoiements de l'esprit... Je vouvoie le plus longtemps possible, même les jeunes gens, les enfants... par beauté du geste verbal,
certainement, par pudeur, bien évidemment. "Une barrière tendre"... une si belle expression que je "vous" remercie Jean-Christophe, même si je te tutoie d'ordinaire.
 @ bientôt


Michel



Marc Lefrançois 21/05/2010 09:35



J'aime bien votre travail, vous arrivez, à mon avis, à transcrire particulièrement bien les expressions humaines, même celles aussi délicates que la mélancolie ou la rêverie...



Michel Giliberti 21/05/2010 10:08



Ah... Marc, mais ce sont là mes ingrédients favoris... j'ai toujours préféré transcrire la psychologie des personnages plutôt que leurs hormones... c'est tellement plus passionnant :o)
merci d'apprécier et à bientôt


Michel



NYCO 21/05/2010 07:49



bonjour Michel...


cette trêve te va bien...


bel homme...je le trouve assez mélancolique...


il te ressemble un peu non?


à tel point que ses veines du bras gauche s'approprient ta signature...


et le rouge sang qui y circule  ..ta force intérieure...


merci et bises méditerranéennes gorgées de soleil...



Michel Giliberti 21/05/2010 08:14



Cet homme ne me ressemble pas hélas, mais j'y ai mis beaucoup de ma psychologie, si je puis dire... c'est vrai. Absolument vrai ! Au fur et à mesure que le tableau avançait, un peu de moi partait
en voyager chez lui.
@ bientôt Nyco


Michel


 



Ikkar 21/05/2010 01:05



Un petit mot chez vous, juste pour vous dire que, même si je ne laisse plus très souvent de traces, je continue à hanter votre royaume...

Vous savez, cher Michel, combien je suis d'accord avec vous sur le vouvoiement. Il permet toutes les audaces, et dire "je vous aime" est mille fois plus sensuel que de dire "je t'aime"...

Je vous embrasse, mon très cher ami


Ikkar, with love



Michel Giliberti 21/05/2010 08:10



Oh ma chère Ikkar, oui... mille fois oui au vouvoiement qui ajoute la retenue à la folle envie de séduire ou de consommer (si je puis dire)... Bien sûr à propos de consommation, si la bouchère
vous dit:" je vous la coupe en deux ou je vous la laisse entière" à propos d'un bas morceau, l'effet ne sera point le même et la séduction, atténuée... mais point d'abats entre nous ma chère
amie.
Je vous baise les joues, preuve de ma haute estime envers vous...
@ bientôt


Michel



Roubiere Yves 20/05/2010 18:27



Bonjour Michel,


j'ai crus me reconaitre dans la pose,une vraiei tréve!voir un repos histoire de reprendre souffle.Remettre tout en ordre,refaire le plein d'énergies nouvelles.J'ai et je pensse ne pas étre le
seul à avoir besoin de ses tréves là!histoire de mieux rebondir,qui sais?Belle voir tresbelle interprétation de se moment là!


Merçi de nous gatter à se point et bonne jounée à vous.



Michel Giliberti 20/05/2010 19:10



Yves, une vraie "trêve" après ma dernière "colère"...je réalise que je ne l'ai pas fait exprès, mais l'inconscient est si facétieux. En tout cas, je peux vous dire que vous aussi, vous me
gâtez.
Merci infiniment Yves,
 @ bientôt


Michel



Nanie 20/05/2010 10:16



Ce "vous" sied si bien à tes mots, il leur donne encore plus de force et de sensualité... Cette nouvelle toile est très belle ... le chemin de ses veines sous sa peau et son regard duquel on ne
peut se détacher.


Merci pour l'enchantement, belle journée.


 


 


 



Michel Giliberti 20/05/2010 10:26



Merci Nanie... j'ai un faible pour le vouvoiement qui certes, un peu suranné, donne du temps au temps...
 @ bientôt Nanie


Michel



eva baila 20/05/2010 10:02



Comme pour ces dernières toiles, l'unité en tonalité est somptueuse, l'apparente simplicité est extrêment sophistiquée, l'impression (sur le net tout au moins) parcheminée du fond,
juxtaposée à une sorte de marbrerie multiplie les textures... C'est magnifique. Ajoutons à cela le texte qui décrit précisément (à l'imparfait, une scène inachevée -moment
imparfait- dans le vouvoiement, avec une amplitude magnifique des mots...


J'adore, j'adore !  



Michel Giliberti 20/05/2010 10:16



C'est la toute dernière Eva... De cette série qu'il me semble difficile de conclure car comme tout ce qui est innachevé... l'espoir d'une fin reste à l'horizon. Merci infiniment de l'aimer et de
le dire si bien.
je vous embrasse
@ bientôt


Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog