Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

 

profil-tunisien-2

Quels beaux chants que les rites, les errances et les voyages délicieux de l’innocence ! Quels beaux chants que ceux de l’espoir, de l’erreur, du rêve et de la fraicheur piégée par un regard timide, mais prometteur !
Ardents souvenirs et ardentes confusions du printemps de nos vies, quand la chair vibre encore à la moindre brise ; quand le cœur bat si fort qu’il vous plonge dans l’essoufflement et la pire des distractions ; quand les autres n’existent plus ; quand l’univers tout entier se résume à ses seules prunelles qui vous mettent en prison ; quand le souffle essentiel n’est plus le vôtre, mais le sien. Quels beaux chants !

Published by Michel Giliberti - - Poésie et société

commentaires

Jack 03/09/2010 13:35



Salut Michel,


Quelle douceur cette photo, un régal pr les yeux et de fantaisies. merci à toi de me faire goûter cette saveur masculine, je ne voudrais pas fermer mon ordi .... amicales pensées à toi. jack/qué



Michel Giliberti 03/09/2010 15:56



Merci Jack, qui a dit que la douceur ne pouvait pas être masculine, hein ???
 @ bientôt et merci
Michel



Nanie 01/09/2010 09:19



Vibrer encore ou vibrer enfin ... malgré tout, malgré tous, entendre ce chant. Et si notre jeunesse n'a pas été assez passionnée, assez mouvementée, ne pas abandonner, le chant est là si on sait
capter aujourd'hui les étincelles, les bulles de douceur, il n'est jamais trop tard pour apprendre à chanter ...



Michel Giliberti 01/09/2010 09:35



Les chansons se trainent toute une vie je suis bien d'accord avec toi Nanie. Il faut savoir capter, toujours, pour peu que l'on pousse la chansonnette...
je t'embrasse et à bientôt
Michel



NYCO 01/09/2010 07:01



un bien beau texte à nouveau!


une belle réflexion sur les sentiments et ses ressentis!


le plus triste serait de ne plus entendre ce chant...


pour ma part,il m'arrive de temps à autre de le percevoir et de "vibrer" à nouveau...


c'est grave,docteur Michel?


 



Michel Giliberti 01/09/2010 07:19



Ah Nyco, je suis bien persuadé que tu l'entends toujours, car le coeur ne vieillit pas. Comme toi, j'ai gardé cette innocence qui fait de moi une midinette. Je le dis depuis des années et je le
revendique. Je crois même que c'est ce sens de la fraicheur des choses perçues, des battements de coeur imprévus qui gardent la curiosité intacte et les sentiments palpables.
Je t'embrasse
Michel



François 31/08/2010 23:49



"Les plus désespérés sont les chants les plus beaux... et j'en sais d'immortels qui sont de purs sanglots..."


Michel, ton jeune homme du belvèdère est certains jours "rafraichissant" comme une source et il est d'autres fois comme une tornade qui  nous emporte et nous abandonne pantois sur une rive
inconnue.


Merci pour ce voyage dans des rèves fous... Il en est qui me réveillent encore la nuit où m'anéantissent au coin d'un chemin. sans prévenir...



Michel Giliberti 01/09/2010 07:29



Alors sur cette photo est-il tornade ou simplement rafraichissant ? je peux te dire qu'en vrai, quelque chose de terriblement «sauvage» se dégageait de lui (aucun folklore dans ce mot, sinon il
tomberait à plat). Je parle de sa fierté. Certaines personnes dégagent quelque chose d'indéfinissable et de puissant, c'était le cas pour lui. Sa finesse, du sommet du crâne jusqu'à ses
chevilles, son élégance, ses yeux profonds et très "questionneurs" troublaient beaucoup. Pourtant dès qu'il riait ou souriait, il devenait vite familier... je me trouve extrêmement bête quand je
dis de telles choses, car tout est subjectif. Des milliers de gens peuvent être décrits de la sorte. En plus c'est le langage admiratif que je déteste, cette espèce de "non-recul" devant la
beauté qui fait que des êtres exquis, mais moins beaux passent à la trappe. Bien, je ne vais pas faire une thèse de toutes mes faiblesses et de mes retenues, aussi, je te laisse sans oublier de
t'embrasses François,


Michel



yves 31/08/2010 21:20



Que de jolis Mots!Michel sur notre éveils,oui sé beau à lire é a vivre.Toutes nos sensibilitées vibrent au mondre souffle o moindres chuchotements,o moindres regards chargés de mots muets.Ne pas
oublier la chair qui frémis o moindres contacts.Ils nous en restent de tres beaux souvenirs o bouts des doigts,o bouts des lévres.Une fois grands ons se perds à rechercher les émotions d'antan du
temps de notre prime jeunesse.Quelle beauté quand par un pure miracle au détours d'une rencontre,tous se retrouve face à face avec ses émotions là!


Merçi Michel pour se beau moment partagé



Michel Giliberti 01/09/2010 07:31



Merci Yves, les souvenirs ont au moins ont l'avantage d'être éternels... ce qui n'est pas le cas de la jeunesse et c'est pour cela qu'il faut avoir eu une jeunesse très riche et
mouvementée...:o)
 @ bientôt Yves,
Michel



Laura 31/08/2010 20:35



Oh Michel, je vous ai lu ailleurs, pensant bien que ce devait être une publication sur votre blog.


Je découvre à l'instant que je n'avais pas tort.


Je me répète en vous disant mon admiration... Pourquoi n'écrivez-vous pas davantage: vous êtes poète dans l'âme.


Je n'écris pas moi-même mais je sais que l'acte d'écrire demande le calme, l'isolement... Pas plus que la peinture.


Peut-être plus difficile à diffuser?....


Merci poète ++++



Michel Giliberti 31/08/2010 22:25



Ah Laura, vous remuez le couteau dans la plaie. Je n'aime qu'écrire dans le fond, mais comme je n'ai plus d'éditeur, je suis moins enclin à le faire... mais je suis sensible à ce que vous me
dites. En fait ce texte a été écrit pour FB directement, et puis le trouvant "cohérent" je l'ai aussitôt mis sur le blog mais avec une autre photo.
 @ bientôt chère amie
Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog