Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


la-baie-battue-par-la-pluie
Vous dire que les objets ont une valeur serait faux.
La valeur, la vraie, traîne son injustice au cœur des peaux, des yeux, des mains. Elle s’éternise sur les lèvres qui font vibrer les vôtres ; sur l’attente de l’autre.
Mais voilà certains jours d’orage et de soleil mêlés, quand la vitre résonne du bruit tempétueux de l’eau en rafale, alors même que votre regard est absent, ces objets prennent vie et vous rappellent qu’ils ont été un acte d’amour à leur façon ; que vos mains fécondes dans un élan généreux les avaient placés là et pas ailleurs, et que l’harmonie, un jour d’osmose, n’a dépendu que d’eux.
 

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

commentaires

Henri-Pierre 17/02/2010 17:25


les objets n'ont de valeur que celles du regard ou du souvenir du regard des autres dont ils sont le réceptale.
Leur message et leur mystère sont pour moi d'une très grande valeur.
Il n'est pas d'objet innocent.
Et s'il n'y avait de preuve que ta photo, elle serait là.


Michel Giliberti 18/02/2010 08:08


Il n'est pas d'objet innocent, c'est vrai... Aucun ne peut intervenir par hasard, c'est vrai.

 Michel 


Catharsis 31/01/2010 14:40


Etonnant comme quelques phrases, subitement, peuvent transformer un état, une humeur et nos moments.
Avec une certaine nonchalence, tel un visiteur qui avance pas à pas sans avoir d'idée exacte sur ce qu'il rencontrera, découvrira ou ressentira, au fil des mots découvert l'un après l'autre,
doucement, religieusement pourrais-je dire, c'est bien dans la mélancolie que j'ai atteri au terme de ce voyage...

Bon dimanche.


Michel Giliberti 31/01/2010 20:03


Oui, la mélancolie... la source de mon inspiration, c'est vrai, parce que je suis trop vivant dans la vie, trop passionné, trop "tout" en fait... aussi ouvrir ce flacon précieux de la mélancolie,
cet alcool rare qui me convient reste le point fort de mon repos, du calme tant attendu et du repli de l'énergie. l'écriture est mon lexomyl :o)
je suis sûr que vous éprouvez cela quand vous composez, écrivez...
Merci Catharsis d'être passé par là... 
 @ bientôt

Michel 


bellelurette 29/01/2010 12:31


Bé moi qui suis en plein débarras d'objets trop longtemps conservés, tu me vois dans l'embarras du coup !


Michel Giliberti 30/01/2010 14:58


Faut tout jeter, faire table raze et hop la vie repart comm een 14, tu verras...:o)

@ bientôt

Michel 


Chris-Tian Vidal 26/01/2010 00:17


"Et les choses nous parlent si nous savons entendre", Barbara. Je pense à ce que deviendront mes objets chers à mon coeur quand je ne serai plus là. Ils ne seront plus où les placer ceux ramenés de
partout et qui me parlent de leurs souvenirs de merveilles d'humanités de ces coins perdus du bout du monde.


Michel Giliberti 26/01/2010 08:26


C'est une chose triste à penser, mais il faut avouer que les objets ressemblent à ceux qui les possédaient et qu'éloignée de cette impression, leur identité devient relative... la chanson de
Barbara qui parle de la salle de vente est une merveille d'émotion...
Je t'embrasse Christian, bonne journée

Michel 


nabeth 25/01/2010 18:00


Les objets ont une âme (certains du moins): ce n'est pas moi qui l'ai dit.
Je suis dans ma cuisine: je ne parlerai pas du presse-citron SEB, au demeurant fort utile, mais j'écoute le gros tic-tac de l'affreux réveil JAZZ, qui n'a pas loin de 100 ans et que je remonte
amoureusement chaque jour, comme le faisait mon grand-père.
Si d'aventure, par une manoeuvre incomplète de ma part, il s'arrête , c'est mon coeur qui s'affole... comme si Pépé me quittait une fois de plus.
Ces objets- souvenirs, autant que les achats-coup-de-coeur, constituent les repères indispensables pour tenir le cap dans les heures sombres. 


Michel Giliberti 25/01/2010 23:02


J'aime beaucoup cette histoire d'amour très "Jazz" avec votre grand-père, Nabeth, c'est très romantique et c'est comme le début d'un magnifique conte.
Les souvenirs se cachent souvent dans les objets alors qu'ils quittent les hommes... mais l'essentiel est que vive notre mémoire pour construire notre présent, parfois bancal. je vous
embrasse,

Michel
  


NYCO 22/01/2010 12:11


j'aurai pu écrire mot à mot le message de réjane...
c'est doux de partager des ressentis communs...

michel,il y a une semaine mon papa me quittait et ton article me réconforte...
merci encor
nyco


Michel Giliberti 23/01/2010 10:24


Nous avons tous nos complicités d'émotions.
Moi, qui ai perdu ma mère en septembre, je suis de tout coeur avec toi Nyco, je sais ce que tu ressens et si j'ai pu de réconforter un tant soit peu, j'en suis très ému.
Je t'embrasse et courage.

Michel 


réjane 22/01/2010 10:58


les objets ont la valeur justement par ce qu'ils sont rattachés à des moments précis heureux ou douloureux... j'aime beaucoup cet article réjane


Michel Giliberti 23/01/2010 10:27


Oui le sobjets sont directement liés à notre mémoire et c'est d'ailleurs pour cela qu'il est difficile de voir les objets de ceux que nous avons aimé passionement et qui ont disparus.
@ bientôt Réjane

Michel 


eva baila 22/01/2010 09:53


oui, oui, oui ! et les objets sont extraordinairement gratifiants : ils sont beaux, sans une ride (même très vieux), ils sont fidèles, et restent là où on les pose... J'aime les objets et mon amour
pour eux ne s'éteint pas...


Michel Giliberti 23/01/2010 10:30


Ils ne vieillissent pas, c'est vrai. C'est horrible, dans le fond? Quand on les prends en mains, ce sont ces dernières qui marquent le temps de leurs rides ou de leurs tâches... je suis très
optimiste ce matin.
 @ bientôt Eva, je vous embrasse

Michel 


Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog