Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


"Lumières de l'enfance", ce tableau immense, correspond par le plus grand des hasards à l’univers du film « Makking off » du metteur en scène tunisien Nouri Bouzid. J’y ai peint de jeunes tunisiens dont l’allure pourrait faire croire que ce sont des voyous, mais l'un d'entre eux tient encore le pinceau qui a servi à taguer le mot « amour » sur les murs de la médina ; ce dernier y est peint plusieurs fois, dissimulé en calligraphies différentes.
Si je parle de ce tableau et de ce film que j'ai vu en Tunisie, c’est aussi parce le temps était si exécrable cet après-midi, que j’ai décidé de m’allonger et de regarder une nouvelle fois ce long métrage en DVD.
J’avais déjà parlé de ce film en février dans l’article « Cinéma en Tunisie ».
Je suis un inconditionnel de ce film qui dénonce la façon perverse qu'emploient certains intégristes islamistes pour endoctriner des jeunes et en faire des martyrs de Dieu.
"Making off" est un film réaliste,
intimiste, psychologique et aussi dynamique qu’un film américain.
Lofti Abdelli, l’acteur principal,
est tout simplement remarquable et il a été récompensé par le prix de la meilleure interprétation masculine lors de la session des JCC (Journées Cinématographiques de Carthage). Le film lui-même a reçu le Tanit d'or.
Si vous avez l’occasion de vous le procurer, n’hésitez pas, ce film est puissant et vous emporte dans la barbarie des sentiments.

Ah... si Nouri Bouzid pouvait réaliser deux de mes scénarios...


Mohamed, le modèle qui a posé pour le tableau en tête d'article est un grand ami. Son visage m'a souvent donné l'envie de le peindre.
Il aurait pu faire le rôle du héros de Making off.

Voici le générique et le début du film. L'action se situe près du port de Rades, un port de marchandises. Dès les premières images on voit à l’horizon « Bou Kornine » la fameuse montagne aux deux cornes, celle de mon roman du même nom…

commentaires

Omar 09/04/2008 18:09

salut,cette premiere partie me donne envie de voir la totalité du film, on sent bien la mentalité tunisienne, chaleureuse pleines d'amour et de revolution, je ne suis pas tunisien d'origine mais ca me rappelle trop mon sejour a Metline, j'en garde un souvenir inoubliable,  et en parlant de la question d'immigration vers l'europe, j'ai pu aussi ramené un jeune de la bas  que j'ai fais bosser avec moi le temps qu'il trouve ces marques.ca al'air d'une tres belle histoire bien faite. bravo je cherche le moyen de le voir en entier, sinon bien a toi et a toute l'equipe derriere ce chef d'oeuvrecervozen Omar

neurhone 24/06/2007 21:42

Voilà c'est réussi, j'ai réellement envie de voir ce film et je vais moi aussi essayer de me le procurer.
Bonne semaine

Michel 24/06/2007 22:09

Tant mieux, tant mieux... j'espère que le pourrez. @ bientôt Michel

Maryse 24/06/2007 21:31

C'est un film que j'espère voir. Merci d'en avoir parlé. Qui permet certainement de percevoir cette réalité abrupte autrement .  Bonne fin de journée

Michel 24/06/2007 22:07

Il y a d'autres extraits sur dailymotion, mais c'est un film qui prend au fur et à mesure et gagne en intensité et puis je connais tellemnt bien tous ces endroits, alors forcement, ça me touche. Le bac de Rades où l'on voit les jeunes embarquer avec les voitures, je ne peux plus compter le nombre de fois que je l'ai pris, mais une route est en construction très avancée pour le remplacer et gagner du temps. Ce bac limitait les transports... Moi, j'aimais bien domage. @ bientôtMichel

laglesine 24/06/2007 11:07

Votre texte et votre tableau, m'ont donné envie de voir ce film, je vais essayé de me le procurer.

Michel 24/06/2007 21:59

J'en suis ravi, le cinéma tunisien vaut bien le détour, merci pour lui. @ bientôt,Michel

bellelurette 24/06/2007 11:04

Quoi, tu as des scénarios aussi, mais tu es vraiment un touche à tout !

Michel 24/06/2007 21:57

Ce sont des scénarios tirés de deux de mes romans, donc, c'est quand même plus facile... @ bientôt,Michel

mocktar junior 23/06/2007 01:32

comment reconnait on les belles histoires? comment devine t on qu il n y aura que peu de moments tristes dans ces journées parfois pluvieuses?comment deviner le quel du poison ou du  remede sera le mieux ?on prend des chemins et des sentiers comme celui qui nous a fait nous rencontrer.je crois que ce que tu as toujours le plus aimé chez moi c est ma facon de raconter la vie , la mienne et celle des autres .les emotions traitées avec dérision leurs enleve ce coté amert qui nous reste dans nos gorges quant on a avalé ,pour un peu nous ferait meme oublier nos laisse et nos colier.je pense donc j\\\'ecris , on me pense donc je lis.boujou @bientot

Michel 23/06/2007 07:44

Ce que j'ai surtout aimé chez toi, c'est l'amour que tu transportais... la fragilité, l' attente et la curiosité. J'ai aimé aussi la perception que tu avais de ce que je te demandais dans le cadre de mon travail. J'ai aimé aussi l'ambiguïté de nos rapports ou l'amitié était souvent à deux doigts de basculer dans une espèce de tendresse difficile de nommer. @ bientôtMichel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog