Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

 

Sidi-bou-4-copie-1

Les bleus sont impatients. Ils forcent l’éveil de vos sens.
Dès le petit matin, ils vous attendent avec la mer qui s’attache à vos yeux, la mer brillante comme un saphir démesuré.
Alors, trahir son sommeil pour rencontrer un tel minéral, une telle transparence est un jeu d’enfant.
On s’y plonge, on s’en repaît… Moi, je m’en saoule.
Et puis vers midi, la peau brûlante et les yeux rougis du sel liquide, vous revenez affamé, vous revenez assoiffé jusqu’à la maison qui patiente derrière les bougainvilliers.

Sidi-bou-5

La blancheur de ses murs vous rappelle que le Soleil, le Vôtre, le Seul, celui qui fait battre plus vite le cœur, est à l’intérieur, à l’abri… C’est là qu’il paresse, c’est là qu’il somnole dans les draps marine en attendant votre retour. Il n’aime pas la chaleur, lui. Il la connaît tant.

Sidi-Bou-11

Vous pénétrez la salle fraîche et obscure et vous allez jusqu’à la chambre. Vous agitez sous ses narines un brin de jasmin que vous avez cueilli à l'entrée. Il ouvre les yeux, des yeux endormis, mais des yeux aussi noirs que le ciel est bleu.
Vous, vous ne savez quoi faire, vous ne savez quoi dire, à tant le regarder…

Sidi-bou-6

Lui, il s’en moque, il a faim et se lève. C’est l’heure du repas, l’heure d’avant la sieste.
Dehors, sur la terrasse, la faïence des assiettes et l’azur des verres vous attendent à même le sol, au milieu de fleurs coupées qui se fanent au soleil.
On entend les cigales et, dans le ciel, les hirondelles font des taches mouvantes.
Vous le regardez à contre-jour allumer une cigarette. Vous le devinez beau. 

Sidi-bou--copie-1

Il le sait et ça lui plait.
Ça le fait même rire.
Et pour vous le prouver, il se retourne  dans la lumière et vous inonde de son sourire.
Vous, dans votre tête, vous ne savez toujours pas si tout va bien, vous n’avez jamais su… mais votre corps, lui, le ressent si fort.

Cet article autrefois appelé "Encore un peu du bleu de Sidi" avait été publié en 2007, mais le scanner que j'avais à l'époque était si mauvais que les couleurs étaient fausses. Le voici donc dans ses couleurs d'origine.

commentaires

Cathy MARQUIS 14/05/2011 16:39



Sous le charme de vos envies d'ailleurs, je découvre la raison de l'exclusivité masculine caractérisant vos toiles, je découvre ce beau pays et ce beau Soleil qui font battre votre
coeur. Et je trouve tout cela magnifique. Qu'il est beau ce bleu qui colore vos jours ! Qu'il est beau ce visage lumineux qui éclaire vos nuits !



Michel Giliberti 14/05/2011 17:05



Mes photos illustrent mes écrits, Cathy, et ne correspondent pas forcément à des histoires solides ou durables. La seule, la vraie, celle qui compte, vit en France avec moi et depuis 38 ans. Mais
l'amour que je porte à mon pays natal est toujours vivant et j'ai pour lui la verdeur d'un amant de 20 ans :o)
PS j'ai beaucoup peint de femmes, mais j'ai ralenti ma procuction en 1997
Encore merci
Michel



laura 25/04/2011 16:21



Mon cher Michel, c'est Bettina que j'attends mercredi! Sidi dans 6 semaines environ!



Michel Giliberti 25/04/2011 16:43



Ah je sais que ce n'est pas pour maintenant, la Tunisie, mais je n'ai répondu que parrapport à l'article, Laura...:o)



laura 25/04/2011 14:36



Je pense que si j'écrivais que je n'aime pas, je me ferais lyncher... Ce serait trop bête, aujourd'hui: j'attends mercredi avec impatience.
Ce serait encore plus sot que notre artiste sait parfaitement que c'est tout le contraire, puisque c'est grâce à lui, à travers lui que mon attirance pour la Tunisie est devenue amour
inconditionnel .
Bientôt -je touche du bois- j'irai arpenter les ruelles de Sidi, je grimperai à la terrasse du café des Nattes (je ne vais pas aux "délices"), je dévalerai la pente qui mène au port... Et tout
cela les amis, en pensant à vous, à mon "petit frère préféré", que j'embrasse affectueusement.



Michel Giliberti 25/04/2011 16:18



Profitez en bien Laura... ce sera magnifique, bleu, doux et parfumé... La Tunisie vous va si bien :o)
je vous embrasse chère amie,
 @ bientôt
Michel



eva 25/04/2011 12:06



Comme il est beau ce Bleu, comme la musique est belle ! comme il est beau ce garçon ! Tout est beau chez vous Michel, mais c'est normal, votre âme est si belle, vous êtes toujours si sincère et
lumineux....



Michel Giliberti 25/04/2011 16:16



Oh chère Eva, ce que vous m'écrivez m'enchante, car cet article a été important quand je l'ai écrit, car je voulais quelque chose d'intemporel, de bleu de beau et vous l'avez ressenti ainsi.
Merci Eva, je vous embrasse.
 @ bientôt
Michel



Chris-Tian Vidal 09/05/2010 10:35



J'aimerais, Michel, me laisser emporter dans tes bleus, comme j'aime la nouvelle vague très psychanlytique de tes tableaux. Je t'embrasse très très fort. Ma prochaine acquisition sera, quand tu
voudras tes tabeaux derniers, qui sont une vraie métaphore de la psychanlyse. J'adore. Emportez-moi dans les bleus. Merci !



Michel Giliberti 10/05/2010 00:07



Mes bleus sont à toi Christian...et de tout coeur.
 je t'embrasse


Michel



lno 23/04/2010 11:43



bleu de twa....



Michel Giliberti 23/04/2010 22:29



Tu es gentil, ça me fait vraiment plaisir...
@ bientôt


Michel



Chris-Tian Vidal 13/04/2010 13:05



Moi non plus dans ma tête, je n'ai jamais su si tout allait bien. Je t'embrasse bien fort. Bisous mon Michel.



Michel Giliberti 13/04/2010 15:59



Et ce n'est pas plus mal...
bisous à toi


Michel


 



Chris-Tian Vidal 13/04/2010 13:04



Eva et toi, vous êtes dans le bleu. Magnifique ce jeune homme. Mais chez toi, mon Michel, on est dans le beau, tu le sais et je vais te fatiguer à te le répéter. Je l'embrasserais bien ce jeune
homme, smplement parce qu'il est beau et qu'il irradie de son bonheur et que ça fait du bien en ce moment. Je plonge dans le bleu et je vais te voir sur FB. Des bisous, mon Michel.



Michel Giliberti 13/04/2010 16:00



Oui, Eva partage cet amour du sud... nous somme plusieurs (dont toi) à avoir la même faiblesse. NAbeth aussi... On devrait faire un voyage ensemble. Bien venu sur FB


Michel



Jj 12/04/2010 06:09



en effet, bien meix, merci...


Jj


 


 


 


 


PS : scanner avec un "C"



Michel Giliberti 12/04/2010 09:48



Merci Jj pour le "C"...


Michel



Khémais 09/04/2010 21:49



Je n'attend qu'une chose, c'est que tu m'y invite. Que tu me fasses découvrir  ces endroits que je connai déjà; tes endroits, que je te dis comme moi je les vois. Que tu m'invites dans
mon pays, dans ton pays.


 


Je n'attend qu'une chose, c'est que tu m'invites



Michel Giliberti 09/04/2010 23:08



Pourrais-je sérieusement résister à cette attente ? Pourrais-je m'empêcher de marcher avec toi dans les ruelles de Sidi Bou Saïd et regarder la baie avec Bou Kournine en face ? 
 Quelle tentation ! Que tout cela se fasse Khémaïs...
 @ bientôt 


Michel



Khémais 09/04/2010 21:43



A la fraicheur d'une piece, si simple si dépouillée. Une odeur de terre, une odeur d'argile, ce bleu gris vierge si rafraichissant.


J'entend la voix de ma mere, j'entend ce bruit rassurant. Je sens l'odeur des pains qui frit, j'entend l'eau qui ruisselle. J'aime cette facon d'inonder d'eau les pieces afin de les
nétoyer....Afin de les rafraichir je dirais.


J'entend déjà cette voix ombrée, cette voix aux courbes, ces éclats de voix si représentatif des femmes de là bas...


J'entend déjà ces voix d'enfants, me reveillant...


Car les enfants aiment voir papa accompagnant maman...


Et c'est ensuite la voix d'un ami qui m'appel de la rue, pourquoi ? pour voir mon visage pardi


C'est la couleur du bonheur, c'est la couleur du rire, c'est laisser l'amertume et prendre le rire, c'est le bleu s'enchainant au blanc


 



Michel Giliberti 09/04/2010 23:14



Deux âges. Deux passés. Mais les mêmes souvenirs, les mêmes odeurs, les mêmes couleurs. Je dirais même... les mêmes mots pour parler de la douceur, de la couleur d'une terre qui nous a accueillis
pour un voyage qui n'en finit pas... Et tu en parles si bien Khemais. Peu de gens de ton âge en parlent si bien ; avec cette retenue et avec cet éclat...
Merci pour ce plaisir de te lire... ça me fait décoller.


Michel



Jean-Christophe 09/04/2010 20:15



Tu sais sans doute, Michel, que George Sand parlait souvent de la "note bleue" pour qualifier certaines exécutions de Chopin, une expression que l'on a mise à toutes les sauces, y compris, hélas,
les plus épaisses, alors qu'il passe dans cette expression tout l'indéfinissable, l'insaisissable d'une musique que les pianos modernes jouent toujours trop fort, mais qui, sur un bon vieux
Pleyel d'époque, se vêt subitement d'irisations fantomatiques et de murmures bouleversants. Ton magnifique texte m'a reconduit dans ces terres du rêve, car il est, à mes yeux, aussi précis et
irréel que l'est la chair de ces images nocturnes qui nous hantent même les yeux ouverts et dont, parfois, la chaleur et les parfums ne se dissipent jamais vraiment. Merci, Michel.



Michel Giliberti 09/04/2010 23:21



Je trouve que j'ai une chance inouïe d'avoir de tels échanges. Je n'ai pas les mots pour y répondre tout à fait comme je le voudrais. Je suis si bousculé en ce moment et je fais tout si vite. Je
cours après le temps et m'essouffle. Voir se glisser les silhouettes de Georges Sand et de Chopin ici dans ce qui est ma mare au diable, est si imprévu et si troublant !  Je t'en remercie du
fond du coeur...
 @ bientôt Jean-Christophe.


Michel



François 09/04/2010 18:27



Quel sourire...


Comme une volée de notes cristallines...


Un sourire lumineux et musical !



Michel Giliberti 09/04/2010 18:30



C'est tout à fait ça François... lumineux et musical.
 @ bientôt,


Michel



eva baila 09/04/2010 14:14



quel programme ! du Bleu, du soleil, de la pénombre, et... de l'amour !


Michel, ce serait dommage de le peindre sans cheveux celui-là ! Ils sont si beaux... on dirait le dieu Amour...



Michel Giliberti 09/04/2010 15:42



Oui, je suis tout à fait d'accord avec vous... ce serait dommage.
Pour le moment, il n'est pas au programme. Donc aucune tonte de prévu ;o)
 @ bientôt Eva


Michel



Henri-Pierre 09/04/2010 09:55



En trois ans le billet n'a pas pris une ride.
La mer, elle garde les siennes, des rides de bleu et d'argent atttendant le lifting des jours sans vent.
En trois ans le charmant sybarite a t'il pris une ou deux rides ? Je ne pense pas, il a cette peau fine et élastique qui consent tout au plus à rire aux commisures et aux yeux par de délicieuses
ridules que le sommeil efface.
Le bleu étant la couleur de la spiritualité, cette symphonie d'azur autour d'un beau jeune homme donne de l'esprit à la sensualité.


 



Michel Giliberti 09/04/2010 12:48



Merci Henri-Pierre. En trois ans, lui, n'a pris que trois kilos bien distribués... il est toujours aussi beau, sauf qu'il se coiffe désormais avec les cheveux en arrière et lorsqu'il est au
volant de sa voiture, on dirait un ministre... Cette assurance m'a toujours stupéfait... je ne sais toujours pas.
  @bientôt Henri-Pierre,


Michel



Nanie 09/04/2010 08:48



Que ces bleus sont beaux, que son regard et son sourire le sont aussi. Merveilleux réveil que de se promener au fil de tes photos, au rythme de tes mots... si beaux.


Merci Michel d'avoir posé du soleil dans le gris du ciel.



Michel Giliberti 09/04/2010 12:58



Oui Nanie, des bleus et des sourires qui me parlent encore.
Je suis heureux que tu les apprécies autant que moi... Ici le soleil brille... Un miracle normand!
Je t'embrasse, à bientôt


Michel 



NYCO 09/04/2010 07:54



tu as réussi à me sortir des larmes de bon matin ,Michel...


des larmes salées remplies de bonheur ,bien sûr...


comme la vie peut etre belle par quelques simples moments d'osmose et d'apothéose ...


quand un frisson parcour le dos et vient prendre la tête pour un moment de plénitude totale...


encor merci!


bisous salés...



Michel Giliberti 09/04/2010 13:00



Si les larmes sont des larmes de bonheur... Alors, "pleurons des rivière" comme le dit la chanson.
Merci Nyco pour tant de réceptions de mes divagations habituelles. 
je t'embrasse,
@ bientôt


Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog