Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


dos-hammamet-
D’argent, le soleil sur les vagues
De bronze, ses épaules mouillées
D’argile, mes paupières brûlées
De larmes, les traces sur mes joues.

© Giliberti

 

commentaires

J

bonjours,
à chaque  message  de  votre part
que  du  bonheur
quand c pas les  mots se  sont   les   photos
merci  pour tout
un  souhait
un  jour consacre  donc  une   ou plusieurs  messages  pour  nous  donner  adressent  lieux photos à découvrir de ce  beau  pays
à chaque  fois  je  me  noie dans   mes souvenirs et j attends  tes nouvelles  news
merci à vous
jack

 


Répondre
M


C'est très gentil Jack, mais vous savez rien ne prouve que ce que j'ai pu aimer soit la chose intéressante en question... Tout est si subjectif et puis noter les lieux de façon aussi
impressionnistes que je le fais ne serait certainement pas suffisant pour être directif. la Tunisie, pour moi, est un regard qui me parle ou qui se tait, alors expliquer où cette alchimie se
trouve... pas évident. De toute façon, il faut y aller vierge de tout et ressentir, humer, essayer, mélanger, goûter... un peu comme on le fait en cuisine quand on aime en faire.


 @ bientôt Jack



Michel 



H

Il faut que je t'envoie une photo de La Havane qui est un étrange écho à celle-ci.


Répondre
M

Je l'ai reçue , merci... c'est tout à fait ça.
 michel 


E

PS : Michel, je fais la maline... En réalité, celui qui tient la ficelle du cerf-volant me garde bien à l'abri des tentations... Mais... je fais comme les triplés de l'Arrache-coeur, je mange des
limaces bleues...


Répondre
M


Pourquoi se priver des limaces bleues si celles-ci parviennent à vous faire voler... il faut un appétit de tout, même du virtuel Éva. Vian l'avait compris. Moi aussi je fais le malin, Éva, même
si je franchis des seuils défendus, hauts en couleur et qui font battre mon coeur, j'ai un mal fou à oublier le teneur de cerf volant... et je crois que c'est très bien ainsi. 


Peu de gens savent vous faire connaître les hauteurs et les canopées de nos sentiments, aussi il est normal de les respecter, car même s’ils retiennent notre course, ils
nous en permettent l’accès...


 @ bientôt EVa



Michel 



E

Pourquoi résister à ce qui est beau et bon ? au bout du compte, il ne reste que cela... le plaisir d'avoir goûté au meilleur...


Répondre
M

C'est difficile, je le conçois bien, et j'essaie de respecter cette réaction "chimique" quoique très naturelle, le plus souvent possible, mais...
 @ bientôt Eva

Michel 


N

Devant tant de beauté, je suis certaine -je le souhaite profondément- que les larmes qui s'échappent sont celles du bonheur de l'instant.
Pourquoi ne pleurerait-on que devant le laid? 


Répondre
M

Les larmes du bonheur existent, je les ai rencontrées bien souvent...
Merci Nabeth,  
@ bientôt

Michel 


E

oui, tout est beau ici et appelle la caresse et le baiser... la nuque, les épaules, la main...


Répondre
M

C'est exactement ça... comment résister? avez-vous un moyen Eva ;o)
 @ bientôt

Michel 


C

Une belle photo... mais je trouve tes mots encore plus beaux.

Amicalement.


Répondre
M

Alors je suis heureux, car ces temps-ci, je n'ai plus grand chose à dire. Il faut dire que je peins énormément et qu'à la fin de la journée, je suis un peu vidé.
 @ bientôt H

Michel
 


N

Ensorcellant ce bleu si bleu qui intensifie le bronze de ses épaules... La photo est magnifique et tes mots envoutants. J'aime sa posture qui ressemble à l'attente et à la solitude aussi, envie
qu'il se retourne pour effacer les larmes sur tes joues...


Répondre
M

Merci Nanie... La mer est photogénique, c'est vrai, et ceux qui la regardent le sont aussi.
ça inspire...
@ bientôt 

Michel 


Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog