Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

l'autel-blog-1Le tout premier tableau de Florian. Impossible d'en parler avec logique ou réflexion. Il me faut le digérer, si je puis dire. Je sais que je l'aime, ce qui n'est pas toujours d'actualité quand je termine un travail. Pour l'instant, dans ce flou parcheminé de cette grande toile, je vois l'assise de l'avenir personnel de Florian, le tumulte des années neuves, l'ouverture compliquée d'une vie à tracer et ma dilution dans le temps.

Published by Michel Giliberti - - Peintures

commentaires

yves 01/05/2011 09:30



Hors sujet!


Aujourd'huis nous fétons la féte du travail! je me fais un point d'honneur de ne pas oublier tous les chomeurs et chomeuses que 'ons devraient ne pas oublier.Notre beau pays sous-traite mais ne
produits plus! Il nous reste néanmoins les ARTISTES,mais là sa dépasse la notion de travail,s'est pour eux une passion.Avec une note d'humour ont devrais féter la sainte RTT.Alors pour tous les
émigres je voudrais leurs dire d'étre passiants Attenaient! bientot votre pays vous offriras du travail et du pain.Bonne féte u muguet à toutes et tous.



Michel Giliberti 01/05/2011 16:09



Tous ceux que vous citez, mon cher Yves, vous remercient et vous embrassent...
Merci Yves, c'est bien gentil.
@ bientôt
Michel



Fred 30/04/2011 22:40



c'est l'inspiration, ces idées, ces impulsions qui viennent d'on ne sait où et qui nous dépassent. Un toile dit bien plus que ce que le peintre
pensait évoquer en premier lieu; une toile est une porte entre deux mondes.


Bien amicalement et bonsoir Michel.



Fred 30/04/2011 19:52



Ce tableau m'a d'abord laissée sans voix. Beaucoup de force s'en dégage, ainsi que du mystère: mystère du regard,de cette sotre de suaire avec des clous ou des croix qui tombent, ou bien sont-ce
de petite béquilles? Je me suis interrogée sur la signification du titre par rapport au personnage et à sa pose. Qui dit autel dit sacrifice. Mais qui est sacrifié? le sujet qui nous regarde?
 ou bien nous , le spectateur, attiré par ce regard noir et ardent qui est là  et qui nous consumme, nous les victimes qui regardons un dieu et sommes dévorés par son regard. Et dans ce
nous, il y a le peintre... voilà ce qu'évoque pour moi cette toile. Le début d'un beau cycle avec Florian.


Merci  et bravo.


Fred



Michel Giliberti 30/04/2011 21:14



Tout d'abord merci Fred..
Quant au tableau, et bien, c'est un peu tout ça, vu que je ne savais pas trop où j'allais moi même... les croix ou les clous sont effectivement peut-être des béquilles. Je comprends mieux
certains de mes tableaux quelques jours, voire des mois après leur exécution. Je ne retiens pas les pulsions, mais je ne les explique pas forcément. Même si je sais où je vais mon inconscient
lui, va plus vite que moi.
Encore merci, Fred et à bientôt
Michel



eva 28/04/2011 11:11



moi j'aime bien les clavicules qui ressortent... c'est dans les "salières" que l'on recueille les larmes des chagrins des amis, des amours, qui viennent pleurer sur votre épaule, dans vos bras,
sur votre coeur...



Michel Giliberti 28/04/2011 11:47



Mais oui, Eva, moi aussi... et c'est une si belle image que vous en donnez là...
je vous embrasse
Michel



bellelurette 27/04/2011 13:21



Mais pourquoi ses clavicules sortent autant ?


Gamine, j'étais tellement maigrelette que l'on me disait que j'avais des salières à cet endroit....



Michel Giliberti 27/04/2011 13:45



Le fait d'être assis profondément dans un fauteuil, les bras sur les accoudoirs, fait saillir les "salières" :o) et en plus comme je crée de gros contrastes avec les éclairages, l'effet est
encore plus visible. C'est ce que je recherche du reste...
bisous



eva 26/04/2011 23:51



Le tableau a plus de relief que l'encre préparatoire, et sur cette toile, la grande auréole de lumière que le personnage dégage lui donne beaucoup de mystère... Cette larme d'encre (ou de sang,
je ne sais) lui confère un regard... diabolique... oui, il est plus pur, plus enfantin sur le premier dessin, on avait envie de le retenir dans cette sorte de chute, cette espèce de glissement...
Dans le tableau définitif, il semble au contraire SURGIR d'un ailleurs cotonneux... et ces sortes d'aiguilles éparpillées sur le côté droit du garçon... me rappellent... les histoires de vaudou !
(ou encore ces papillons que l'on épinglait autrefois, cruellement dans des boîtes en verre...)


Bon ! j'arrête mon délire Michel ! je suis vraiment déglinguée ce soir ! Vivement que je prenne un peu de vacances moi aussi... Je vous embrasse. eva.



Michel Giliberti 27/04/2011 08:26



Oui, Eva, l'encre était plus enfantine, c'est comme les années qui s’amoncellent... plus on peint plus on donne de la densité à un visage et plus il s'imprègne du temps qui passe. J’aime beaucoup
la description que vous en faites. Généralement tout ce qu'on peut dire de mes tableaux apporte doucement des explications plus ou moins enfouies. C'est très libérateur.
 je vous embrasse Eva, @ bientôt
Michel



yves 26/04/2011 22:35



ON NE DERANGE JAMAIS UN ARTISTE EN PLEIN TRAVAIL. J'EN SUIS PLEINEMENT RECOMPENSSE.ENTRE LA POSE LA BEAUTE DU MODELE ET LES DETAILS QUI FOISONNENT. CHAPEAU BAS Mr L'ARTISTE.J'EN RESTE MUET DE PUR
PLAISIR!


MERCI



Michel Giliberti 27/04/2011 08:27



Alors je suis infiniment heureux Yves. merci beaucoup...
@ bientôt
Michel



nyco 26/04/2011 22:16



je m'en doutais...ce tableau est sublime!!!


il est bien beau le Florian! quel regard!


et ce liseret rouge laissant suggérer un boxer de ladite couleur...emblême gilibertienne....le must!


merci Michel!!!


bises du Nyco


 


ps:


une seule question me titille...pourquoi "l'autel"??



Michel Giliberti 27/04/2011 08:30



Mais oui, Nyco... un boxer rouge, absolument:o) je n'avais pas pensé à l'emblème, mais bon maintenant que tu le dis (je plaisante). Ravi que ce tableau te plaise Nyco...
Plein de bises rouges bien sûr.
Michel



laura 26/04/2011 20:22



Mon Michel ami, puis-je vous dire que je préfère infiniment l'état inabouti de l'encre;
Cela dit, vous savez donner à vos modèles et à votre propre pensée une réalité (j'ai MAL à l'épaule gauche) dominée par une transformation spirituelle qui malgré le sang qui coud le suaire laisse
entrevoir un ailleurs plus limpide...
Pauvre interprétation de ma part.


Bises tardives, mon cher ami. Un peu fatiguée; je ne veux pas lire les com' qui me précèdent... pour rester moi-même. Je les lis APRES... 



Michel Giliberti 26/04/2011 21:54



Une étude est un travail à part entière, Laura. Je ne pense pas qu'on puisse le comparer à une peinture terminée. J'adore mes travaux préparatoires, essentiellement parce qu'ils sont
rapidement faits et que j'aime la rapidité, mais là, pour ce travail, je préfère le tableau qui, en réalité, donne un ressenti d'inachevé également, surtout pour
sa grandeur 1,20 x1,20.
À part ça, j'espère que vous allez aller mieux dès demain. Peut-être est-ce votre fatigue qui vous a fait penser à un suaire, à une épaule malade, etc.Parce que moi, pas un seul instant.
Bonne soirée, Laura et bises.
Michel



Nanie 26/04/2011 11:28



Voici donc la toile issue de ta réflexion d'encre. J'aime cette aura, ce hâlo qui entoure Florian, et toujours ses mains, sa bouche sensuelle, son regard ... et cette larme noire sous l'oeil le
rend plus sombre et plus profond encore. J'aime ... Bisous Michel.



Michel Giliberti 26/04/2011 18:50



Merci Nanie... Oui, Florian a de très belles mains et tu sais combien cela m'inspire :o). Je suis content que ce tableau te plaise.
@ bientôt, Nanie, bisous
Michel



yves 26/04/2011 10:51



Michel,


cette toile semble prometeuse! en l'état  je me contente de la regarder avec un certain intéret.Bon courage pour la suite,toujours accompagnié de se beau soleil de printemps qui adoucis
notre quotidien moins ensoleillié lui!


Merçi et belle journée à vous



Michel Giliberti 26/04/2011 18:53



Merci Yves de la croire encore prometteuse, ça lui donne du temps à vivre...
Hélas, elle est terminée, :o) mais elle est prometteuse d'autres toiles de Florian...Derniers rayons de soleil ici. Demain, le temps devrait changer, hélas, mais je n'y crois pas.
Amitiés
Michel



Nath 26/04/2011 10:43



Bonjour Michel,


"...ma dilution dans le temps..." J'aime l'image, bien que je ne voyais pas la chose ainsi...quoi que... à tout bien réfléchir...


Ce tableau me laisse toute aussi en suspend que la réflexion!!


Belle journée Michel, je t'embrasse fort.


Nath



Michel Giliberti 26/04/2011 18:55



Mais oui, Nath, je suis une sorte de Pastis... je me dilue, mais dans le temps:o) une dose pour 5 volumes de ce dernier...
je te bisouille Nath, porte-toi bien
Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog