Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

kerkennah-12

Les îles de Kerkennah… je les ai découvertes, il y a quelques années.
J’ai tenté naguère de vous les faire partager à travers le noir de cette fenêtre ouverte sur les vôtres. 
 
Kerkennah


On accoste à Kerkennah après avoir embarqué à Sfax. C'est un petit voyage folklorique au milieu d’une foule joyeuse, des chants, des bruits, des radios qui déversent autant les musiques orientales que les Anglos saxonnes. Le transition commence là, pendant cette traversée, mais à une vingtaine de kilomètres, le calme des îles se révèle être le vrai dépaysement.
 

kerkennah-8
  On le ressent dès que l'on pose le pied à terre..

kerkennah-16
Routes mangées par le sable, palmiers à n’en plus finir, grenadiers, figuiers… Une île, comme un trésor ! Une île qui offre, aux détours des sentiers, ses marabouts vert et blanc, ses maisons ocre et bleu et le sourire des insulaires  assis tranquillement ou de ceux qui se promènent main dans la main.
Il règne sur cette île un parfum étrange de sel, d’épices et de terre brûlée.  Par endroits, des palmes mortes entassées au sol donnent à l’air surchauffé l'odeur des foins .

kerkennah-9

Que pourrais-je ajouter aujourd’hui pour décrire ce petit paradis ? Je ne sais pas vraiment, sinon que son évocation exalte toujours mes sens... 
 

kerkennah-11

... comme ces immenses marabouts contre lesquels certains s'adossent en fin d’après-midi pour prendre les derniers rayons de soleil et rêver. Moi je rêve d’une maison qui ressemblerait à un marabout.

 
kerkennah-6

J’ai roulé lentement, vitres baissées. C’était la fin de la journée ; le soleil déjà bas offrait des contrastes magnifiques. Sur la côte, des jeunes gens prenaient du bon temps sur des embarcations fluides et silencieuses. Des hommes, pantalons retroussés jusqu'aux genoux, pêchaient, d'autres discutaient. Les enfants se couraient après. Il y avait une grande simplicité des êtres et des choses, de celles qui me confondent.

 kerkennah-14
J’ai arrêté la voiture et je me suis assis en retrait d'un ponton où des femmes en robes et plongées jusqu'aux cuisses lavaient de la laine en la frappant avec un battoir.

kerkennah-15
Le soleil accéléra sa descente jusqu'à l'horizon. L’île passa du bleu à l'orange. Les pêcheurs battaient les vagues avec des ramures de palmier pour effrayer les mulets qui, scintillants, bondissaient hors de l'eau et retombaient sur des claies. D’autres récupéraient les poulpes pris au piège dans des gargoulettes accrochées aux récifs.
Je pense qu'un homme triste est un homme qui n'a jamais connu cet espace-temps, où ce que vous dites, ce que vous faites devient un privilège.

kerkennah-2


Je commençais à avoir faim et je songeais à trouver un petit restaurant, mais mon regard accrocha celui d'un garçon qui assis avec des amis dans les derniers rayons de soleil, m'invita à le photographier.
 

Kerkennah-3


Protégé par mon appareil photo, je considérais avec amusement ses yeux qui ne lâchaient pas l'objectif et donnaient ainsi l’impression de me fixer ardemment.

 kerkennah-7

Puis il s’est levé, s’est dirigé vers moi à pas lents tout en me faisant signe de continuer mon travail. J'ai répondu à sa demande et à son sourire. Puis une fois près de moi, désabusé et charmeur, il me parla de tout et de rien comme si nous étions de vieux amis.

 

Kerkennah-4


Enfin, comme les mots me manquaient et que je ressentais la fatigue mon voyage, je le quittai à regret, mais au moment de partir, il me donna son numéro de téléphone.
 

kerkennah-10
Vitres toujours baissées dans la chaleur du soir, j'ai roulé  très lentement jusqu'à l'hôtel en suivant le rivage, le bras ballant à l'extérieur de la portière comme un vrai Tunisien, à respirer cet air si particulier qui enferme les îles.
Après une bonne douche, un bon repas, je suis ressorti apprivoiser la nuit nouvelle. J’avais un numéro en poche. À quoi pouvait ressembler Kerkennah , la nuit ?

 

commentaires

Salwa 12/04/2012 08:28


Bonjour,


 


Je tombe sur votre blog en cherchant des photos de mon île préférée. Que de douceurs et de vérités dans vos paroles.


La Tunisie immuable est au creux de cet endroit... Peur que les touristes la salissent en arrivant grassement comme ils l'ont fait à Djerba ou à Hammamet... qui perdent leur charme tunisien...


Kerkennah, mon île, mon refuge... Merci pour ces photos magnifiques.


 


Quelles villes de Kerkennah ont été photographié??


 


Bonne continuation.


Salwa.

Michel Giliberti 14/04/2012 12:24



Je ne saurais vous dire quelle ville, Salwa, car cet article est ancien et j'avoue ne plus me souvenir de la ville exacte... mais quel beau souvenir, quelle douceur, quelle quiètude...
Merci d'être passée par là.



laura 27/04/2011 18:14



Cher Michel,
Je connais bien une partie de ce texte; je connais bien -parfois même très bien- les photos de ces îles que je n'ai jamais visitées ... Mais la densité de vos descriptions nous permet de vivre,
de sentir, de voir votre arrivée, de pressentir que la nuit a été délicieuse.

Et, lui, l'impertinent, l'impudent, l'audacieux .... quel regard inoubliable!



Michel Giliberti 27/04/2011 22:00



Ah Laura, je garde en moi le souvenir exact de ce que j'ai ressenti sur cette île... Surtout en fin de journée quand les couleurs deviennent oranges, que les bruits sont assourdis tandis que
montent des odeurs de poissons grillés, de fenouil... Là, on peut dire qu'il existe encore quelques très simples paradis.
Merci d'avoir voyagé avec ce petit article.
 @ bientôt
Michel



danae 27/04/2011 10:29



Cela me donne vraiment envie d'y aller ! Cette mer si bleue, les jolies barques, le souffle de l'air chaud et s'asseoir auprès d'un marabout ! Amitiés Michel Ah j'oublie les beaux garçons ! lol !



Michel Giliberti 27/04/2011 10:51



Ce serait dommage, Danae, effectivement :o))))) Plaisanterie à part, oui, c'est une île adorable.
 @ bientôt
Michel



Henri-Pierre 03/04/2010 12:21



Au Maroc aussi, cher Michel, les fassis sont souvents blonds aux yeux d'océan, les diversités sont grandes.
Au maroc aussi, les gens se disent, malgré les mélanges, berbères plutôt qu'arabes, mais j'y vois comme un résidu colonial et de l'esprit de division des colons qui firent des Arabes des
gens sans foi et des Berbères des gens probes asservis par les conquérants (VIIe siècle, quand les invasions aussi faisaient l'Europe).
Les lois Crémieux allaient être le point d'orgue de cette volonté de "diviser pour mieux régner".



Michel Giliberti 03/04/2010 14:03



je suis d'accord avec toi, c'est effectivement très possible. C'est à un tel point en Tunisie que tu es obligé d'éviter très soigneusement le mot "arabe". l'inverse est tout aussi curieux,
puisque je parlais avec un de mes amis français qui vit à Bizerte dans une villa somptueuses et moderne et je lui disais en tout bonne fois que je préférais les maisons arabes avec patio,
terrasse,etc (en fait des maisons romaines) et il me répondit " Ne dis pas maison "arabes", ça me choque, ça fait péjoratif... très compliqué tout ça...


Michel



Henri-Pierre 03/04/2010 10:55



Vies de labeur.
Vies de séduction.


Pour en venir à un magnifique point d'interrogation.

Le jeune photographié aux traits si réguliers ne semble appartenir à aucun pays, il a l'impavide et immanente beauté des kouroï pré-classiques grecs



Michel Giliberti 03/04/2010 11:55



Il est vrai que ce garçon n'a pas la beauté typique des Tunisiens, mais il se trouve que j'en rencontre souvent. Certains ont la beauté des Italiens du nord, d'autres sont de véritables Anglais
aux yeux bleus et aux cheveux roux... un comble dans ce pays ! Je crois que cela reflète la multiplicité des mélanges qui ont eu lieu en Tunisie et d'ailleurs les Tunisiens en parlent toujours
avec beaucoup de bonheur, affirmant qu'ils ne sont pas des Arabes, mais des Berbères, puis très vite ils soulignent leurs appartenances multiples.
Merci Henri-Pierre
 @ bientôt


Michel



nabeth 21/03/2010 17:15


Que deviennent les marabouts dans l'ombre d'une nuit naissante?
Nabeth. 


Michel Giliberti 21/03/2010 18:21


Ah... ça, je vous le dirai en quatre yeux...;o)
 @ bientôt Nabeth

Michel 


nadouce 21/03/2010 07:56



 


Je l’ai regardé…


 Et dans son regard donné…


Il m’offrait sa nudité cachée..


 


Il n’y a rien eu de plus pur que cet instant volé au temps…


 


Je suis restée là… Epiant un peu de vous… Dans Lui je voulais effleurer votre regard qui regarde..


Et alors, sans retenue aucune…. Je l’ai vu…Ce jeune homme…. Sensuel et sincère..


Empli de jeunesse… Attendant d’être aimé pour ce que de Lui il ne savait pas encore..


 


Nul doute…. La lumière du jour de Kerkennah le rendait si beau..


Vous laissant à vous des rêves, dans vos nuits étoilées ….


Je vous embrasse… Du bout des yeux….. Je vous embrasse..


 Nadouce


 



Michel Giliberti 21/03/2010 18:25


Nadouce, le chemin que vous émaillez de vos vers si suaves est bien plus beau que celui que j'ai parcouru... mais si le vrai vous a tant inspiré, alors je suis le plus heureux des hommes et je suis
très gâté...
 je vous embrasse,

Michel 


Catharsis 14/03/2010 15:07


J'aime beaucoup la chute qui laisse présager des aventures nocturnes bien savoureuses!

A bientôt Michel.


Michel Giliberti 14/03/2010 17:23


En quelque sorte ! :o)
Bonjour Hicham
@ bientôt

Michel 


eva baila 14/03/2010 14:09



ô mon palmier ! Marabouts immaculés, enfants charmants, belle jeunesse aux attaches si fines, aux yeux si noirs et prometteurs, voilures élancées... le Sud, le Sud, le Sud !...



Michel Giliberti 14/03/2010 17:14


Ah... Eva, nous voilà bien avec notre amour du sud... les beaux jours approchent heureusement. Espérons qu'ils nous fassent rêver.
  @bientôt,

Michel 


NYCO 14/03/2010 10:43


mais c'est comme toutes les bonnes choses...
il ne faut pas en abuser...
à tout bientôt ,michel,tes mots nous manquent...

bises


Michel Giliberti 14/03/2010 11:14


Rien que pour toi Nyco, je poste un nouvel article que je ne voulais ne poster que demain... "Orage sur Sidi Bou Saïd"...
 Bisous,

Michel 


Nath 14/03/2010 10:07


le silence ici vaut tout les discours...


Michel Giliberti 14/03/2010 10:10


Le silence devient une denrée rare... je suis bien d'accord avec toi, Nath.
 je t'embrase,

Michel 


Last Night in Orient 12/03/2010 08:01


Merci d'avoir republié ces photos Michel !


Michel Giliberti 12/03/2010 08:46



Merci à toi L.N.I.O. 


Ces photos sont surtout de meilleur qualité car ce sont des argentiques et la première fois je les avais scannées avec un scanne de mauvaise qualité... C'était affreux. D'ailleurs quand je
regarde les photos de mes premiers articles, je pâlis d'horreur, c'était toujours mauvais...


 @ bientôt,



Michel 



bellelurette 11/03/2010 18:53


Ah tu vois, tu as retrouvé ton inspiration, pour notre plus grand plaisir.
Alors tu lui as téléphoné à ce doux garçon ? T'a-t-il fait découvrir d'autres merveilles ? Et puis ces photos... tu lui as sans doute envoyé des exemplaires papier, non ?
Je suis très curieuse, tu le sais !
merci pour ce beau voyage dans ce pays que tu aimes tant.
Je t'embrasse ainsi que JC qui j'espère, va bien.


Michel Giliberti 12/03/2010 08:54



Très inspiré d'un vieil article en fait ; ça fait longtemps que je voulais le remanier, surtout pour les photos, car celles que j'avais installées la première fois étaient totalement ratées. Mon
scanner était pourri et mon ordinateur très mal étalonné et tout paraissait hyper saturé. Si j'avais du temps à perdre,je recommencerais une bonne centaine d'articles, autant dire "jamais"...


Oui la plupart du temps, je donne toujours mes photos à ceux qui ont eu la gentillesse de poser. 


Ici ça va "Comme ci comme ça" 


 Bisous Bellelurette.



Michel 



François 11/03/2010 16:31


Et si, et si la vie, la vie simple,  était simplement si belle...
Le regard doux de ce jeune tunisien est depuis des années mon fond d'écran... Je sais maintenant dans quel décor il s'est emerveillé...
merci Michel...


Michel Giliberti 11/03/2010 16:51


C'est une belle histoire... Un regard qui prend vie et lieu. J'adore ce genre d'anecdotes François, rien ne pouvait me faire plus plaisir.
 @ très bientôt 

Michel 


Nanie 11/03/2010 15:12


Superbe !! quel endroit enchanteur, ce bleu, cette paix, cette sensation d'être arrivé à bon port loin du tumulte.

Je me souviens de ce beau jeune homme, tu avais déjà posé son portrait sur les pages, et déjà je l'avais trouvé magnifique.

Qu'il doit être doux de se balader sur cette île, simple, pleine de sourires et de sincérité.

C'est un pur bonheur que tu nous offres de partager.

Merci


Michel Giliberti 11/03/2010 16:21



II faut que tu y ailles avec Nyco, Nanie. C'est un lieu de charme fait pour vous. Tout d'abord, vous protégez bien vos coeurs, car ils risquent de palpiter très fort, mais une fois, cette
précaution prise, laissez vous bercer par l'eau, le vent, le sable, les yeux... et qui sait vous rencontrerez ce charmant garçon... et si ce n'est lui, ce sera son frère...


 je t'embrasse, @ bientôt,



Michel 



Yves Roubiére 11/03/2010 14:15


Bonjour Michel,
j'ai encore à se jour des souvenirs baignier de lumiére et de douceur de vivre loin du tourisme de masse.D'abord une traverssé qui n'est pas tres longue,puis un taxi qui va me déposer au grand
hotel et là s'est l'émerveillement du silence juste chahuté par le bruit des vagues.Il y a tres peu de touriste en cette fin septembre et je m'en réjouis d'autant puisque je profite plus du
soleil.Découverte de cette ile qui maintien tant bien que mal ses traditions,le costume qui m'as séduis on porte avec une certaine élégance le large chapeau de paille.On n'y croise profusion de
petits anes aussi moyen économique de se déplacer.Et les pécheurs de poulpes!Résultas de se séjour,des rencontres riches en découvertes et un tas de belles photos.Voila notre TUNISIE recéle encore
de beauté cachée pour combien de temps?
Bonne journée à vous.


Michel Giliberti 11/03/2010 16:16


Encore longtemps j'espère... et puis nous avons la capacité de  recréer.
je suis ravi que tu connaisses bien ces lieux enchanteurs, tu ne peux  que mieux me comprendre.
Merci Yves,
 @ bientôt,

Michel 


NYCO 11/03/2010 14:04


et bien Michel,
moi je m'adosse à ton blog pour voir défiler des merveilles...
c'est ton coeur qui parle et nous conte si bien la joie de vivre de ces îliens...
et leur beauté...(ce jeune tunisien est voluptueux...)
et leur richesse de vie si modeste pour des pays industrialisés que ta phrase ,si sage ,relate si bien:
Je pense qu'un homme triste est un homme qui n'a jamais connu cet espace-temps, où ce que vous dites, ce que vous faites devient un
privilège.
tu illumines  une journée saudade pour moi...
merci M...agicien!

nyco


Michel Giliberti 11/03/2010 16:14



Je pense vraiment tout ça Nyco... nous sommes trop gâtés et du coup vite blasés des valeurs authentiques, des valeurs qui fédèrent, mais ce ne sont que des mots, je sais bien que la réalité est
toujours plus complexe.


Quand à ta journée saudade... j'espère qu'à l'heure actuelle, ce n'est plus qu'un souvenir. 


Merci encore Nyco,


 je t'embrasse,



Michel 



Jean- Pierre 11/03/2010 13:49


Superbe histoire ... Michel

et quel paradis que cette île que j'espère connaître ... et la pureté, l'échange, dans ces yeux doux ...

J'attends avec impatience la suite de ce conte qui déjà m'a séduit ...

Ce pays m'enchante ...

Bises

JP


Michel Giliberti 11/03/2010 16:03



Tu aimeras beaucoup jean-Pierre, car là-bas subsiste encore le charme de la Tunisie de mon enfance, de la nonchalance, des bonheurs simples et pour tant forts et beaux.


Je t'embrasse


 @ bientôt Jean-Pierre



Michel


 



Jack 11/03/2010 13:29


que de souvenir similaires!, Kekennah 1970, 1972... je me souviens de tous ses parfums, de mes premières  vacances dans ce pays dont je découvrais les charmes tels que je les avais imaginés.
J'espère, et je pense  que cà na pas trop changé, sur les photos  je retrouves les mêmes sourires, les mêmes attitudes comme si le temps  ne passait pas . je me souviens
particulièrement d'un passage par le bateau  de Sfax ou de jeunes  kerkenniens d'environ 16 ou 17 ans dansaient ensemble, s'enlaçant avec frénésie  aux son de la darbouka, devant
l'oeil médusé des touristes, feminines, qui ne pouvaient  comprendre toute la grace de cette danse et tant de choses qu'elles auraient aimé savoir et ne pouvaient imaginer. Ces
photos sont une invite à y revenir sans doute, tout y est parfait, délice calme et volupté sous la chaleur de l'été et la brise tiéde du soir.


Michel Giliberti 11/03/2010 15:58


je suis ravi que vous connaissez tout ça... vous ne pouvez que me comprendre et partager mes souvenirs.
 @ bientôt Jack

Michel 


réjane 11/03/2010 13:19


un écrit et des photos qui en disent long sur cette émotion que je te remercie de nous faire partager
rejane


Michel Giliberti 11/03/2010 15:56


Merci Réjane... ça me fait plaisir.
 @ bientôt,

Michel 


Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog