Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Ma vieille de Matmata...


Elle,
Au fond des murs pierre
Parlait de son passé
Contait ses souvenirs
Moi,
Au bord des lumières
Je n'avais rien à dire
D'un présent emmuré.


In Voyage secret Tunisie © Bonobo / 2004

Cette vieille dame, une salamandre tatouée sur le menton, doit être connue à Matmata, car lorsqu’elle m’a fait entrer chez elle, j’ai vu sur un meuble sa photo au milieu de coupures de journaux encadrées. Je pense qu’elle a dû recevoir une médaille ou un prix pour famille nombreuse, car beaucoup de photos d’enfants étaient autour de son portrait, mais je m’avance peut-être.

Quoi qu'il en soit, elle a été d’une patience inimaginable avec moi, a accepté que je la croque rapidement sur mon bloc à dessins, puis que je la prenne quelques photos. Elle était très coquette, s’est arrangée sa frange orange à plusieurs reprises, a lissé sa robe et mis en avant ses fibules en argent.

J’étais sur un nuage ; c’était vraiment extraordinaire. Je me trouvais là, dans sa maison au centre d’un vaste trou aménagé dans le sol. Au départ on ne voit pas vraiment ces fameuses habitations troglodytes. Il faut grimper un peu sur les hauteurs et là, on aperçoit des espèces de cratères, des trous qui s'ouvrent sur une cour intérieure avec un puits et cinq ou six entrées disposées tout autour, sans compter celles des étages qui mènent aux greniers où l'on conserve différentes denrées comme l’huile, les olives. On y accède par des escaliers. Tout est très bien agencé. Ces habitations sont coquettes, leurs cours intérieures, délicieuses ; des plantes et des herbes aromatiques y poussent dans des pots de terre, du linge sèche au soleil, tout y est terriblement chaleureux. Si l’ensemble est construit à même la roche, certains volumes comme les marches, les étagères, les banquettes, les cheminées sont parfois en argile. Il y fait frais l’été, chaud l’hiver. Je crois qu’on n'a rien inventé de mieux…
C'est mieux que la maison Borlo à cent mille euros !


Il y a souvent un poisson ou une main de couleur bleue à l'entrée des maisons pour conjurer le mauvais sort.

Je pourrais rester sur le seuil de cette porte aussi longtemps que ce chat qui n'a jamais bougé tout le temps que je suis resté dans cette cour ensoleillée.

Sur la route au dessus de ces maisons troglodytes, ce jeune cycliste transportait du bois et n'a pas manqué de me sourire tout en peinant sous la chaleur qui était vraiment terrible ce jour-là.

Avant qu'il ne disparaisse, j'ai pris une dernière photo de lui... Où était sa jolie maison ?


Un paysage caractéristique de Matmata avec ce beau marabout blanc qui semble surgir de terre au milieu des maisons qu'on ne voit pas... C'est un vrai jeu de cache- cache.


commentaires

eva baila 27/12/2009 16:49


J'ai pris les mêmes photos de ces mains et poissons au dessus du seuil des maisons troglodytes de Matmata... On y offre au voyageur de passage, du pain trempé dans l'huile d'olive... de ce pain
cuit dans un petit four rond (un peu comme une marmite) que l'on pose sur les braises... On plaque les galettes sur le pourtour de cette marmite, et il cuit ainsi (c'est un pain tendre comme un
gateau)...


Michel Giliberti 27/12/2009 20:03


Oui du pain et de l'huile et puis aussi un autre pain comme une crèpe épaisse que l'on mange avec du miel. Quant à ce pain cuit à plat dans le four ça s'appelle un pain "tabouna". J'en ai fait des
ventrées. les enfants le vendent sur le bord des routes. Toute une ambiance.
Je vais me servir un gin... Oh oui, j'y cours... 
Eva, je vous embrasse, @ bientôt,

Michel 


*MeL* 28/03/2007 20:22

Bonsoir Michel A cet instant je vais m\\\'autoriser  à te tutoyer  ... je peux ?J\\\'ai passé une , non plusieurs nuits à fouiller dans ton " antre  " j\\\'ai rencontré des photos suivit de croquis  ... j\\\'ai ensuite vu  une finalité  brossée avec  une immense tendresse ....des personnages que tu  as rendus plus vrai que la photo en peinture  ..le tout est Amour, Vivant , parfois pour certains  qui survolent , un peu dérangeant ...peut-être ...moi, j\\\'ai admirer, caresser ces instants  que tu nous livres  ici.. je me sens un peu voyeuse , mais heureuse d\\\'avoir découvert  ...merci  !  Un simple Bonheur  de te visiter , ça réconcilie avec le Monde ... je t\\\'aime Monsieur  ! Inch\\\' Allah  !
Un petit plus  ... pour la salamandre  ... il faut chercher  peut-être  dans " les légendes " du temps passé   ...triton, et reine  étrange  un moment donné dans l\\\'histoire de ce vaste Monde ... de bien belles légendes , mais toujours primairement vraies ! Ah! les légendes il faut s\\\'en méfier  .... mais parfois y croire   ...rires !
Merci d\\\'avoir pris de ton temps pour me visiter .

Michel 28/03/2007 22:35

Ce que tu m'envoies là, ne pouvait être plus émouvant message parce que tu parles du monde, de tendresse, de simple bonheur. Des mots qui ont toujours eu une valeur essentielle pour l'homme que je suis, l'homme qui aime... J'ai beaucoup de chance de partager ces valeurs avec des êtres qui  comprennent la necessaire obligation de nous rencontrer tous sur des chemins qui ménent à l'amour et puissent piétiner les aberrations de ce monde.Merci Mel et pour toi aussi Inch'Allah!Michel

Maryse 28/03/2007 14:03

ce que tu as répondu me rappelle une réflexion de gens (racistes il faut dire) habitant en région parisienne et qui étaient allés en Tunisie en voyage organisé. Comme tu le décris là. Et tout ce qu'ils trouvaient à en dire au retour  était : "ça ne nous a pas beaucoup changé !". Même pas sure qu'ils aient acheté un chameau en peluche  ! Ils sont allés pour la mer et le soleil, et rien à foutre des gens....@+

Michel 28/03/2007 15:13

Bien sûr... C'est vrai qu'on ne peut pas imposer aux gens des vacances absolument constructives ou simplement un peu plus approfondies mais on peut déplorer le manque de curiosité que certains cultivent... @ + Michel

josie 28/03/2007 13:21

L'essentiel simple est primordiale, certes je suis ton raisonnement. Il est vrai que galérer ne rentre pas dans la façon de vivre de certains jeunes (surtout quand tout tombe du ciel ) comme l'image de cette jeune fille que tu décrits. Le chemin de la vie n'apporte pas toujours ce que l'on souhaiterait, mais avec de la patience, de la volonté,du travail on arrive à se faire une place dans ce monde et souvent avec souffrance, mais cela en vaut la peine. Malheureusement beaucoup de personnes galèrent aujourd'hui et pourtant ce n'est pas leur choix, la vie , je dirais plutôt les  "autres " ne les aident pas. Je te laisse, il y a tant de choses à dire sur ce sujet !

Michel 28/03/2007 13:45

Je ne parle pas des galères que la vie nous impose et qui sont de véritables tortures morales et physiques bien sûr, mais je suis lassé de voir et d'entendre à quel point la jeunesse actuelle veut tout  et tout de suite. L'idée même de construire quelque chose avec patience leur est souvent inconnue. Il "leur" faut, c'est tout. Bien entendu je ne veux en aucun cas géneraliser, je serais grotesque et je connais tant de jeunes géniaux qui se battent comme ils peuvent pour survivre. @ +Michel

josie 28/03/2007 12:29

Coloré et magnifique portrait de cette vieille dame que tu as " croqué " avec plein de délicatesse et de respect. Magie , rêve, voyage je comprends que tu puisses apprécier tous ces instants partagés, parfumés dans un univers de simplicité . Merci de nous faire profiter de tes voyages et de tes écrits poétiques qui très sincèrement me font très envie et procure à leurs lectures une très forte sensibilité que personnellement j'apprécie. Belle journée à toi Michel. Bises
 

Michel 28/03/2007 13:07

La simplicité a l'avantage de nous offrit l'essentiel et j'en ai besoin d'une façon viscérale en ce moment où le moindre toussetement d'une midinette qui a le vent en poupe, le moindre de ses gestes se doit d'être interprété d'une façon magistrale. j'entendais une petite chanteuse de 18ans qui racontait q'elle était heureuse d'être enfin chanteuse, car elle avait trop souffert dans sa vie pour en arriver là. Elle n'était même pas issue d'une famille modeste... je me pose la question: vu que jusqu'à 14 ans elle dû simplement manger et dormir chez ses parents et jusqu'à 18, demander du fric pour se fringuer... à partir de quand sa souffrance fut-elle si terrible? Qu'elle aille en Afrique se taper 20 km à pieds aller-retour pour chercher de l'eau ou vendre du pain sur des routes brûlées de soleil et elle saura ce que c'est souffrir.Je m'éloigne du sujet mais ça fait partie des choses qui m'indisposent parfois.Merci JosieMichel

Maryse 28/03/2007 11:57

Je suis fascinée par ce genre de visage. Que représente la salamandre ? J'aime beaucoup la photo où "ta vieille "est sur son pas de porte Tes articles sur la Tunisie sont toujours de belles invitations au voyage et je me surprend à rêver de cette cour, de ses parfums, du soleil, des maisons dans les rochers et aussi d'une vie simple et riche de cette simplicité. Bonne journée

Michel 28/03/2007 13:16

Je ne sais malheureusement pas pourquoi elle avait une salamandre sur le menton. je pense que c'est cabalistique, une sorte de totem qui devait changer suivant les tribus, quand ces dernières avaient un vrai poids ; mais j'avoue que je m'aventure. j'essaierai de savoir ça quand je retournerai en Tunisie. J'ai tellement posé de questions et celle-ci m'a échappéJe parle souvent de cette Tunisie profonde, parce que j'ai tant rencontré de gens qui disent connaître ce pays alors qu'ils vont dans des hôtels et ne quittent pas la piscine de la journée, se contentant de coktails, de fêtes à la con et de soirées misérables autour d'un DJ qui met tous les tubes les plus nuls, genre "La danse des canards", t'imagine comme ils peuvent rencontrer l'âme d'un pays... mais ils s'en foutent ils reviennent en France avec une gargoulette, un tatouage à l'héné et un chameau en peluche... Bises et merci Maryse,Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog