Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Un tableau pour ceux qui vivent au gré du flux et du reflux du sang de ceux qu’ils aiment.
Un tableau pour ceux qui vivent avec un être malade, un être séropositif.
Cette navigation dangereuse donne à connaître les plus belles des escales, les plus enivrantes des destinations d’amour.
La prudence ne doit pas faire oublier l’amour. Tant d’hommes et de femmes meurent dans la solitude et dans la surdité de ceux qui les côtoyaient autrefois.
Un tableau pour dire avec des corps étroitement liés dans un mouvement de balancier que tour à tour c'est l’un qui porte l’autre et qu’il n’est pas de meilleures conditions d’apaisement et d'équilibre.
Le danger ferme souvent les portes du courage alors qu’il peut l’apprivoiser.
Il ne faut pas s’user aux cauchemars de ceux qui ont peur, mais vivre les rêves de ceux qui ne craignent rien et transcendent les fléaux…
Vivre l’amour avec l'angoisse de perdre l’autre donne des sueurs froides, mais c’est toujours vivre l’amour.
Tous les chemins sont parsemés du sombre chant des lâches, c’est bien à nous d’en trouver la sortie dans le silence lumineux des grands. Un autre tableau sur ce thème, un tableau avec tous les symboles attachés à la séropositivité ; « sang », « amour » et le masque dont chaque oeil a la forme du virus, les longues baguettes qui créent un chapeau aux extrémités  recouvertes d'un préservatif. Le tout est rattaché au personnage qui ploie, prisonnier de la maladie, un personnage dont la peau porte les marques d'un commencement de dégradations.
J'ai peint ce tableau à une époque où tout autour de moi mourraient des amis. J'en étais bouleversé, désespéré, parfois anéanti.
L'amour donnait pour la première fois des culpabilités insupportables.

commentaires

nabeth 25/01/2010 17:47


Cher Michel, je suis une handicapée de la lecture de ceux de vos tableaux qui m'effraient. Illettrée.
J'admire celle d'entre nous qui parle si bien du mouvement de balancier... que je ne vois pas.
Aujourd'hui (jour de "cure" pour mon trésor) n'est pas pour me permettre de fournir l'effort nécessaire, mais je ne me déroberai pas.
En revanche, j'ai absorbé vos paroles dans une totale harmonie, une véritable osmose: quelle que soit la maladie, quand elle est grave, elle est tabou: les amis s'éloignent... pour ne pas vous
fatiguer. Leurre. Ils ont la trouille, la trouille que ça leur arrive, la trouille de n'être pas doué d'assez d'amour pour permettre à l'autre de respirer encore et encore, jusqu'au dernier
souffle, ou jusqu'à la résurrection.
J'envie vos amis, cher Michel: avec vous, ils possèdent une assurance-amour, la plus belle.
Merci pour tout, même pour les toiles que je ne regarde pas encore. 


Michel Giliberti 25/01/2010 23:03


Promis Nabeth, je vous expliquerai tout ça quand on se verra... Ce sera plus simple.
 @ bientôt,

Michel 


Renard 28/06/2007 18:24

Je fais un rêve...
Un rêve où ceux qui vont mourir, ceux qui vont mourir parce qu'ils ont aimé, seraient honorés, portés, entourés..
Un rêve où ceux qui les ont aimés, ceux qui les aiment, seraient légion, afin qu'à l'approche du grand sommeil, une forêt de bras, une rivière de tendresse et de reconnaissance les aident à passer la frontière.
Car, quel sentiment peut-on mettre en face de: aimer jusqu'à la mort, aimer malgré la mort?

Michel 23/08/2007 08:52

Merci Renard... Nous avons les mêmes rêves. @bientôt,Michel

Nyko Hoi Loung 21/06/2007 14:23

J"adore Michel Ange , et les beaux meks a peau noire !!!
Un régal , ton blog !!! TALENT !!!
Nyko

Michel 21/06/2007 14:47

Alors, on est faits pour s'entendre :o) @ +Michel

Ikkar 16/06/2007 22:07

... encore faut-il que l'autre veuille être sauvé...
Ikkar, with love

Michel 16/06/2007 22:28

C'est le plus dur, le plus déroutant... @ bientôt,Michel

jerem 16/06/2007 17:42

Non pas le tableau, mais le fait de parler de vivre avec quelqu'un de séropositif me fait penser à C. dont  je parle parfois sur mon blogue, même si c'est hors-sujet.
Son copain, après l'avoir trompé, est devenu séropositif; quand, après un banal contrôle, ils l'ont su, C. a eu rétrospectivement peur, car, depuis quelques temps, ils couchaient sans capotes (au bout presque trois ans de vie commune, cela semblait presque "naturel").
Pourtant, loin de vouloir se séparer de son copain, C. est resté à ses côtés; il l'aimait, tout simplement.
Le plus triste de l'histoire, c'est que son copain l'a finalement laissé tomber en juin de l'année dernière.
C'était une tranche de vie, banale et insignifiante qu'est venue réveiller ce post.

Michel 16/06/2007 17:46

Situation difficile de toute façon... Je baigne dans des histoires de cet ordre depuis des années et c'est toujours attristant de voir  les couples se défairent pour ça, car enfin quelque soit la maladie, il est important de sauver l'autre... l'égoïsme dans ce domaine est une chose insuportable.  @ bientôt,Michel

Thézou 16/06/2007 17:34

Je suis  admirative de l'expression et de la sensibilité qui émanent de tes tableaux, ils sont si beaux accompagnés de tes paroles remplies de délicatesse et d'immense vérité...
Plaisir de découvrir peu a peu tes oeuvres si lumineuses qui malgré la souffrance  exprimée  resplendissent de luminosité....
Cordialement ....

Michel 16/06/2007 17:51

Merci Thésou, c'est vrai que mon travail n'est pas très joyeux, je suis témoin de tant d'abandons, de tant de cynismes, de tant de drames, comment faire autrement que de témoigner à ma façon? mais c'est vrai que j'essaie de faire passer mes humeurs sous le biais de l'esthétisme (bien que ce mot ne veut pas dire grand-chose, dans le fond, et reste suggestif.  @ bientôt,Michel

Gum 16/06/2007 10:11

Vraiment, je ne regretterais jamais d'avoir mis les "pieds" sur ce blog!!!Je te souhaite un week-end serein, Michel!Gum

Michel 16/06/2007 10:14

À toi aussi Gum et garde une bonne marche ici... @ bientôt,Michel

josie 15/06/2007 19:24

Que dire après le com de Maryse, Michel qui reflète parfaitement mes pensées !!!!!  Ta peinture en dit long, et il faudrait que tout le monde ouvre les yeux sur les douleurs d'autrui. Juste savoir écouter parfois....!
Quelques pensées du Périgord pour toi et à très bientôt !
PS : comment va ta maman ?

Michel 15/06/2007 19:35

Nous sommes dans un monde où les paillettes sont devenues l'essentiel, et cette maladie est entrée dans la banalisation, mais les malades, eux, savent à quel point tout reste difficile.Merci Josie,@ bientôt,Michel

JC 15/06/2007 19:24

Mais heuuuuhhh !

Michel 15/06/2007 19:36

Ah!!! chose rigolote... Je t'ai reconnu!Michel

nathalie 15/06/2007 18:44

La couleur rouge de ce cheval blessé.... le rouge qui as rassemblé deux mémoires, ta mémoire... nathalie , caen

Michel 15/06/2007 19:38

Merci Nathalie... mes meilleurs souvenirs... @ bientôt,Michel

Maryse 15/06/2007 08:35

je suis éblouie par la beauté de ton texte et par sa profonde vérité. Si l'on ne peut aimer aussi "à l'angle de la mort", que signifie alors le mot aimer ?..même sans la maladie, on peut toujours perdre l'autre, seulement on l'oublie...le danger peut révéler le courage et permettre de trouver des ressources jusque là ignorées...mais il impose aussi , comme tu le dis si bien, de laisser de coté sans regret le sombre chant des lâches...J'admire ces corps dans leur mouvement de balancier, il me font penser à deux arbres d'essences différentes qui me fascinent près de chez moi...ils s'enroulent ensemble pour chercher la lumière, parfois en fusionnant leurs écorces, parfois en ayant une croissance parallèle, mais à l'évidence,  l'un sans l'autre, là où il se trouvent ils  n'aurait pu tenir le coup. 

Michel 15/06/2007 15:45

Merci Maryse mais je t'avoue que moi même, suis très touché par ce que tu m'écris, autant par la profondeur que par les images qui s'en dégagent et ta sensibilité.Vraiment, je suis très ému. @ bientôt,Michel

bellelurette 15/06/2007 07:27

Merci d'avoir fait une "explication de tableau" car quelquefois je ne comprends pas...C'est génial d'avoir le courage d'exprimer ses sentiments sur cette maladie qui reste encore si  "tabou" par la plupart d'entre nous (j'allais dire par le commun des mortels, et oui...)

Michel 15/06/2007 15:47

Tu sais la peinture ne réagit qu'à des coups de coeur, on voyage dedans, ou l'on ne voyage pas... Là, j'ai voulu l'expliquer parce que je voulais aussi faire passer un message. Tant de gens souffrent en silence, abandonnés de tous. c'est absoluent révoltaant.merci d'avoir partagé ce message.@ bientôt,Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog