Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


porte

Le réel est si loin et le rêve si présent.
Quelle lumière pouvait mieux éclairer mes instincts que ce noir si profond en plein milieu de l’ocre?
À deux pas du désert.
J’étais seul.
Une entrée.
J’ai longtemps hésité au meilleur d’un midi qui mourrait. L’ombre aurait-elle la splendeur promise ?
Puis, comme l’écrin protège la nacre d’un bijou, j’ai laissé l’antre protéger le sable qui déploie ses voyages que le vent lui ordonne et j’ai repris le mien.
 

commentaires

N

Rêve et réalité.
J'ai mis plus de dix minutes avant de trouver une porte, un creux dans un mur...
Encore aujourd'hui, l'évidence est un parallélépipède qui ne servirait à rien d'autre que de s'interroger sur son rôle, debout dans une étendue sablonneuse...
Mystère. 


Répondre
M


On peut passer mille fois à côté de quelque chose ou d'une forme, sans ne jamais ne rien en définir, car la "chose" ne se donne pas, ne se livre pas ou plus simplement que nous ne
sommes pas prêts à la recevoir... mais les questions restent essentielles et dans le fond, c'est la seule chose qui compte.
Je vous embrasse Nabeth... sans mystère.

Michel 



C

Bonjour,
Pour l'année nouvelle, après des péripéties du à la neige, je passe mes pas sur ton site pour te souhaiter une bonne et heureuse année, voeux de bonheur, santé, année pleine de richesse.
c'est très agréable de te retrouver en ces pages, et toujours avec cette belle prsésence artistique, merci.
Bonne journée
Amitié
Covix


Répondre
M

Merci pour tes voeux Covix, à mon tour je t'adresse les miens et merci aussi de passer par là, c'est toujours agréable de te lire.

michel 


N

Une entrée invitant à un retour placentaire...entre t-on, n'entre t-on pas?...


Répondre
M

J'avoue ne pas y avoir pensé, mais si c'est le cas... j'ai bien fait de ne pas rentrer, malgré tout l'amour que je portais à ma mère.
 @ bientôt NAth

Michel 


E

Vraiment, est-il possible qu'à l'instant où vous avez pris cette photo (admirable, pleine de volupté et d'interrogations), est-il possible que vous ayez eu toutes ces réflexions ?..
Je ne veux pas le savoir... le vrai talent, c'est de mettre des mots sur des couleurs, et peu importe le moment où naissent les mots...


Répondre
M


Ah... Éva, je fais partie (hélas) de ceux-là qui ne savent rien apprécier sur le moment et intellectualisent à peu près tout. J'entends pas là que mes voyages resteront à vie des voyages
intérieurs et du coup tous mes ressentis de l’instant sont digérés à la façon des vaches qui ruminent (horrible comme comparaison), mais c'est ainsi. Je jouis de tous les moments présents,
mais mes orgasmes viennent plus tard et s'analysent mieux... d'où l'explication tardive de certaines de mes photos. Je réalise que mon syndrome de "La chèvre de monsieur Seguin"(dont je vous
avais parlé) se double du syndrome moins poétique de la vache qui rumine... paix à sa panse !!!
Je vous embrasse et ça c'est d'actualité...

Michel 



C

Par cette porte j'entrerais bien...


Répondre
M

Tout est derrière, (peut-être :o)


C

Souvent j'entre dans mes rêves. Petit, déjà, on me disait rêveur... Mon doux Michel de rêves, passe une bonne journée. Je t'embrasse fort.


Répondre
M

Entrer dans ses rêves, c'est savoir les vivre et vivre, c'est un peu rêver. Je ne doute pas que tu as comencé à rêver très tôt, Christian et surtout ne change pas...
 je t'embrasse,

Michel 


B

J'aurais bien envie d'entrer là, et de m'y terrer pour un bon moment, le temps que mes tourments obsessionnels me lâchent le ciboulot...


Répondre
M

Tout arrive à temps et parfois les moments les plus tragiques d'une vie révèlent une ouverture inattendue sur des choses dont on n’aurait pas même imaginé l'existence. Ce n'est pas un miracle, mais
simplement l'homme qui s'adapte et trouve en lui des trésors d'invention. (je te fais confiance).
 je t'embrasse en pleine lumière 

Michel 


F

Merci, Michel, pour ce mélange d'ombre et de lumière, et pour cette hésitation sur le pas d'une aventure intrieure...
Plein d'amitié !


Répondre
M


L'hésitation est un luxe dans le fond et l'ombre comme la lumière, des ivresses égoïstes et sublimes.


Merci François


@ bientôt,



Michel 



J

une "porte étroite" si facile  à franchir, si près... mais de nos jours la porte étroite est ouverte c'est toute la diféfrence et celle-ci est chaude et non moussue  et accessible à
Tous... la couleur et la lumière ne sont plus un "privilège"... et le Gilibertisme nous les fait partager pour  notre agrément visuel chaque jours.


Répondre
M

Merci Jack pour cette interprétation onirique d'un acte somme toute, banal, mais qui peut s'identifier à tant d'autres choses, même à celles auquelles je n'avais pas pensées :o)
 @ bientôt,

Michel 


Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog