Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

 
Quand on arrive à Tozeur en plein mois d'août comme je l'ai fait, on est tout de suite happé par la chaleur étonnamment puissante, mais cela n'a jamais eu d'importance pour moi. Je la supporte assez bien. Dès que j'ai posé mes affaires à l'hôtel, le si bel hôtel Dar Cherait ( la maison de Cherait ), du nom du propriétaire, j'ai repris ma voiture et je suis parti à l'oasis. C'est un lieu à part qui force à la méditation, pas forcément transcendantale, zen ou métaphysique, non... juste profonde ; plus proche d'une méditation philosophique qui fait redécouvrir les simples joies d'un paradis terrestre ( aucune connotation religieuse, juste le pouvoir évocateur de ces mots ). D'ailleurs, un jardin sublime nommé « Le Paradis » se trouve tout en bas de la route principale, une route sableuse où passent des calèches comme autrefois. Quand on rentre dans ce jardin botanique écrasé de tant de palmiers et de tant de végétations éblouissantes, on rentre dans du vert. Tout y est vert. La lumière absorbe ce vert et nous le renvoie. Notre peau elle-même prend cette couleur d'absinthe dorée tant la luxuriance y est exceptionnelle.


L'oasis

Dans l'air si embaumé de l'odeur citronnée d'une espèce de géraniums dont on extrait une eau très parfumée qu'on ajoute à certains desserts, dont la salade de fraises, j'ai rencontré le jardinier et à la fois le métayer de l'oasis, le khammès qui veut dire « le cinquième » parce qu'il est rémunéré en recevant le cinquième de la récolte. Dès que nos yeux se sont croisés, il est venu à ma rencontre et m'a invité à regarder ses cultures. Je suis moi-même jardinier et j'ai accepté l'offre avec bonheur. Comme il voyait que je prenais grand intérêt à tout ce qu'il me montrait, il est devenu très enthousiaste, a déterré des légumes, trier des graines, butter de jeunes pousses, escaladé les troncs de palmiers pour que j'apprécie sa dextérité. Il était très gentil, très drôle et plus tard, assis sur un banc en bois comme de vieux amis, nous avons bavardé assez longtemps dans cette étrange lumière amande, dans cette ombre lumineuse. Il a disparu quelques minutes et a ressurgi avec une pâtisserie venue de je ne sais où. Puis, comme si ce n'était pas suffisant, il a cueilli des fleurs et avec un air malicieux a commencé à confectionner un bouquet qu'il m'a offert avec la candeur d'un enfant qui offre un cadeau à sa mère.



Le bouquet de fleurs du jardinier

C'était trop charmant, je sais que ce terme est quelque peu désuet, mais je n'en trouve aucun autre. Oui je pourrais dire que je kiffais grave le jardinier, mais bon... Je pense que beaucoup de touristes doivent avoir un contact aussi chaleureux avec lui, mais j'aime à imaginer qu'en ma compagnie, ce fut différent ; d'ailleurs, il fuyait les rares promeneurs qui s'aventuraient dans la palmeraie et m'entraînait toujours un peu plus loin avec l'air malicieux d'une complicité partagée. Quand je me suis séparé de lui, son visage aimable et souriant s'est longtemps promené dans ma tête pendant que je continuais ma marche dans l'oasis et approchais des bassins d'eau qui donnent à ce décor somptueux de rochers percés de verdure et croulant sous la chaleur torride, l'indispensable fraîcheur.
 



























Tozeur est une toute petite ville et en dehors du centre, des cafés bruyants et pleins de vie, c'est bien sûr cette oasis qui capture l'attention avec ses oueds, ses sources, ses bassins où les enfants s'amusent et prennent le frais en se plaçant sous la cascade. Un plaisir inégalé des yeux, un plaisir inestimable du coeur. Le soir, j'assistai au spectacle son et lumière dans les jardins de l'hôtel (plus proche d’un palais), à la représentation des « mille et une nuit ».
Le sud de la Tunisie, à deux pas du désert est encore un lieu authentique, malgré une organisation forcenée du tourisme qui commence sérieusement à devenir tentaculaire, mais pour l'heure, c'est encore un paradis vert et doré, sucré et chaud comme une datte dont Tozeur est le grand producteur.


L'oued



Les casacdes et les bassins




les enfants au bassin

 


L'oued

 


La palmeraie



Maison à Tozeur


Dame près du jardin

Je n’aime que les murs
Qui donnent l’ombre à ma peau,
Je n’aime que les peaux
Qui incendient mes murs.

© Giliberti in Bleus d'attente / 2001
 

commentaires

eva baila 27/12/2009 16:58


J'ai adoré la palmeraie de Tozeur où la moindre parcelle de terre et d'ombre est plantée... petits plants sous les grands, tomates, petites roses sauvages délicieusement parfumées... C'est à Tozeur
que j'ai vu des fleurs de bananiers et de grenadiers... j'aime votre post qui est une résurgence de mes souvenirs de Tozeur (jusqu'à ces maisons particulières, cette medina spéciale...)


Michel Giliberti 27/12/2009 19:58


Je redecouvre mes articles . j'avais totalement oublié comme parfois ils étaient denses... j'en serais incapable aujourd'hui, mais quel plaisir, grâce à vous Eva, de retrouver toutes ces
sensations. Mais qu'est-ce que je fais en Normandie ce soir?
je vous embrasse et merci pour l'occasion du voyage.

Michel
 


Ikkar 20/03/2007 00:17

Cela eût été le plus grand des honneurs...Et j'eusse rougi  de voir une de vos oeuvres chez moi... Ikkar, with love

Michel 20/03/2007 11:10

Mon cher Ikkar j'ai essayé de vous envoyer un dessin, mais hélas, je n'y arrive pas; honte à moi! Cependant, je crois que c'est parce que je n'ai pas d'hébergeur de mes photos, dessins etc ... puisque je gère tout depuis mon blog... j'en parle à un pro pour élucider tout ça et après je m'exécute, promis.@ +Michel

Ikkar 19/03/2007 21:30

Mon village de Picardie était couvert de neige aujourd'hui... et le sera sans doute demain...Merci pour votre si beau commentaire chez moi. Vous "m'enviez" les dessins envoyés dans leurs coms par mes amis sur mon blog. Mais qui oserait seulement en déposer un sur le vôtre?
Ikkar, with love

Michel 19/03/2007 22:33

Je voulais vous en en mettre un des miens, mais j'ai renoncé car j'aurais eu l'impression de copier vos amis... ici, dans l'Eure, la neige est partie comme je l'ai dit mais le froid a oublié de la suivre.Bonsoir Ikkar,Michel

bellelurette 19/03/2007 16:23

Oui, et bien au-delà de 28-30 degrés, je tourne de l'oeil ! C'est ma nature, j'y peux rien...

Michel 19/03/2007 17:05

Mais qu'est-ce que c'est que ces femmes fragiles? comment allez-vous faire quand il fera 35 ° au nord de la Picardie?Vous vous plaindrez à Vouynet ?Pour l'annecdocte, la journée à Tozeur dont dont je parle, il faisait plus de 40°;  si je comprend bien Bellurette, je t'aurais ramassée à la cuillère... (en bois d'olivier, bien sûr!)@ + Michel

Ikkar 19/03/2007 14:12

Une oasis de chaleur et de douceur en cette journée de neige... merciIkkar, with love

Michel 19/03/2007 14:39

Vous êtes dans quelle région Ikkar? Ici la neige a juste effleurer les toits. @ bientôt,Michel

Maryse 19/03/2007 13:44

Belle plongée dans cette verdure. On voudrait bien goûter à la cascade. La candeur, est tout à fait le mot qui convient à l’expression de ce visage aux yeux malicieux. Charmant est peut-être désuet, mais tellement plus esthétique que "kiffer grave" ! Je connais cette odeur bien particulière de ce géranium.
Donc bientôt tu vas devoir organiser des voyages en Tunisie  pour tes visiteurs. Bonne journée

Michel 19/03/2007 13:51

Enfin un moyen de me recycler... ce serait génial! Tu me donnes une belle idée.@ BientôtMichel

bellelurette 19/03/2007 12:51

Quel immense plaisir de voyager avec toi, et à l'ombre, parce que moi, le soleil, ce n'est pas trop ma tasse de thé (je suis rousse et je crains le soleil....)

Michel 19/03/2007 12:55

Mais une rousse qui pèle un peu, c'est magnifique, voyons.... @ +Michel

jupiter 19/03/2007 12:47

Bravo , Magnifiques photos, presque intemporelles puisqu'elles arr^tent le temps, de façon magique

joyce 19/03/2007 12:14

C'est fou comme je me sens bien ici.

Michel 19/03/2007 13:01

Merci Joyce... alors on va faire un contrat. À bientôt et merciMichel

josie 19/03/2007 12:10

Magnifique instant de sérénité que tu offres généreusement à tes lectrices et lecteurs ! Tranquilité, douceur , pas d'oasis en Dordogne, bien dommage, mais recevoir un si joli bouquet ne serait pas pour me déplaire ! Magnifiquement narré par tes soins cette escapade ensoleillée est très agréable ! Merci. Bon début de semaine à toi, je reste encore un peu dans ton univers qui dégage chaleur et bonheur.
Amicalement ! Josie

Michel 19/03/2007 13:04

Rien ne pouvait me faire plus plaisir... je vais faire un tour chez toi. @ + et ne va pas m'attraper un coup de soleil...Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog