Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Iraqi-ptsd-2

Ce tableau que m'avait inspiré la guerre en Irak confirme les nouvelles révélations de WikiLeaks quant aux exactions commises durant cette période par l'armée américaine. Tortures mentales et physiques prouvent, une fois encore, que nous sommes malheureusement toujours des barbares et qu’il serait temps, quand on parle de mondialisation, d’en parler en terme de fraternité et non de profits.

http://en.wikipedia.org/wiki/Posttraumatic_stress_disorder

Published by Michel Giliberti - - Réflexion

commentaires

Armide+Pistol 31/10/2010 21:50



La mondialisation est une vaste histoire de gros sous dont les seuls bénéficiaires sont une minorité d'aigrefins.


Nos idéaux d'ouverture de frontières ont été adoptés à leur mode !!!



Michel Giliberti 23/11/2010 14:35



Hélas...



eva 28/10/2010 10:46



En repassant par ici, je voudrais corriger : quand je dis que je ne crois pas en l'Homme, je ne parle pas du Masculin !... j'entends : l'être humain en général...


(C'est vraiment difficile de se faire comprendre ! Quant au sexe masculin, je n'ai jamais eu confiance ! J'adore les hommes, mais je me méfie d'eux comme pas possible ! L'amour, c'est comme la
corrida, si on ne reste pas maître de la situation on risque l'encornada !!)



Michel Giliberti 28/10/2010 11:18



 Je l'ai entendu ainsi Eva, bien entendu. Quand je parle de l'homme je parle, moi aussi, de l'espèce humaine qui n'a que le genre "masculin' pour exister, hélas..., et je même si je l'aime
aussi, je me méfis de l'homme (le "truc" qui a besoin de déodorants XX larges et de voitures qui leur font oublier leurs femmes)... Oui, beaucoup de méfiance.
 @ + Eva
Michel



Yves 27/10/2010 20:49



LA BARBARIE!


est né avec l'homme,il me semble.Elle fait partie intégrante del' igniiorance à respecter se qui ne le resemble pas de loin ou de prés.Depuis sa création,il jouis de détruire et de sacrifier à
outrance avec une cruauté sans égale.Ils se fait un malin plaisir à rejeter sur l'autre ses propres déchéances.La barbarie n'est pas loin,détrompons nous elle est souvent aux pieds de nos
portes.Se qui me fais le plus mal,s'est qu'il faille nous souvenir touours et touours et lànous avons les devoirs de mémoires en attendant d'autres barbares.Memes nos défunts ne sont pas
épargniés! on va encore les insulter!.Un monde de paix,je suis pas tres sur,pour ne pas froisser les futures barbares!



Michel Giliberti 28/10/2010 08:40



Rien à ajouter Yves... rien. Je ferais de la surenchère.
 @ bientôt et merci
Michel



Laura 26/10/2010 18:25



Votre tableau, magnifique, c'est sûr, je n'ai pu que l'entrevoir: je ne supporte pas (pas de courage?) l'expression de cette infernale souffrance, liée à des événements bien réels... Tout comme
je ne supporte pas, psychologiquement, les films de science-fiction....


Heureusement, les commentaires ont laissé s'éloigner le spectre de l'horrible maladie, pour en arriver à un échange de baisers. J'entre dans la danse, sans remonter à l'époque de l'homme des
cavernes...


Bises, Michel.



Michel Giliberti 27/10/2010 10:01



C'est tout à fait insupportable Laura, bien sûr. Personnellement, j'avais besoin, à ma façon, de témoigner de l'horreur, même si, une fois de plus, elle reste esthétique... mais un jour, je
finirai par peindre des horreurs sans esthétisme. Je ne crois plus à la beauté pour véhiculer des idées. J'ai hâte de découvrir mes prochains tableaux... Que ce sera 2011 ? Un champ de bataille
ou un champ de fleurs...
Je vous embrasse Laura
@ bientôt
Michel



Catharsis 26/10/2010 14:41



Une toile forte qui, s'il n'y avait eu ce titre, aurait tout aussi bien pu exprimer l'amour qui détruit, du fait de la volonté de domination flagrante qui transpire dans l'expression du
personnage de gauche (ou du fait de la soumission du personnage de droite à la violence de son compagnon).


De même, ta toile dit très bien notre monde et la nature des rapports que nous entretenons les uns avec les autres (généralement). Cependant, je pense que l'immense majorité d'entre nous n'est
plus barbare, mais tout simplement soumises (de gré ou de force) aux intérêts d'une petite minorité qui sont : Les grands patrons et les politiques.


Mais combien sont-ils (en nombre) et combien sommes-nous à en dépendre? Et pourtant...


 


Eva me fait penser à ma compagne qui, dans sa vision de l'Homme, a exactement la même animosité. Bien que je ne peux que comprendre ce point de vue, il n'est pas le mien.


 


A bientôt Michel!



Michel Giliberti 26/10/2010 15:27



Que penses-tu des hommes, H ? Crois-tu qu'ils soient perfectibles ? Être femme n'a jamais été très facile, je pense, sauf au moment de la séduction, car ce doit être très enivrant de sentir son
pouvoir face à l’homme qui, dans ces instants, est doux comme un agneau... jusqu'à l'assaut. Mais peut-être que je me trompe... il n'y a pas de règles absolues et chacun fait de soi l'ange ou le
démon qu'il désire être. De toute façon, l'homme est bien compliqué, la femme aussi et c'est à chacun de nous de corriger le tir et faire en sorte que nos défauts comme nos qualités alternent
afin que le voyage sur terre ne soit, quand même pas, trop ennuyeux...
 @ bientôt H
Michel



eva 26/10/2010 13:26



à mon avis, eux, ils s'en moquaient complètement... Quand y'en avait pour un, y'en avait pour dix ! Ce qui comptait c'était la survie de l'espèce...



Michel Giliberti 26/10/2010 13:42



Je n'en doute pas...
et nous avons survécu, voyez le résultat...:)



eva 26/10/2010 12:26



les baisers d'homme civilisé sont souvent hypocrites... Je sais que vous, vous ne l'êtes pas...


Je reçois donc vos baisers de Néandertal avec plaisir, dessinons ensemble sur les parois des falaises, vous m'apprendrez...



Michel Giliberti 26/10/2010 13:20



Bien volontiers Eva, je vous apprendrai, comme mes ancêtres, à dessiner beaucoup de bêtes à cornes ... qui me laissent à penser qu'ils étaient déjà concernés par l'adultère. :o)
 @ bientôt
Michel



eva 26/10/2010 11:47



PTSD, ce n'est pas une nouveauté, il suffit d'entendre le témoignage des Français qu'on a envoyé combattre en Algérie... Tous n'y ont pas pris leur pied, et certains (qui sont encore vivants)
font encore des cauchermars...


Je hais la guerre, je hais la violence, je ne crois pas en l'Homme



Michel Giliberti 26/10/2010 11:52



Oh oui, Eva ! ça existe depuis longtemps... l'homme qui se doit d'être perfectible ne s'en soucie guère. Je hais la violence moi aussi, elle me traumatise chaque fois que je la rencontre et on la
rencontre (à des degrés différents) en tout lieu, à toute heure. C'est une horreur.
 Je vous embrasse en toute paix, sans désordre et avec des baisers d'homme civilisé !


 Neandertal.



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog