Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Laurent-rouge-2Vous étiez une lumière douce, une lumière fauve, un cri muet dans le silence bruyant de mes non-dits.
Mais dans la lumière ou dans la nuit, vous signifiez alors que l’improbable existe, qu’il faut toujours croire en l’expression d’un jour plus beau ! Un jour nouveau qui force aux souvenirs.

Published by Michel Giliberti - - Photos et poésie.

commentaires

Yves 06/12/2010 00:55



Jolie lumiére sur se modéle encore jeune,et jolie pose également.Tout en douceur,et en attente de quoi? peut'étre pour faire le grand saut vers l'age d'homme.je lui laisse le temps de la
réflexion et en silence je continurais à admirer encore une fois sa jeunesse qui s'éffasse. De crysalide il deviendras un beau papillon à n'en pas douter!.


Merçi Michel pour cette jolie composition


@ bientot pour d'autres réves!



Michel Giliberti 06/12/2010 07:50



Merci Yves, merci pour lui.
@ bientôt
Michel



nyco 05/12/2010 14:44



bonjour Michel!


une bien belle photo d'un homme-enfant...


un bien beau texte plein d'optimisme...


une lueur nous guide tous,


qu'elle soit celle d'un phare ou celle d'une bougie ,


peu importe...


le principe est de s'en servir pour avancer,se réchauffer...sans s'y bruler!


Tes souvenirs sont lumineux Michel,


trés content qu'ils te réchauffent encor le coeur et l'esprit...


j'adore quand tu ressorts les anciennes photos de tes modèles,


une sincère affection leur sert d'écrins...


tes "enfants" sont biens beaux! ;-))


bises du Nyco


 



Michel Giliberti 05/12/2010 19:07



Oui, Nyco, cet homme enfant est un bel homme aujourd'hui. Le temps a beau être farceur, rien ne me fera oublier les heures délicieuses d'un travail en commun qui, elles, n'ont pas pris une
ride.
Merci Nyco pour tout ce que tu me dis là, pour la compréhension et pour l'estime.
 je t'embrasse bien fort
Michel



Laura 05/12/2010 13:27



Dans "le silence bruyant" de nos non-dits, ces couleurs fauves annoncent l'éclatante lumière d'un lendemain qui ne laisse pas la place aux souvenirs mais nous projette dans un brillant avenir où
la durée ne compte plus.


Comme il est précieux de vous lire, mon cher Michel!



Michel Giliberti 05/12/2010 19:10



Et comme il est précieux de vous retrouver par ici, au travers de cette petite lucarne noire, irréelle et pourtant chargée d'amitié d'émotions et de solitude animée.
 je vous embrasse LAura,
 @ bientôt
Michel



JACK 05/12/2010 12:19



LE lionceau a bondi et a dévoré la vie à pleine dents, sait il que la perfection de son image de lionceau a été fixée pour l'éternité dans sa grâce parfaite et sa  force accomplie ? La photo
demeure très certainement , dans le genre, et avec celle de la larme, l'une des photos majeures de l'Oeuvre Gilibertienne



Michel Giliberti 05/12/2010 19:16



Je suis toujours surpris d'apprendre des choses aussi précises que celle que vous me dites là, à voir que cette photo serait majeure dans mon "travail". Ça donne l'impression que ce que je fais
est sérieux alors que ce n'est que la prolongation décousue d'un méli-mélo complexe sans la moindre filiation avec la rigueur ou l'intention. En fait, j'aime assez que mes improvisations, mes
instincts puissent être reconnus comme un travail, merci Jack
 @ bientôt
Michel



Catharsis 05/12/2010 12:10



Un visage, un corps, où on peut lire clairement cette frontière ténue qui, d'enfant, nous bascule brusquement vers le corps d'homme...


Le lionceau quittant sa mère et, solitaire, s'en allant enfin dans la savane à la recherche de son destin.


 


Très belle photo.



Michel Giliberti 05/12/2010 19:20



Merci H, j'aime beaucoup l'image d'un animal prenant sa liberté, ce fut d'ailleurs un peu le cas après cette série de photos qui très certainement concrétisa un moment fort dans la vie de mon
modèle.
Merci de lire entre les lignes
@ bientôt
Michel



eva 05/12/2010 10:37



Des mots mystérieux sous cette photo... et je pense à ce mot (j'ai oublié l'auteur) qui s'appliquait à Lorca "Tenìa del angel" (Il tenait de l'ange, il avait quelque chose de l'ange...)


Je vous embrasse Michel.



Michel Giliberti 05/12/2010 19:26



Et dire qu'on a tous quelque chose d'un ange, Eva, mais la vie nous rogne les ailes... Laurent qui m'inspira cette photo m'inspira également un tableau où il était muni de deux ailes ; il
s'appelait "Angel's eyes".
Vous avez vu juste...
Je vous embrasse
Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog