Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

 

Elie-nuit-copie-1

Quelle étrange chose que ce baiser furtif en soirée, quand, au fond du jardin, dans l’air soudain plus frais, je vous avais raccompagné jusqu’à votre voiture ! Une calèche tirée par des chevaux m’aurait moins étonné, tant votre visage romantique s’accordait de cette époque. Tout au long de la soirée, alors que nous dénoncions la noirceur des chiens et des loups d’aujourd’hui, j’avais pensé que seuls les vins et la musique rendaient vos yeux brillants mais là, dans les lumières qui bleuissaient les bambous, je me sentis rougir d’en mieux comprendre le sens. Hélas, en réponse à vos lèvres hésitantes, je n’eus que des mots balbutiants quand il aurait mieux valu en explorer l’ardeur.

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

commentaires

Chris-Tian Vidal 07/06/2010 13:03



Les maladresses de l'amour et du désir et tes mots qui nous replongent dans une époque où jadis l'humanité existait encore. Je t'embrasse mon cher Michel.



Michel Giliberti 07/06/2010 14:52



Pour nous, elle existe toujours Chrisitian...
je t'embrasse


Michel



Roubiére Yves 05/06/2010 17:16



combien j'en ais reçus,et combien j'en ais donné!de ces baisers là furtif à l'ombre des lumiéres.Petits baisers volés mais si bon à recevoir,ils sont emplis d'une infinie tendresse quelques fois
maladroits.Ils sont doux et non point voraces.Ils sont évocateur d'un sentiment qui nait.Ils céllent de nouveaux liens et au milieux des chiens et des loups ils nous permettet de se
retrouver.Combien de Roméo et de Julliétte,de Roméo et Roméo et de Julliette et de Julliétte ont débutés leurs plus belles histoires d'amour avec ce baiser volé.


Bonne journée cher poéte


 



Michel Giliberti 05/06/2010 17:53



Mais oui, Yves, nous sommes tous pétris de ces instants magiques qui nous façonnent au fur et à mesure de notre ballade terrienne. Aucune balise, juste un pas devant l'autre et le regard
attentif.
 @ bientôt et merci


Michel


 



Nanie 05/06/2010 17:02



Furtifs, éphémères, ces instants hors du temps sont des parathèses enchantées, des bulles de bonheur qui parsèment nos journées de douceur ... Aussi brefs et légers soient ils, ils nous laissent
un souvenir intense qui nous fait vibrer encore longtemps après ... Le regard d'Elie est troublant et chaud comme les braises ... Merci Michel/"gage de ne pouvoir".



Michel Giliberti 05/06/2010 17:50



Ah Nanie, le furtif est inégalable puis qu'il ouvre la porte à tous les non dits comme à tous les possibles. J’ai passé ma vie à le rencontrer et j'espère que ce n'est pas fini, pour qu'au soir
final, il puisse embaumer une dernière fois mes pensées des souvenirs qu’il provoqua... une dernière fois, avant le grand vide.
 Merci Nanie, et plein de bises


Michel



NYCO 05/06/2010 15:36



moments futiles ou fugaces ...


pudeurs des sentiments ou des actes..


bonheurs spontanés ou intemporels...


le choix est vaste mais le ressenti est personnel ...


gardé au fond du coeur comme un joyau innestimable...


merci Michel ,par tes quelques mots ,


de faire ressurgir ces doux instant de notre boîte à bonheur...


des bises quasi estivales...



gage de ne pouvoir 05/06/2010 16:09



J'aime ces petites aventures qui, très vite avortées, ont l'avantage de ne jamais se ternir. Heureux les hommes mortels qui, pour mieux vivre captent la survie de toute part...
Merci pour tes mots Nyco, je t'embrasse


Michel



Nabeth 05/06/2010 12:37



Ce texte, avec en toile de fond, ce visage rempli d'amour est un hymne: le baiser furtif, mais accordé, annonce un abandon plus intense très bientôt si les sens sont en harmonie...


Et, si la vie n'accorde pas une seconde rencontre, à cet échange où le vin et la musique  étaient étrangers à ces lèvres à peine offertes, l'ardeur se manifesterait pour toujours au plus
profond de ces amants purs d'un soir.


Nabeth.



Michel Giliberti 05/06/2010 16:01



Nabeth, votre histoire me conviendrait tout à fait... mais de toute façon les élans d'un jour, même avortés, restent souvent dans la mémoire comme s'ils s'étaient accomplis. C’est là tout le sel,
toute l'essence de la vie.
Merci Nabeth, à bientôt et doux baisers


Michel



François 05/06/2010 12:14



Et toujours cet eclat dans les prunelles qui dit l'émotion... ardente.... qu'on peut en bruler encore longtemps après.


Une vraie émotion... merci Michel


Plein d'amitiés



Michel Giliberti 05/06/2010 15:57



Un oeil sans éclat, François, serait pour moi, comme un jour sans lumière... Le feu vit au fond des prunelles, je te l'accorde.
@ bientôt François, je t'embrasse


Michel



eva 05/06/2010 10:19



je comprends qu'un baiser furtif puisse émouvoir autant... Un baiser profond est un acte charnel et engage tellement de soi qu'il ne peut ni être donné à la hâte, ni voler... C'est vraiment
étrange : j'ai connu une poignée de main qui était comme un baiser profond, si tendre et enveloppante qu'elle donnait et prenait autant qu'un baiser... C'est vraiment curieux que certains êtres
puissent mettre tant de sensualité dans les actes les plus courants de la vie ordinaire (mais y a-t-il une vie ordinaire pour certains êtres extraordinaires, et en sont-ils conscients ? Sont-ils
conscients du pouvoir attractif qu'ils ont sur autrui ?)


Je vous embrasse très chastement et fraternellement Michel.



Michel Giliberti 05/06/2010 10:31



Voilà bien de ces phrases en accord avec mes émotions... oui, Eva, ces moments forts d'être si anodins transportent tous les vrais plaisirs de la vie. Deux voitures stoppées à un feu rouge et des
regards qui se croisent, complices, en attendant le vert... pour repartir nulle part, mais le voyage si bref vous aura bel et bien emporté... Merci Eva de marcher dans mes sentiers...
Je vous embrasse moi aussi.


Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog