Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Beja-2
Quand, à l'ouest de la Tunisie on dépasse Béja et qu’on s’aventure à l’intérieur des terres, on peut se contenter d’observer la vaste campagne, mais on peut aussi prendre une des routes qui serpente sur les collines et vous conduit jusqu’à leur sommet où toute trace de vie semble s’effacer.
Beja-1C’est pourtant là, au centre d’une gigantesque étendue de plaines et de rochers creusés comme ceux d’un canyon, que vit la tante de Moez ainsi que le vieux berger qui l’aide à s’occuper de ses moutons et de ses cultures. L’eau se tire au puits. Il n'y a pas encore d'électricité.
Beja-3
C’est une vie très spartiate au milieu d'une végétation grandiose mélangée à celle plus courte et rabougrie de tous les pays méditerranéens. Nous avons passé l’après-midi à manger des crêpes au miel, à boire du thé, puis à nous balader dans ces lieux sauvages qui enchantent Moez « parce qu’on entend les oiseaux » comme il dit.
Je me souviens qu'à l'intérieur de la modeste maison, une petite télé qui marchait grâce à un groupe électrogène diffusait les émissions d'une chaîne italienne, la seule qui se captait bien et que personne ne comprenait vraiment.
moez-lac-2-b
Pas très loin, plus bas en redescendant de la colline, il y avait une marre d’un vert étonnant, une marre de jade qui étincellait au soleil et forçait le regard. Moez y descendit...
moez-lac-b

Puis il en remonta après avoir effrayé quelques grenouilles...
moez-lac-1-b... et m'offrit un grand sourire pour la photo.
Moez-beja-en-blanc

Plus tard, Moez s'abrita du soleil en enroulant son tee-shirt sur la tête. Les Tunisiens ont le style pour faire ça. En deux secondes, ils se transforment en fiers Berbères. Moez n'échappe à la règle. Comment ne pas être tenté de le phototgraphier ou de le peindre ?
beja-tanteLa tante de Moez, adorable et pleine d'attention, pendant qu'elle préparait ses délicieuses crêpes au miel.

 

Bonheur d’être mortel
Connaître l’eau quand il fait soif
Aimer quand tout se meurt.
Difficulté des dieux,
À qui jamais rien n’arrive.

© Giliberti in Bleus d'attente /2001

commentaires

Tom-Patrick 21/06/2011 18:25



Non, ne sommes points FB Zamis !...J'avoue être allé faire un tour sur votre page, mais à la vue de ce flot d'amis qui est le vôtre, j'ai renoncé à frapper à l'huis !!!


 Ma propre page est récente et plutôt """ confidentielle", les "amis", de vraies connaissances (enfin...) Mais, soyons simple, et répondons à votre franche invitation:


Mais, naturellement !...je m'en vais de ce pas tocquer à votre FB !






Michel Giliberti 21/06/2011 22:19



Ce flot d'amis FB ne noie personne Tom-PAtrick, il est la simple preuve que les réseaux sociaux peuvent créer des énergies étonnantes. J’en veux pour preuve la révolution tunisienne... Donc,
faisons la nôtre :o)
Je vous ai entendu toquer, j'ouvre...



Tom-Patrick 21/06/2011 18:01



ça y est ! Je ne parvenais plus à trouver le fil qui m'a mené jusque chez vous...C'est souvent passionnant de voir l'envers du "hazârd", et je vous livre les détours-génèse de
celui-ci: sur la page FB d'un de mes meilleurs amis, je trouve le beau portrait de paul Toulet, ("Prend garde à la douceur des choses") tout fringuant; nous écchangeons, je lui rapelle qu'il m'a
offert "La jeune fille verte " (vous connaissez ?) et, cherchant à quelle date, je tombe sur une lettre de lui à l'intérieur: pour mon anniversaire, il y aura 12 ans dans deux semaines...J'ai
l'idée de lui tapuscriter les premières lignes de ce récit au style si déconcertant et délicieux, et souhaite l'illustrer d'une image pêchée en eaux du Net...Je "googolise : "
estaminets", "terrasses sous les roses"," hommes en terrasse de café", et au détour, je tombe sur l'un de vos tuniens si...Expressifs...Bref: "on est pas grand chose ! "...



Michel Giliberti 21/06/2011 18:08



Que nous n'étions pas grand-chose, voilà quelques années que j'en suis convaincu, surtout par les nuits de pleine lune. Rien à voir avec les loups-garous, mais l'immensité du ciel et ses étoiles,
m’ont toujours glacé d'horreur et me rappellent que nous ne sommes pas grand-chose, effectivement. ëtes -vous amis avec moi sur FB, si "non", devenons vite amis, que diable!!!!!



eva 04/06/2011 00:06



Comme c'est beau, ce coin sauvage... Et Moez, comme il était beau... Il surpasse tous les autres...



Michel Giliberti 04/06/2011 09:46



Oui, Moez était beau et ça me navre de devoir le dire au passé... le temps est cruel, bien que pour lui un simple petit régime le ferait revenir l'exact garçon qu'il était ; je le lui dis souvent
depuis deux ans... mais les Tunisiens sont si gourmands. Il tient dix jours et hop, ça repart. Heureusement, quand je le retrouve, mon imaginaire fait un voyage de quelques années et en très peu
de temps, je retrouve dans dans son sourire et ses fossettes, le délicieux garçon qu'il est toujours dans le fond et qui m'apporte toujours beaucoup de tendresse et de gentillesse. C'est vraiment
un ami qui m'est cher.
Merci Eva, @ bientôt
Michel



laura 03/06/2011 13:41



Je rêve de Béja, depuis longtemps, grâce à vous, mon cher Michel.
tout ce que je connais de la Tunisie, c'est vous qui me l'avez offert, y compris les lieux que j'avais visités avant de vous connaître...
Cette campagne, je l'ai déjà devinée, par d'autres billets; Moëz, je le connais presque par coeur; quant à la Tante, j'étais persuadée que c'était la grand-mère.
Oui, je rêve de me perdre dans ces lieux quasi désertiques avec


le "Bonheur d'être mortel


Connaître l'eau quand il fait soif."


A la page 77 des "Bleus d'attente", ma version est un peu différente. Il se peut bien que  je préfère celle d'aujourd'hui que j'écrirai dessous dans un instant.
Michel, mon cher ami, je vous embrasse à la hauteur de tout ce que vous m'avez déjà apporté; bientôt, il faudra un chapeau plus haut.... Je vous vois bien en haut-de-forme! 



Michel Giliberti 03/06/2011 18:03



Ce billet est déjà bien vieux, je crois qu'il date de 2007. je l'ai réactualisé en agrandissant les images et en y mettant de la musique. Quant à la tante de Moez, à l'époque j'avis cru
comprendre cela, mais en fait ce n'est pas ça. J’aurais dû le corriger, mais il se trouve que ce n'est pas la grand-mère, non plus, mais la mère se son jeune oncle ou la tante de son jeune
oncle... vous voyez, je suis en plein marasme familial... je demanderai à Moez qu'il me rappelle exactement son lieu de parenté avec cette femme exquise en tout point de vue.
 Je vous embrasse Laura et encore merci pour toutes ces belles choses que vous m'écrivez encore...
Michel



Christine Croquet 29/05/2007 11:53

En week-end sur Paris ,je me suis promis la visite de la galerie Benchaieb à St Germain.Je tenais absolument à voir les oeuvres d'un artiste que j'admire tout particuliérement.Bien sur ,je regarde aussi les autres artistes et mon regard s'est tout naturellement posé sur vos oeuvres .Je suis émerveillée ,touchée,et tellement émue par ce que j'ai vu ! Il dégage de vos toiles quelque chose de trés fort que je ne saurais définir . Un grand merci à vous ! Je suis toujours et encore envoutée par ce que j'ai vu.
A bientôt
Artistiquement vôtre.
Christine
 

Michel 11/06/2007 15:41

Trés heureux de savoir que vous avez eu envie de faire le chemin jusqu'à la galerie et que vous n'ayez pas été déçue.Merci Christine, @ bientôt,Michel

Jean-Pierre 15/03/2007 17:17

Merci Michel
continue à nous faire réver en visitant par les mots, les peintures, les croquis, les poèmes, les photos, ce pays que j'aime ... son authenticité qu'il faut préserver lorsqu'on la croise, ses couleurs, ses saveurs, ses beautés... en espérant, qu'une autre-fois, nous puissions de nouveau partager, là-bas un moment magique avec Moez que j'aimerais connaître...
Je t'embrasse trés amicalement
J.Pierre

Michel 15/03/2007 18:16

Promis J Pierre, nous ferons tout ça et je serais ravi de te revoir là-bas, qui n'est pas ici... et qui reste un ailleurs poétique pour qui sait regarder autrement.bises, Michel

Maryse 15/03/2007 17:07

 tes photos et tes mots sont une belle invitation à la découverte.cette eau verte est une pure merveille.  Chaleur et profondeur dans l'éclatante beauté de Moez, et aussi dans le regard perçant de sa tante. On sent que ce pays est en toi. @+ bonne soirée

Michel 15/03/2007 17:14

Et c'est là tout mon drame... Mais pourquoi ne suis-je pas né sur la lune?meri Maryse.je t'embrasse,Michel

joyce 15/03/2007 15:13

Je viens de me balader pieds nus, le tee shirt maladroitement noué sur la tête. Il n'y a que Moez qui sait, lui.
Puis j'ai mangé des crêpes au miel, gourmande, en me lêchant les doigts. Violenté ma lange avec le thé bouillant...
C'est ça le talent Michel, transporter le lecteur là où tu veux les emmener.
Le retour est difficile.

Michel 15/03/2007 15:38

Je suis vraiment très ému de toutes ces bonnes ondes que tu m'envoies. merci Joyce.@ très bientôt sur un autre chemin.

Ikkar 15/03/2007 15:01

Oui, juste ce bonheur-là. Merci pour ces quelques lignes que je regrette de ne pas avoir écrites...Ikkar, with love

Michel 15/03/2007 15:39

Nous avons la chance, vous et moi, d'être seulement mortels, si j'ai bien compris et tous les bonheurs nous attendent, donc :o)Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog