Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Et dans le silence du monde clos, quand nous n’aurons plus rien à nous mettre sous la dent, plus rien pour nous couvrir les os, viendra le temps de nous demander qui nous bouffait du temps de notre vivant… Hommes libres et prisonniers, cavaliers aux grands bruits et va-nu-pieds silencieux, philosophes transportés et verbeux de tous bords, marins à vider et putes à remplir, salopards et grands coeurs, tous… nous aurons été la proie d’autres nous-mêmes, ces autres-là qui goûtaient au festin des vivants, dépouillaient les carcasses des faibles et des rampants, léchaient les pieds cornus des puissants, avalaient leur semence stérile digérée au firmament de nos faiblesses.
Retour à la terre ! enfiévrés et athées, innommables forains.




Cette blessure bleue,
Comme tes yeux qui savent tant me rassurer

Cette blessure noire,
 Comme les miens qui savent mal te regarder.

© Giliberti / 2007


commentaires

L
Quelle finesse dans le trait du pinceau ! Quelles expressions ! votre travail est fascinant.
Répondre
M
Vraiment très heureux et merci Lore.@ Bientôt,Michel
N
Combien de fois l'ai je dis, quelle violence, cette colère qui nous bouffe devant ce spectacle humain désolant.
 
Répondre
M
Désolant et humain... deux mots bien ensembles. Michel
P
Petit passage par ton blog cher Michel...
(de retour d'un petit périple sur paris... expos et concert -genial - ... commentaires en cours sur mon "bloginet")
Et toujours en admiration devant tes oeuvres (anciennes - que je ne connaissait pas - il me manque toujours le "voyages secrets "1" - et récentes)
Si tu as l'occasion fais un petit tour par l'institut du monde arabe... une nouvelle expo depuis mardi : Furûsiyya...
Bises (et à tres bientot j'espere)
Patrick
Répondre
M
j'espère quu'on se verra comme promis, bientôt. j'essaierai d'aller à l'institut deu monde arabe et je passerai sur ton blog dès demain, là je rentre de Paris je suis claqué. @ bientôt,Michel
M
ton tableau avec ces créatures semblant insatiables me fait penser à un jugement dernier...le jugement dernier version athée...c'est terrible dans ce monde d'entendre toujours " je manque de temps ", même chez des gens à la retraite, d'ailleurs...j'aime beaucoup le second tableau et les mots qui l'accompagnent. Bonne journée
Répondre
M
le premier tableau est très ancien, c'est un monument, tant il est énorme et le deuxième plus récent est tellement haut que j'ai attrappé une tendinite à l'épaule en le faisant qui s'est transformé en capsulite, bref immobilisation pendant un an et demi. (j'étais très heureux) et du coup j'ai bien été obligé de calmer mes ardeurs et me reposant.  (à propose de manquer de temps...) Depuis je n'ai jamais récupéré tout à fait . Il serait temps de me reconvertir dans le timbre poste. @ bientôt,Michel
M
bizard destins ,etat d ame identique au jour , dans ce bruit je ne persevais que le silence , dans cette foule je me sentais si seul .sans poesie j acouche d un malaise , d une detresse qui revient de loin .je mets au monde des maux que toi seul comprends , trop de vagues successives m on fait boire cette tasse, errence qui fait de moi un poison dans l eau , j attends que tout s arrete quant sans cesse l histoire se repete .je m ethiole ,je m evapore , qu aurais je de beau a raconter le jour ou je devrais expliquer.elle est là cette vie sepia , emplie de regards absents et de mots d amour innaudibles.le vain necessaire , choisissons un autre jour pour distiler l amert .voila cest comme ca;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;;
Répondre
M
J'ai toujours aimé tes mots Franck, et j'ai souvent été au plus près de tes pensées.  je ressens toujours tes blessures, malgré la distance. Tu connais les miennes, et ces échanges ne tiennent pas compte des frontières. @ bientôt,Michel
F
Quelle apocalypse...!!    mais qui parle -c'est la loi du genre- pour dire sans doute le secret espoir d'un monde différent. Un monde où un amour non  déprécié serait  enfin roi.
Répondre
M
À un jour près je ne postais pas ce texte, mais à un jour près, ça ne veut rien dire... Alors mon humeur éxecrable d'un jour a franchi le seuil... Après l'apocalyspse, je vais bien trouver des sourires à partager, des sourire tunisiens, par exemple, pour changer un peu :o)L'amour roi, comme l'enfant roi, voilà qui fait rêver le vieil enfant que je suis. @ bientôt,Michel
I
J'aime tellement votre violence!
Ikkar, with love
Répondre
M
J'aimerai tant m'en libérer...@ bientôt, IkkarMichel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog