Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Dans les années 80, je peignais souvent des femmes, des bestiaires et quelques bizarreries fantastiques associant le tout.
Aujourd’hui je me suis assez éloigné de cet univers, mais je ne résiste pas au plaisir de ressortir des tiroirs quelques
photos de ces toiles disséminées un peu partout en France comme à l’étranger...


... À cette époque, je sortais de plusieurs années d'une totale immersion dans le milieu de la chanson qui m’avaient amené à faire trois albums chez CBS dont j'étais si peu satisfait que j'avais réussi à rompre le contrat de sept ans qui me liait à cette maison de disques et d'en ressortir fragilisé, mais libéré ; je m'étais promis de ne plus me frotter à la musique et de me replonger dans la peinture que je n'avais jamais cessé de porter en moi depuis l'enfance...


...  Plus un accord de guitare. J’ai tenu bon pendant dix ans. Seule, l'écriture demeurait associée à la peinture ; elle aussi me permettait de prolonger mes fantasmes d'enfance où écrire prenait tout mon temps...


... Et puis doucement tout est revenu. Maintenant j’ai fait à nouveau la paix avec mes amours musicales ; je compose et écris des chansons, mais pour mon simple plaisir...






...Entre 1985, j'ai quitté Paris pour la campagne normande. C'est un autre monde, une autre vie, mais ce n'est jamais qu'à 120 km de la capitale et je prends régulièrement mon indispensable dose de pollution ...



... Ma peinture qui depuis quelques années avait commencé à être remarquée dans les salons commença aussi à très bien se vendre. Dès lors, j'ai eu la chance d'être exposé un peu partout à l'étranger et surtout à Paris...


 ... Enfin à la fin des années 90, j'ai eu la joie immense d'être publié... là, ce fut le nirvana absolu...

© Giliberti / dessin mine de plomb et rehauts de blanc.

... Et pour conclure, ne perdons pas les bonnes habitudes... Un p'tit mec.

commentaires

N

Ce tableau, Cher Michel, je ne pourrais pas le regarder 30 secondes, pas plus que celui de la femelle enceinte, aux fiasques flasques. L'horreur.
Nabeth 


Répondre
M

Mais oui, je vous comprends bien... Pas évident d'aimer les monstres, mais ceux-la sont gentils, non?
 @ bientôt,

Michel



H
Je découvre ton blog à l'occasion de ton passage chez moi; et figure toi que je te connais bien, car il y avait un  33 tours de toi chez mes parents; jusqu'à il n'y a pas si lontemps que ça  ;-) C'est mon père qui achetaient les disques! Je n'en saurais pas plus sur ses motivations d'achat, vu qu'il n'est plus là ;-)
Répondre
M
Mon dieu!!!  Tu le prends et tu le jettes... Heureusement que tu n'as pas les deux autres et les 45 tours. jJ ne supporte pas cette époque de ma vie où par timidité j'ai laissé massacrer mes chansons sous la folie d'un directeur artistisque fort sympathique au demeurant, mais qui ne comprenait rien de rien à mon univers et qui m'a poussé à rompre un contrat de 7 ans au bout de 4,  plutôt que de continuer le massacre.@ +Michel
N
Que de trésors sur votre blog ... ce dessin à la mine de plomb dégage quelque chose que je ne saurai définir.
Une question qui peut paraître un peu bête mais ... cela ne vous dérange pas d'être séparé de vos oeuvres ?
Bonsoir et à bientôt
Répondre
M
À vrai dire, au début, oui, mais très vite, j'ai réalisé que j'avais la chance de vivre d'un métier que j'adore, et ne pas avoir à se forcer dans la vie, vaut bien quelques détours dans le détachement. Cependant, je garde beaucoup de mes dessins et presque toutes les études, croquis et autres traits spontanés qui me manqueraient certainement plus que mes peintures, car ça vient vite et c'est comme un cadeau... alors qu'une toile se travaille sur un mois, et souvent bien plus. Et puis il y a des toiles que je garde  définitivement car elles ont eu le tort de me faire la cour en chemin... et comme je suis fidèle, j'ai gardé six d'entre elles à la maison.Bonsoir, @ +Michel
B
voici un blog que je découvre et qui ne me laisse pas indifférente.Mais vu l'heure, je ne vais pas m'attarder. Je te mets illico dans mon marque-pages afin de le savourer quand ce sera l'heure.
Répondre
M
J'espère qu'il ne faudra pas attendre belle lurette pour que tu reviennes... :o)Michel.
I
Voilà bien de ces artistes qui ne savent pas se contenter d'un art! Des empêcheurs de tourner en rond, des hommes que l'on ne peut classer, qui ne se laissent enfermer dans aucune catégorie, aucun tiroir! Que faire avec des hommes de la sorte? Il suffit qu'ils apparaissent pour , même sans le vouloir - et ces hommes-là sont trop sensibles, trop humains pour le vouloir -, écraser les autres de leur supériorité...Oui, que faire avec eux?
Ikkar, with love
Répondre
M
Ikkar... il suffit de t'envoler avec eux, toi qui a certainement les mêmes ailes et le même rêve.La supériorité n'existe pas.Les faiblesses nous réunissent certainement davantage.@ BientôtMichel
J
Vu ton accueil chaleureux, je me fais un plaisir de te laisser un petit mot sur tes peintures particulières  certes, mais très expressives. J'ai un faible pour ton dessin " mine de plomb " harmonie et délicatesse.
Amicalement.
Répondre
M
Les dessins ont toujours l'avantage d'être l'expression première d'une visualisation encore très libre, avant le travail de la peinture qui, tout compte fait ,n'apporte pas grand chose de plus.Salut Josie,Michel
M
Très différent en effet, reflet d'un chemin parcouruLe tableau "Narcisse" me fait frémir, vraiment ! bonne journée , bises
Répondre
M
Meuh non.... C'est un tout gentil zoizeau au corp d'homme qui veut zuste tuer le mechant monsieur qui a un corp d'oiseau... c'est une histoire qui ne peut pas exister. ça fait moins peur que Sarkozy déguisé en humaniste, parce que lui,  il existe... brrr@+Michel

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog