Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Le soleil a commencé sa lente descente à l'horizon…
J’étais en train d’élaguer quelques branches quand j'ai vu l’entrée du jardin à l'arrière de la maison et la lumière rasante qui joue avec le vert encore jeune de l’herbe nouvelle ; la lumière qui se faufile entre les bambous et les fleurs du pommier. Je n’ai pas résisté. J’ai posé sécateur et gants pour capturer cet instant.
Je me demande pourquoi je pars si souvent d'ici.


commentaires

Sy. 16/04/2007 15:14

Michel, j'avais bien réagi à ton clin d'oeil à mon jardin  à Carthage mais quand j'ai eu terminé et que j'ai appuyé sur publier, et bien le tout c'est volatilisé au fin fond du cyberspace....
Pour te dire... j'étais très emballée par ce jardin magnifique semblait-il et avant que j'ai vraiment pu le voir et le rêver en images j'ai appercu mon nom du coin de l'oeil.....
Je crois que je t'ai dit aussi que c'est vrai, c'est un petit coin de paradis en ce moment, avec tout qui pousse, des fleurs de toutes les couleurs, sauges en fleuris, mélisse qui commence à bien s'étoffer, divers géraniums, les Nefls mûrissent et les arbustes plient sous leur poids... surtout du jaune partout - comme à l'extérieur: le meilleur point de repère pour les saisons c'est la colline de Byrsa avec St. Louis en hauteur et justement, ce pré est tout jaune, après le jaune néon des trèfles le jaune soleil doré qui bientôt va être dépassé par les épis de blés puisque, en fait, voilà ce que c'est, ce grand pré - un champ de blé. Le jaune des mimosas dailleurs fait également place au vert des feuilles...
IL y a eu beaucoup de vent - est-ce lui qui a renversé un figuier dans mon jardin ou bien étaient-ce encore des voleurs?...... Tout à l'heure il y a eu une pluie torentielle, des éclairs, coups de tonerre; cela c'est calmé et maintenant tout est calme et gris.
Biz tunisiennes, Sy.
 
 

Michel 16/04/2007 15:44

Merci Sybille pour ce commentaire précis qui me donne tant à rêver.Je ne sais pas ce que je donnerai pour marcher un instant dans ton jardin à cette heure-ci et voir, prendre, en moi tout ce jaune que tu décris. Heureusement qu'il fait très beau ici, sinon, j'aurais un cafard terrible.je t'embrasse, à bientôt j'espèreMichel

Joyce 14/04/2007 14:18

Fou rire...

Joyce 14/04/2007 13:27

Ben non, je ne pourrais même plus être caissière... si je voulais.
Mais vieille casserole... çaçéssur !

Michel 14/04/2007 13:49

Ben alors, qu'est-ce qu'on va faire de toi, sachant que c'est dans les vieilles marmites qu'on... tu connais la suite! @ +Michel

kaizersoze14 13/04/2007 20:42

Un rayon d'optimisme

Michel 13/04/2007 22:29

Jusqu'à quand??:o)Michel

Joyce 13/04/2007 20:41

Rire ! Non Michel, 61 c'est passé... Mais pour les 62 le 23 décembre prochain, un "pense-vieille" sera le bienvenu.
Oups !

Michel 13/04/2007 22:30

Mais alors tu ne pourrais même plus être caissière?? :o)@ +Michel

Joyce 13/04/2007 18:10

Michel, désolée !!!! Une amie ayant un problème informatique m'a demandé (de loin) de poster un commentaire sur un blog, avec ses informations bien sûr. Ce que j'ai fait !
Oui mais je n'ai pas changé ensuite les coordonnées. Anne-Laure n'a jamais vécu à Champ Sylvestre, mais moi, oui !!!!!!!!!!!!
(Ce service m'avait déjà été demandé par une autre amie, mais j'avais rectifié illico. Je confirme... Je vieillis mal, je deviens lente... Rire )

Michel 13/04/2007 19:58

Alors qu'est-ce que je vais t'offrir pour tes 61 ans? Un pense-bête? :o) @ bientôt,Michel

Anne-Laure 13/04/2007 14:44

J'ai la chance d'avoir cette faculté d'adaptation qui fait que je me sens bien où je me pose.
Où je suis aujourd'hui, c'est devenu mon univers. Je le quitterai dès que j'aurai trouvé de nouveau un toit en Savoie. Et là aussi, j'en ferai un peu de moi.
En ce qui concerne les noms... Si je dis que mon grand-père mesurait 1m92, ça t'étonne que je m'appelle Legrand ? Rire...

Michel 13/04/2007 16:51

Eh bien voilà, tout est dit. Mais je pense que le champ Sylvestre, c'était tout simplement une forêt de pins, car je crois savoir que sylvestre, sylva, tous ces mots tournent autour de la forêt et des pins, mais je m'aventure peut-être...1m,92... quel pied!Bon, un jour t'iras revoir ta savoie...Michel

Anne-Laure 13/04/2007 10:39

C'était en Savoie... et pour me rendre de ce paradis, à la ville savoyarde la plus proche, je devais passer par le département de l'Isère !!!
La propriété s'appelait depuis toujours "Champ Sylvestre". Je n'ai jamais compris comment un champ pouvait être sylvestre... Mais bon...
Un hectare à parcourir plusieurs fois par jour, à scruter l'herbe, les arbres, les promesses et les déceptions que nous donnent la nature, m'arrêtant pour admirer le tapis d'anémones sauvages dans le sous-bois, chercher du regard les nouveaux nids dans les arbres, jusqu'à laisser filer le temps... Oui, j'ai vécu au paradis. Quand je l'ai vendu, j'ai choisi celui qui prendrait la relève. Un qui aimerait ce lieu, qui y entretiendrait son âme et la mienne... Je ne voulais pas la vendre au diable.

Michel 13/04/2007 11:08

Oui je comprends bien ce désir de laisser sa part de soi dans des mains et des idées proches des siennes.Ce doit être un déchirement. Moi, je n'ai cependant pas assez l'esprit d'appartenance aux lieux sinon dans leur globalité, par rapport à un pays, c'est tout, et partir d'ici, même si ça devait me rompre les premiers temps ne me traumatiserait pas longtemps,  puisque de tout évidence, j'aurais choisi de partir pour un ailleurs qui me conviendrait davantage, du moins c'est ainsi que j'envisagerais un départ.j'ai de la famille dans l'Isère, quant à " Champ Sylvestre", c'était peut-être à l'origine le champ d'un certain "Sylvestre"... D'ailleurs, la plupart des noms français se sont créés ainsi, par exemple "Dupont" (celui qui habitait près du pont, etc...) @ bientôt,Michel

Anne-Laure 13/04/2007 09:47

Etrange... J'ai vécu dans un lieu "qui ressemble"... Des bambous, des clairières, des sous-bois, des arbres centenaires, des fleurs des fruits. Promesse à chaque saison. Au printemps, celle d'un été qui verra les fleurs devenir fruits, à l'été, promesse que ce vert qui devient obsédant se transformera en camaïeu d'or et de pourpre, puis l'automne arrivé pour nous dire de bien emplir nos yeux de ces palettes changeantes, parce que le rideau va se baisser sur la nature pour un temps de "relâche"...

Michel 13/04/2007 10:06

C'était où?Merci d'être passée par là et de parler si bien des jardins que vous avez l'air de bien connaître... Oui là, c'est encore les fleurs, promesses de fruits, mais aussi de confitures... @ bientôt,Michel

Maryse 13/04/2007 09:40

Maginfique entrée de jardin très accueillante, invitation à la détente en écoutant les oiseaux et en respirant le printemps.

Michel 13/04/2007 10:10

Oui, c'est vrai que les jardin ont un vrai pouvoir sur le mental... le matin surtout, je suis un passioné des jardins au petit matin et j'ai une pensée particulière pour une amie en Tunisie qui a un jardin gigantesque et luxuriant à Cathage, et qu'elle peut le contempler depuis de sa terrasse. À cette heure-ci ce doit être le paradis... tu te reconnais Sybille?@ bientôt MaryseMichel

*MeL* 12/04/2007 19:41

Je m' y poserai bien  .....  tu ne devrais pas trop t'en éloigner ...s'il te plait pense un jour , l'automne venue,  de reprendre une photo du même endroit  ...pour voir  :-) les verts seront un peu rouillés je suppose , les fleurs seront devenus fruits ...l'herbe aura un peu jaunie, mais après une pluie la terre sera parfumée de toutes les effluves  de l'été ... l'endroit pourra s'ensommeiller pour un autre printemps ... et revivre encore et encore !
Amitiés Michel

Michel 12/04/2007 20:20

Que de sagesse dans tes propos, que de délicates pensées, Mel. J'y songerai promis à l'automne et en été aussi.merci de t'être penché sur mon jardin.à bientôt,Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog