Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Comme les chevaux traversent les étangs de Camargue et nous émerveillent de leur grâce, comme les vagues roulent sur les rivages et nous rappellent l’éternité, il est des peuples dont la seule couleur de peau réveille en nous une attirance immédiate ; des peuples d’un pays qui nous oblige et nous séduit : l’Afrique.


L’Afrique, notre mère ancestrale qui nous tend les bras depuis toujours et à qui depuis toujours nous fermons les nôtres en faisant croire qu’on les lui ouvre. Peut-être est-ce là, la preuve qu’elle est bien notre mère à tous, car tous, nous échappons à l’influence maternelle, même si nous continuons de subir son magnétisme.


Le noir satin des êtres qui vivent sur ces terres rouges, ce noir satin qui enveloppe nos contacts fantômes devrait polir nos intentions, les rendre douces comme lui. Je sais, qu’il est difficile de parler du peuple noir, car aussitôt une marée de clichés vient engloutir les idées premières, les idées innocentes et spontanées qui voudraient simplement crier qu’on l’aime. C’est pour cela que j’évite toujours de m’étendre sur le sujet. Je me prive souvent de dire comme j’ai en estime ces hommes et ces femmes, comme j’aime passer mon temps à les écouter, eux qui réinventent le sens des choses dès qu’ils se sentent écoutés, eux, qui savent avec sagesse perdre du temps à nous faire comprendre que nous perdons bêtement le nôtre.
Hélas, on les regarde davantage. Leurs discours restent secondaires, distraits que nous sommes à recevoir la flamme de leurs yeux qui nous incendie.


Moi-même en installant ces photos, je joue ce jeu un peu facile qui tente d’expliquer la force qui se dégage d’eux, en exhibant la simple beauté de leur visage sculptural et celle de leur corps, ce qui est réducteur et certainement pas la plus noble façon de balayer l’opacité des discours et réveiller les consciences.
Fragile et facile travail…


































Mais je ne suis qu’un œil… et un œil d’artiste ; autant dire le moins important pour changer les choses de ce monde, car les artistes, s’ils témoignent parfois de leur temps, fluctuent dans l’opinion au gré des modes et des pouvoirs.
Voilà… je voulais montrer ce bleu de nuit, cet obscur sentiment des peaux, ces rythmes latents au creux des reins, ces danses dans la nuit, ces cicatrices aussi…
Cette beauté-là, comme un sublime hiatus dans notre société liftée, lisse et botoxée…

commentaires

M
ce que je trouve le plus attirant chez eux c est leur coté desinvolte devant l adversité , tout fait partie de la vie , ce n est qu une repetition d histoire vecu part un ancetre , un membre de leur tribut .ils pleurentt moin souvent qu ils ne rient ,à contrario de notre societe , apres certain n aime ni la chaleur ,ni l odeur.boujou mon bon michel
Répondre
M
C'est vrai que c'est un peuple solide qui ne s'apitoie pas sur lui-même et qui peut donner de leçons de courage. @ bientôt ma biche.Michel
J
j'aime beaucoup cette série
Répondre
M
Merci Jéremie,Michel
L
Je suis admirative devant ce que vous faites, c'est magnifique, fort, superbe... je ne trouve guère les mots adéquates. Puis-je me permettre de vous demander l'autorisation de mettre un lien de votre blog dans mes "liens préférés" afin de revenir admirer la subtilité, la beauté de vos dessins, peintures ou photographies ?
Répondre
M
Je serais absolument ravi que vous le fassiez. Comment pourrais-je refuser?je vous remercie pour tout ce que vous me dites. @ bientôt,Michel
J
Les photos (de cet article en particulier) sont vraiment magnifiques.
Et je plussoie Cassandre en ce qui concerne les dessins et les mots.
Bravopour votre travail.
Ravi de découvrir votre blog, et merci pour votre commentaire sur le mien.
Répondre
M
Merci Jepeh, ravi que ça vous plaise, @ bientôt,Michel
C
Très belles photos, très beaux dessins, et très beaux mots.Je reviendrais régulièrement voir ce qui se passe du côté de chez vous...@ Bientôt.Cassandre
Répondre
M
Merci Cassandre, je vous attends,Michel
T
Tant de beauté éclairant la nuit...
Amenant un trait de lumiére dans la pénombre....
Merçi de partager ces magnifiques portraits, et félicitations pour le calme et la sérénité qu'il s'en dégage....
Bonne journée...
Répondre
M
Bonne journée à toi Thesou et toujours merci de ta fidélité. @ bientôt,Michel
J
Décidément, j'aime beaucoup vos bleus, entre apaisement et inquiètude, ici, comme à la tombée de la nuit.
Répondre
M
Merci Jerem, toujours sensible à vos avis. @ bientôt,Michel
M
Bravo Michel pour ces portraits , ils sont tous magnifiques. Ils mettent vraiment en lumière la beauté noire. Corps noir satin vivant sur des terres rouges, le peu que j'en ai connu m'a touchée en profondeur. Le dernier portrait de ta série m'a de suite fait penser au travail de Ousmane Sow. Je ne sais pas si tu connais ce sculpteur sénégalais qui fait un travail vraiment étonnant. Il a exposé à Périgueux, ce qui fut vraiment une chance. Comme il le dit, il porte en lui l'âme de tous les peuples d'Afrique. Il y a tant de force dans ses statues que ça donne des frissons et il me semble que tu es bien sensible a cette force là... Bonne fin de journée
Répondre
M
Oui MAryse, j'adore ce sculpteur et il avait fait une expo à Paris sur le pont des arts, c'était une pure merveille. Je suis très ensible à son art, car il est à la fois figuratif et débarrassé de toute mièvrerie, au point d'en devenir parfois conceptuel.Je suis heureux que tu aies aimé ces photos car je sais que tu as un souvenir impérissable de l'Afrique. @ bientôt,Michel
P
Vous dites : "J'évite toujours de m'étendre sur le sujet. Je me prive souvent de dire comme j'ai en estime ces hommes et ces femmes...".
Laissez-vous aller pour nous qui vous lisons, pour le plaisir de ressentir cette émotion de mots et d'images comme vous savez si bien le faire. Votre oeil et vos mots sont toujours d'une justesse pure et touchante. 
Encore une fois : Bravo.
Bob
Répondre
M
"J'évite de m'étendre sur le sujet" parce que j'aime faire court, j'aime aller à l'essentiel, pour moi, un blog n'est jamais que le reflet d'une humeur et quand je rentre dans un de ces blogs où les textes s'étalent, j'ai un léger blocage, car autant j'aime lire des livres, autant dans les blogs j'aime lire des températures du moment, des petits cris... des petits rires... des petites confidences à partager et à oublier très vite.Et puis le sujet de l'Afrique necessiterait deux blogs entiers, donc je ne peux m'y étendre, je n'ai que des mots d'impression et non des mots politiques et j'avoue que ces bien de ces derniers mots qu'il devrait s'agir pour parler de l'Afrique... hélas. Merci Bob d'être toujours présent.Michel
J
Ton regard d'artiste et tes mots qui dansent au rytme d'une douce chanson nous emporte toujours sur le chemin de la sérénité Délicatement on prend le temps de se reposer, d'admirer ta vision aux couleurs chaudes comme ton petit chez toi, ou alors comme ici se perdre dans ce bleu nuit  en compagnie de ces portraits. C'est toujours un plaisir intense de venir te rendre visite et passer un instant dans ton monde !
Bon dimanche Michel.
Répondre
M
Merci Josie, ce dimanche matin tes mots m'apportent la sérénité qui parfois me fait défaut (mais on ne se refait pas). Je te souhaite à toi aussi un beau dimanche et le soleil a l'air de vouloir nous faire plaisir. @ bientôt,Michel
N
En regardant ces magnifiques photos, un seul mot me vient ... vibrations !
Bonne soirée Michel
Répondre
M
Merci Neurhone... merci et bonne soirée à vous,Michel
I
Les artistes sont les seuls êtres importants en ce bas monde, vous le savez bien... Ils sont les seuls à voir, à prévoir. Mais on ne les écoute pas... On n'écoute pas ce qu'ils ont à dire, sur l'Afrique, sur la vie, sur la mort... Mais que cela ne les empêche pas de continuer à parler... Parce qu'un jour, on finira bien par se rendre compte qu'eux seuls détiennent la vérité.Alors, continuez, cher Artiste, à parler, à nous donner vos mots. Ils soulèveront les montagnes. Un jour...
Ikkar, with love
Répondre
M
Chère Ikkar, le problème chez l'artiste c'est qu'il doute de tout et que bien souvent ses efforts lui semblent bien vains...Tout ce en quoi il peut croire, tout ce qui lui semble être sa liberté l'emprisonne bien souvent... vous savez, vous, que mon fantasme est de vivre sur un coin de plage, un chapeau de paille sur le crâne, regarder la vie s'écouler et ne plus m'agiter comme un malade pour rien.Un jour que j'étais à Patmos en Grèce, et que je visitais la grotte où St Jean eut la vision de l'apocalypse, moi qui exécre toutes ces stupidités qui émaillent la religion, elle même bien désuette, je me suis à envier ce st Jean parce qu'il n'avait que cette grotte et la mer au loin... Il avait tout. @ bientôt,Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog