Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Mohamed-porte-bleue--blog-

Je n’étais pas habitué aux partages en fond de cour, aux confidences des parfums, à vos lèvres que la braise d'une cigarette faisait pulser comme une alarme dans la nuit.
Le vin submergeait mon esprit et noyait ma prudence, mais je combattais l'instinct qu’il animait en vous. Il m’était difficile que ce vous soit facile.
Sans brusquer votre souffle, sans brusquer vos élans, je tentai cependant d’en entraver l’audace.
À deux doigts de l’étreinte, à deux doigts du vertige, je sus trouver la force de murmurer "bonsoir"
Vos yeux me questionnèrent, mais déjà j'entrouvrais votre porte et refermais mon cœur.
Dans la ruelle obscure, un garçon invisible chantait.
Je pris deux fruits à la branche d’un figuier puis retrouvai la chambre, la terrasse devant, la chaleur des draps, la sueur sur ma peau.
Dans les mains, le jus poisseux des figues moirait mes doigts sous le ciel troué d’une lune laiteuse.
Naître timide
N’être rien.
© Giliberti

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

commentaires

Yves 20/03/2013 16:38


Juste un mot sur la photos(sa ressemble à si méprendre à une délicieuse patisserie oriantale)comme quoi se doux pays à encore des trésors bien cachés.


Bonne semaine à vous cher Michel

Michel Giliberti 22/04/2013 09:56



Ha bon ? une pâtisserie ??? Hahaha...ça alors !



eva 18/03/2013 22:37


"le jus poisseux des figues moirait mes doigts...


Naître rien, n'être rien..."


Magie des mots pour la magie de l'instant... Vous tenez le monde entre vos mots Michel, entre vos mots, sous vos pinceaux...

Michel Giliberti 19/03/2013 06:47



Oh ma chère Eva, ce que vous me dites me bouleverse, mais hélas vous savez comme le fluide des mots peut aussi simplement vous noyer... il parcourt quelques terres arides ou riches en limon, puis
tout le monde l'oublie. Du reste votre "naître rien, n'être rien" résume mille fois mieux mon mental que mon "Naître timide, naître rien." Je vous embrasse chère amie.



Yves 18/03/2013 15:53


Il y a comme un doux parfum d'interdis voir de non dis!.C'est dans les interdis que se consume les plus ennivrantes libertés.En d'autres temps! en d'autres lieux,j'ens usé mes fougues! Mais
voilà! j'ais revétus mon manteau depuis!.

Michel Giliberti 19/03/2013 06:41



Oui Yves la pudeur est un vrai voyage, je vous l'accorde, en tout cas, elle a toujours été une porte ouverte sur tous mes possibles... Merci infiniment.



jack 16/03/2013 04:22


Bonsoir Michel, Rarement que je reste muet devant une photo, mais celle-çi je voudrais la mémoriser dans mon salon au dessus de la cheminée, et je pourrais la regarder chaque jour...
et le regard de ce dieu me rappelle que de doux souvenirs et aussi le courage d'en relever d'autres petites épreuves de la vie... quelle chance de voir de si belles personnes. Mille bravos
!

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog