Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

 

Tarmac-b11 juin, neuf heures et demie, je signe enfin ce tableau… le dernier désormais, jusqu’au prochain. Quand Florian a posé, je n’ai pas réalisé à quel point la mise en image de cette toile étaient liés à un souvenir cruel de mon enfance... Un jeune homme assis, pensif, qui considère ( ou pas ) un bouquet de plumes dont on ignore comment il tient à la verticale ; est-il  coincé entre ses cuisses ? Serré dans une main ? En lévitation ?tarmac-2-bPeu importe, les années se barrent ; elles me replongent au cœur d’un après-midi de grande chaleur en Tunisie. Le temps est immobile. J’ai quatre ans et demi, je suis accoudé sur le bureau de mes sœurs et je dessine une jeune femme nue. Je suis très appliqué, je vis intensément cet instant, c’est même incroyable comme cet instant est physiquement intense. Maman est à la cuisine, je pars la retrouver… je vais lui raconter...tarmac-4-bLa calligraphie arabe dit « J’étais si près de l’envol »… cette traduction est à la verticale sous l’accoudoir, près de la main.Tarmac-3-b

Published by Michel Giliberti - - Peintures

commentaires

aurore 22/09/2015 13:07

Bien du temps à passé depuis la nouvelle version d'overblog, mais j'avais gardé en mémoire ta trace..que je regarde discrètement...l'émotion au travers de tes peintures me transporte bien au-delà d'une réalité..une trace; un impalpable dans nos songes.
L'expression et les formes sont de grandes qualités..une admiration devant ton Art...

Michel Giliberti 28/09/2015 06:40

je suis totalement alergique à la nouvelle version d'Overblog qui bafoue l'originalité de la mise en page, qui enlève plein d'options, etc, etc... et c'est la raison que je n'ai plus du tout le goût d'y poster quoique ce soit, Aurore, du moins, je veux dire que je poste quelques articles mais très très rarement et dans le fond sans que le coeur y soit. merci toute fois d'apprécier ce tableau... :)

covix 07/12/2011 13:42


Bonjour Michel Giliberti, 


Il y a bien longtemps que je ne suis pas venu vous rendre visite, et je trouve cette toile empreinte de reflexion, une quête intérieur bien soutenue par la musique, et l'envol de l'oiseau en est
retenue... Merci pour ce partage.


Bonne journée


@mitié

Michel Giliberti 28/01/2012 12:02



Merci à vous Covix, je suis moi-même un oiseau en ce moment...


 @mitiés


Michel



Pascal . L . 17/07/2011 23:40



En voyant ce tableau ,


en écoutant la musique choisie 


une larme coule sur ma joue


Alors : MERCI pour cette émotion. . .



Michel Giliberti 18/07/2011 08:13



Pascal, vous me touchez beaucoup...c'est moi qui vous remercie.
@ bientôt (bravo pour votre blog)
Michel



David 11/07/2011 09:29



Chaque fois que je vous rends une visite "virtuelle", je retrouve le plaisir vif d'une présence qui "parle" et "invite" à lier "langue" avec soi-meme, et arpenter jusqu'aux recoins semi-obscurs
des   jardins de notre mémoire intime.Vos tableaux, vos photos , vos mots -en ce qui me concerne -sont autant de "lucarnes" sur le payasage des émotions qui font trace en mon monde.Merci à
vous Monsieur,  d'être ainsi  un si subtil  "exprimeur".. pardonnez  moi ce "néoterme" qui n'est pas un jeu de mot "facile" ou une "fioriture" polie..ce terme représente
énormément quand on fait l'effort d'aller au devant et au dedans de ses silences...


A bientôt!



Michel Giliberti 11/07/2011 10:49



David, vous ne pouviez trouver plus belle expression qu’« exprimeur ». Elle me va comme un gant. Comme Je dis toujours que je suis un «faiseur» d'images, vous comprendrez aisément qu'
«exprimeur» me comble tout à fait. Je vous remercie du fond du coeur pour vos mots qui me touchent particulièrement. Mon bonheur avec ce blog c'est d'avoir engagé de tels rapports avec
vos mots, à tous, et avec les miens. On fait ce que l'on veut des réseaux sociaux. Moi, je voulais créer ce langage entre nous. Je suis comblé.
 Encore merci David.
 @ bientôt
Michel



kayané 28/06/2011 17:04



J'ai découvert votre blog et que de beauté ! Vous êtes un artiste. Cette toile est profonde de sens dont je ne me lasse pas de regarder. Compliment. Bonne journée amicalement



Michel Giliberti 28/06/2011 18:13



Merci Kayané, vos mots me touchent, mais j'ajoute immédiatement que votre blog est magnifique et vaut le détour. Je l'ai parcouru sans y mettre de commentaires, car ces jours-ci je suis trop
occupé. Mais ce sera chose faite, bientôt.
Encore merci,
Michel



Fée 17/06/2011 09:40



Vous savez j'ai toujours eu  peur même en grandissant  des monstres que j'imagine sortir des armoires ou de dessous des lits qui feraient  peur à l'enfant que je suis ,  aux
miens ... ou aux autres ...


Je sais juste que " Sully" ne m'aurait jamais fait peur , ou alors si peu ...sourire


 


Quand je serai grande je déposerai  tous les monstres sur une étagère ... en bordant les enfants je leur lirai de jolis contes et  pour que leur sommeil  soit bordée de rêves
...  leur  doudou sera l'ange gardien du paradis de leur nuit ...


 


 



Michel Giliberti 17/06/2011 11:41



Je préfère lire cela. Ce registre vous va tellement mieux... ne choisissez pas d'étagères Ikea pour déposer vos montres, vous referiez des cauchemars..


 @ bientôt


Michel



Fée 17/06/2011 08:32



Coucou, c'est encore Moi...


J'ai beaucoup aimé vous entendre " parler" de votre  réalisme intelllectuel ... Qui commence à 4 ans ...


Je  Comprends mieux la transparence des intérieurs de vos peintures et de vos mots ...


Croyez vous que j'avais cet âge quand je vous ai lu la première fois !?


Je vous ai relu  en vacances dans un esprit plus calme et  plus léger, et là je crois que j'avais 9 ans ... le visuel devenait réalisme ...


Pardon ...



Michel Giliberti 17/06/2011 09:20



Dois-je en conclure que vous grandissez et que vous avez cessé de me voir comme un monstre ? :o)



Hicham 17/06/2011 00:20



Très émouvant que ce nouveau tableau Michel.


Tout mon amour,


A bientôt,


Hicham



Michel Giliberti 17/06/2011 09:16



Oh mon ange que je suis heureux de te lire par ici, qui, chez moi est si proche de mes ailleurs favoris comme tu le sais. Je te remercie infiniment d'aimer ce tableau qui m'a suffisamment troublé
au point de faire une parenthèse et de ne pas peindre pendant un mois ou deux, d'autant que je n'ai plus de galerie... ou alors en aurais-je une en Tunisie, qui sait ?
Je t'embrasse avec toute mon affection.
Michel



Jj 13/06/2011 19:41



Tu n'en parles pas dans ton texte qui accompagne cette oeuvre, mais j'ai l'impression de voir la coiffe d'un pharaon au dessus de la tête du personnage, je dois encore avoir des illusions !...


bonne soirée,


Jj



Michel Giliberti 17/06/2011 09:19



Tu as raison, je n'avais pas remarqué et j'avoue pourtant que chaque coup de pinceau dans ces zones me donnait à croire qu'il y avait laà soit une destruction de la tête (envolée, échappée, etc.)
soit une coiffe... bon, et bien j'ai mon jeune pharaon... Bises Jj



SENOUSSI Sadok 12/06/2011 11:18



Je clique, je découvre, je regarde et je reste muet...La légèreté de l'atmosphère de ce tableau transporte et transcende.... Magnifique. J'aime...!



Michel Giliberti 12/06/2011 13:17



Je te remercie Sadok d'avoir perçu de la légèreté dans ce tableau pourtant pesant de ressentiments personnels, c'est exactement ce que je voulais. D'ailleurs ce garçon est comme sur un
nuage ( certes bien sombre, donc menaçant ) au milieu duquel quelques oiseaux, dissimulés ça et là, car l'enfance, même émaillée de quelques drames reste l'enfance, et donc, reste
légère... ( en tout cas pour moi )
@ bientôt Sadok
Michel



yves roubiére 11/06/2011 21:09



Voilà! une oeuvre terminé,comme  un oeudipe enfin consumé.Florian!aurais t'il été le déclancheur d'un tel aveux,encore plus approprié ne fusses que par sa beauté androgyne.Bravo! à
vous deux!cette toile est une petite merveille,à rendre quelques peut certains phsyciatres ou analystes de renoms jaloux.Me voilà rassuré de mon coté! je me dispense donc de visiter Mme
DOLTO et Mr FREUD! et je me fais volontier confiance pour moto-analyser seul devant mon miroir.Merçi,Michel à 4ans,5 j'étais curieux à souhaits et je déguisais mes émotions égalements.A
50ans je les éxposais.J'avais choisis la photographie. 


Belle semaine à vous!avec un beau soleil pour profiter un peu plus.



Michel Giliberti 12/06/2011 08:44



En fait, il n'a jamais été question d'Oedipe, Yves, car je n'ai jamais été voir ma mère pour les raisons qu'on imagine. Un Oedipe ne fait jamais souffrir, il se vit c'est tout... je n'ai
absolument pas raconté la fin de l'histoire qui est à l'origine d'un drame intérieur... dessiner une femme nue ne me fit pas retrouver ma mère par réaction affective et c'est bien là le drame que
je ne conte pas bien sûr... Il ne servirait à rien et m'appartient.merci d'avoir aimé le tableau, Yves.


Michel



marzouki 11/06/2011 20:33



le titre en arabe est d'une telle force émotionnelle pour moi en tout cas ...Très beau tableau,très touchant,très profond ... Merci mon Michel (romy) bisous

Michel Giliberti 12/06/2011 08:32



Merci Romy pour ces mots, je suis heureux que tu aimes ce tableau. Il m'était impossible d'écrire cette phrase en français, cet envol un peu raté s'est passé en Tunisie et je voulais que les mots
qui s'y attachent aient la beauté de la calligraphie arabe.
je t'embrasse @ bientôt
Michel



Nanie 11/06/2011 19:28



Comme un Icare dont les ailes ont fondu au soleil, ton modèle s'abandonne les paupières closes comme pour revivre le rêve. Et sa bouche si belle, ses pommettes bien dessinées, la jolie
musculature de son bras, la grâce de ses jambes longues et cet envol avorté ... Cette toile est sublime, vraiment. Merci Michel de ton talent en partage, c'est un cadeau merveilleux que tu nous
offres. Je t'embrasse. 



Michel Giliberti 12/06/2011 08:36



" Comme pour revivre un rêve" c'est cela même Nanie, même si ce rêve donna à vivre quelques cauchemars. Merci Nanie d'avoir su partager mon ancienne émotion toute récente...
je t'embrasse,
@ bientôt



nyco 11/06/2011 17:53



Michel,


je me doutais que ce tableau serait beau mais pas qu'il susciterai autant d'émotions...


personnellement,il m'inspire en effet beaucoup de réflexion et d'analyse tel qu'on peut en avoir que trés rarement lors d'introspection de son âme...


ton modèle se prête si bien à ce tableau..


la douceur de son visage si beau est le reflet du songe d'un ange...


 


merci Michel



Michel Giliberti 12/06/2011 08:39



Merci Nyco...l'avantage (si l'on peut dire) des souffrances ou des erreurs de l'enfance, c'est qu'elles sont génératrices de sublimations une fois adultes. Trimballer toute sa vie ses
ressentiments serait bien tristes si on ne pouvait au moins de temps en temps leur donner corps de façon plus poétique qu'au passé.
 Je t'embrasse Nyco et merci pour ta délicatesse.
Michel



JC 11/06/2011 15:47



Je vous laisse l'oiseau, avec la cage, pour un bon prix ! 



Michel Giliberti 11/06/2011 16:03



Où l'on verra que les muffles savent parler et même ont le sens du commerce..:o)



eva 11/06/2011 15:36



A quatre ans et demi vous dessiniez des femmes nues Michel ? Vous étiez donc très doué... ça
m'épate, ça m'épate... à 4ans 1/2 les enfants dessinent des maison (avec des petits chemins), des mamans en forme de fleurs (ou des fleurs représentant leur maman)... Vous avez dû avoir plusieurs
vies pour expérimenter des résurgences de cette sorte... (c'est vraiment une coincidence : sur un autre blog que j'aime, il y a un oiseau qui "prend son envol"...) J'adore les co-incidences... Je
vous embrasse 



Michel Giliberti 11/06/2011 15:43



Non ,Éva, vous m'avez fait mourir de rire, car c'est vrai, je ne réalise pas que c'est précoce, car c'est ma vie... je dessinais de tout et dès l'âge de deux ans et demi, en fait... mon premier
dessin, un bol de café qui fumait (en perspective)... toute la famille s'est affolé... je dessinais les gens, mes sœurs , mon, père, ma mère... mes soeurs avaient 13 et 12 ans de différence avec
moi, c'étaient deux mères supplémentaires et elles étaient toujours presque nues ,( j'entends par là en maillot ou en soutien-gorge et même à poils pour de bon, devant moi, alors j'ai vite
appris...
 @ bientôt... Quand donc, je vous croque ?
Michel



Nath 11/06/2011 15:14



L'oedipe revisité à un âge certain!...


Il y a beaucoup dans cette peinture... l'expression du rève mis en peinture, l'expression d'un refoulé...


Serait-ce, l'heure du bilan Michel?



Michel Giliberti 11/06/2011 15:46



Histoire très compliquée en fait , Nathalie... un refoulé, je ne sais pas, car voilà bien longtemps que je le connais celui-là:o) et le bilan a été fait depuis plus de trente ans, mais il se
trouve que la peinture est une traitresse et vous accroche aux vieilles branches de l'inconscient au moment le plus inattendu .
Bisous Nathalie,
Michel



Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog