Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


L’heure bleue…
L’heure du sfumato pour les artistes de la Renaissance italienne, l’heure qui modèle les visages en fin de journée, quand tout devient bleu, quand les traits de chacun semblent apaisés, presque recueillis, quand le temps n’est plus qu’à la réflexion, à la détente.
L’heure bleue…
L’heure de tous les ailleurs, de tous les possibles. L’heure qui déclenche chez moi une grande nostalgie, une immense introversion, jusqu’à l’introspection, qui date des heures bleues d’autrefois où j’attendais en soirée, isolé dans le jardin de mes grands-parents, que mon père leur dise au revoir et qu’enfin, nous rentrions à la maison. De cette attente, à contempler chaque chose d’un jardin immobile dans la tiédeur des soirées tunisiennes, à les voir s’évanouir doucement dans le bleu de la nuit qui approchait,
naissaient des inquiétudes fantasques  dans mon esprit exalté.
Ici, dans mon jardin, l’heure bleue est aussi celle des oiseaux, de leurs dernières discussions au sommet des arbres, au creux des bambous, ou à même le sol comme les tourterelles et les merles qui, à l’ombre des buissons en fleurs, défient les chats.
L’heure bleue…
L’heure d’avoir sur la langue et dans le sang la chaleur d’un alcool en regardant dehors… où rien ne vous regarde. L’heure de franchir les portes des interdits.
Et penser à ses mains, à ses bras…
Et sentir la morsure de ses dents à vos lèvres…
Et croire qu’ici, chez vous, c’est aussi les parfums de là-bas qui s’exhalent.
L’heure bleue…
L’heure où le guerrier obscur qui vit en vous dans la journée sait se retirer et vous laisse recevoir en soirée l’homme en paix qui brasse vos idées et moissonne vos désirs.









            Chaque souffle
            Dans mes nuits écorchées
            Chaque mot
            Dans mes phrases avortées
            Savent te dire
            Les promesses et les voeux
            À l’image.
            De tes lèvres


                © Giliberti / 2007


commentaires

L
Bonjour Michel,La 2CV devrait bientôt être prête, merci. Peut être encore une dizaine de jours avant de pouvoir m'asseoir au volant !
Répondre
M
Je suppose que vous attendez ça avec impatience (et pas de folie...jamais plus de 130) :o) @ bientôt,Michel
L
Comment c'est possible de faire et d'écrire de si belles choses ? (et je n'ai pas tout feuilleté !!!)
Répondre
M
Dans un premier temps, le temps et le travail sont les seuls responsables...  après, il faut aimer et garder son âme d'enfant. J'espère que nous aurons prochainement ta 2cv toute neuve sur ton blog.Belle renaissance!Michel
T
Ta plume est si belle, que j'aime a venir pour m'en saisir....
j'ajouterai que l'heure bleue,
C'est la présence dans l'absence,
C'est le retour sans fin d'un bonheur passé
Auquel le coeur donne l'imortalité....
Trés beau tableau également....  un regard songeur.....
Pensée...
Répondre
M
C'est tout à fait ça... la présence dans l'absence...Merci ThÄ@zou pour tout ce que tu dis... @ bientôt,Michel
K
« c'est l'heure que je préfère,on l'appelle l'heure bleue[…] c'est une heure incertaine, c'est une heure entre deuxoù le ciel n'est pas gris même quand le ciel pleutje n'aime pas bien le jour:le jour s'évanouit peu à peula nuit attend son tourcela s'appelle l'heure bleuele jour t'avait priset tu te promènesdans le soir de Parisl'heure bleue te ramènec'est l'heure de l'attente […] »Paroles et musique de Françoise Hardy (1970).
Répondre
M
Oui, oui, Françoise... j'ai tellement aimé cette chanson que j'ai dans ma collection, tu t'en doutes...merci kaizersoze,Michel
I
Tendre et sombre guerrier, vos armes sont redoutables - si redoutables... et vous anéantissent parfois (trop souvent?). Déposez-les dans ces heures bleues, enivrées de jasmin ou de roses. Je vous en souhaite une infinitude...
Ikkar, with love
Répondre
M
À vous, Ikkar, merci de vos bleus écrits qui me touchent tant.@ bientôt,Michel
L
Silence
Tout descend te tes yeux
La lumière et l'absence
La lune et le feu
La couleur  de  la nuit
La force et la douceur
La douleur de t'aimer
Le bonheur de l'aveu.
Silence
A chercher dans ton ventre
Dans le pli te la pose
Dans  le saillant d'une veine
Dans les frissons de roses
Qui serpentent ton antre
silence
Le sang du soleil descend
De tes yeux
J'en respire l'haleine
Et l'heure se fait bleue.
~
Simple cadeau pour votre beau site Michel.
 
 
 
Répondre
M
Comment vous remercier Lionnel ?Tès beau poème très proche de mes respirations et de mes attentes...@ très bientôt,Michel
L
Je n'étais pas revenu ici par manque de temps ce soir je refait un petit tour par ici ..et le manque de te lire et de voir tes news m'a énormément manqué...les couleurs que tu déposes soit sur tes toiles soit par photos, soit par tes écrits sont empli de cette chaleur..! Et si pour moi comme pour beaucoup j'en suis certain c'est un bonheur de te lire, ou de voir tes oeuvres depuis  pour ma part un peu plus de trois ans..j'avoue que c'est par cette force que tu sais faire partager...énorme biz d'un attentif...!
Répondre
M
je suis heureux Lance. J'aime toujours quand tu viens me parler un peu, quand il fait tard, quand il est temps... @ bientôt,Michel
M
je viens parfois sur ton blog sans jamais oser mettre un commentaire bien que j'aie été tentée dans le post où tu parles de ta vie au dessus du cinéma Olypmia. Au tout début en te lisant j'ai immédiatement pensé à la similitude avec Cinéma paradiso qui m'a infiniment touché, et puis tu en parles donc pas de com mais là, l'heure bleue, cette heure entre toutes magiques. J'adore tes peintures, tes textes, je trouve ce que tu fais si beau que çà me laisse sans voix moi qui écris comme çà, depuis toujours mais sans plus m'investir, pour mon plaisir et depuis que j'ai créé ce blog il y a 5 mois pour partager avec qui a envie des textes sur des sujets qui me touchent ou me révoltent parfois, qui m'inspirent d'une façon ou d'une autre.
Je te redis mon admiration pour ton travail. Je continuerai de venir te voir comme çà, discrètement!
Bonne soirée!
Répondre
M
Mimi, tu as bien de venir m'écrire quelques mots, sinon... comment aurais-je pu t'imaginer.merci pour toutes ces choses si belles qui me touchent énormément.@ bientôt,Michel
E
C'est tout récemment que je plonge dans vos écrits et m'imprègne de vos visions... pour avoir été initié par un cher et tendre ami et amant qui passe assez souvent ici! ^^
Cet instant bleu, ce que je peux l'aimer aussi; à ses espoirs de lendemains, à ses craintes d'à tout jamais, au spectre fascinant qui nous remets, chaque jour, à notre place.
Dès l'instant où j'ai vu apparaître le titre, je n'ai pu m'empêcher de penser à "l'heure bleue" de Françoiz Breut, pour avoir découvert cette chanson en pleine nuit, m'étant endormi avec le casque (:-P), entre deux phases de sommeil. Et comme ces baisers volés durant la nuit, je reste très sensible à ce morceau.
Si vous ne la connaissez, je vous invite à l'écouter... et dans les mêmes conditions! :-)
Merci pour tant de délicatesse monsieur michel!!! Vous capturez élégamment la sustentifique moelle de certains hommes!
Tous mes respects.
jkJ*
Répondre
M
Le cher et tendre amant a bien fait...Merci jKJ. j'écouterai; comme vous me le conseillez, le titre dont vous me parlez, pour ma part j'ai en mémoire une autre heure bleue, celle de Françoise Hardy dont la poésie était d'une rare fraicheur dans cette composition. je suis heureux de vous savoir par là...@ bientôt,Michel
H
"Souvent, les hommes restent debout près de la mer, ils regardent le bleu. Ils n'espèrent rien du large et pourtant demeurent immobiles à le fouiller des yeux, ne sachant guère ce qui les retient là. Peut-être considèrent-ils à ce moment l'énigme de leur propre vie" Jean-Michel Maulpoix in Une histoire de bleu, éd. Mercure de France, 1992
Un pensée pour toi Michel, en bleu.. foncé, évidemment ! H.
Répondre
M
C'est bien de notre énigme que naissent toutes les rebellions, tous les divorces avec notre terre, petit ballon bleu dans l'océan noir du vide.Merci Hicham pour cet extrait d'une histoire de bleu...mes plus rouges pensées pour toi.Michel
J
L'heure bleue tout en sirotant un petit verre d'alcool dans ton jardin, laisser s'écouler le temps doucement, juste apprécier ces instants de plénitude et laisser ces pensées libres de tous rêves. Ce bleu illumine tes écrits, qui donne envie, voire très envie de lire et de relire. merci  Michel. 
Répondre
M
ça me fait très plaisir tout ce que tu me dis Josie. merci d'être fidèle à me sélucubrations... :o)Michel
M
comme tu décris merveilleusement bien ce moment  particuliers au seuil du bleu nuit...Très beau portrait, hors du temps,  comme le sont les visages de la renaissance. Bonne journée
Répondre
M
Merci Maryse, et toi qui vis près de la nature, tu sais bien de quoi je parle... Mais l'heure bleue existe aussi en ville...  @ bientôtMichel
M
Salut Mon Michel, toujours si matinal comment fais tu?
J'attendais que le tsunamis de l'election se passe pour te recontacter. Je viens de cree EFG gallery, une gallerie pour jeunes amateurs d'arts qui desirent investir dans des oeuvres en creant un buzz autour de leurs artists preferes.
A ce jour j'ai 5 artists officiels et des centaines de collecteurs, investisseurs et galleristes qui me suivent.
J'amenage dans quelques semaines a Park Avenue et 22 street, l'un des meilleurs coins de NY, donc si tout se passe comme voulu et que j'atteind mes objectifs en terme financier, je serai pret pour toi...comme promis.....je m'affute, mais je suis en bonne voie...je te lis tout les jours, et tout ce que je fais et cree chaque jour et une pierre pour notre prochain edifice, notre prochain chapitre......a bientot..Manu
 
Répondre
M
Quel bonheur mon Manu de lire de si belles promesses. je te suis toujours reconnaissant de penser encore à moi et j'espère que tout ce que tu entreprends et entreprendras voit le jour et te grandisse encore.je t'embrasse très fort, je pense à toi,Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog