Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


Dimanche sur la 5, dans l’émission de Franz Olivier Giesberg, Sakorsy à qui l’on demandait ce qu’il pensait de la fuite de Johnny Hallyday en Suisse a été on ne peut plus clair : selon lui, ce départ pose avant tout la question des impôts excessifs sur les grosses fortunes. Beau retournement de situation tout à fait prévisible et qui laisse entendre qu’un chanteur populaire qui manque tout simplement à ses devoirs de citoyen en n’acceptant pas la fiscalité imposée pour tous, serait la victime d’un système injuste. De nombreuses fortunes existent en France, pour autant elles ne s’expatrient pas forcément.
Dans son extrême facilité à noyer le poisson dès qu’une question précise risque de démasquer son libéralisme à tous crins, Sarkosy a aussitôt mélangé les genres en parlant de la fuite des cerveaux et notamment du scientifique Montagnier jugé trop vieux pour être maintenu à la tête d’une équipe de chercheurs.
Cet amalgame ridicule a fini de m’écoeurer…

*
Sans transition, je rapporte ce qu’a dit un SDF à qui l’on a demandé hier ce qu’il pensait de la mort de l’abbé Pierre : « Sa mort me fait plus mal que la morsure du froid ».
Belle ellipse aux regards des phrases grandiloquentes et souvent creuses employées par les personnalités de tout bord.
*


Les modernes atouts
Qui s’installent et effacent
L’étincelle des fous,
Sont à toi, sont à moi.
Les modernes atouts
Qui ajitent nos jours
D'un présent trop futur
Sont à lui, sont à elles.
Les modernes atouts
Qui donnent à nos désirs
De déviantes blessures
Sont à eux, sont à nous.
Les modernes atouts
Qui tarissent nos instincts
Et fabriquent nos plaies
Sont nos futurs chaos.

 © Giliberti / 2007
 
                                                                                                              
 

commentaires

jerem 25/01/2007 10:18

Ca, pour l'orchestration, c'est clair: la dernière sortie du premier ministre canadien sur des propos de Ségolène qui, pour le coup, n'ont rien de scandaleux ou de choquants, en est une preuve.
Il est vrai que Harper est un conservateur proche de Bush qui a remis en cause la signature de son ays en bas du protocole de Kyoto et qui est sans doute prêt à aider Sarkozy à gagner.

Michel Giliberti 25/01/2007 10:59

Vivivi... Tout ça se rejoint. Quand à Harper, je préfère son homonyme Ben dont les mélodies me troublent et le physique me comble. :o) @+Michel.

jerem 24/01/2007 20:22

Sarkonaparte est d'abord et avant tout le sauveur des rentiers français qui  vivent très bien du système actuel et qui ont peur de toute remise en cause, car ce sont ceux qui ont le plus à perdre.
Sarko représente, selon Jacques Marseille dans Du bon usage de la guerre civile en France, le discours trahison: celui qui promet de résister à la mondialisation mais, en fait, y mène tout droit en tenant un pseudo langage de réconciliation des deux France avec, en réalité une seule volonté, protéger les intérêts acquis: " Les créances de la dette publique sont aux mains des rentiers et une dette publique de mille milliards d'euros, cela représentera un sacré pactole pour les enfants de rentiers" ( le cynisme poussé dans ses outrances que cette solution).
Mais l'histoire prouve que les rentiers français ont toujours eu la capacité à susciter des "sauveurs" que l'on a souvent vendu au peuple comme proches de lui, comme le rapelait déjà Jean Tulard dans sa biographie célèbre consacrée à Napoléon; leur sauveur, aujourd'hui, c'est Sarko et ce n'est  pas Ségolène, son absence de programme et son Ségomaton qui vont y faire quelque chose.
J'en veux aux militants socialistes d'avoir fait preuve de ce que je considère comme un aveuglement, d'avoir choisi une telle candidate.

--- 24/01/2007 23:07

Vos propos toujours précis et fort intéressants ne peuvent cependant faire oublier que si les socialistes ont choisi Ségolène, c'est parce qu'elle fédérait la curiosité et qu'au centre des éléphants du PS, elle redonnait des couleurs à la savane politique.C’est peu, mais c'est ainsi. Dans un pays (un monde) où l'image est devenue omniprésente et rend fatigants tous les discours... c'est ainsi que naissent les icônes et les élans qu'elles sucitent.Je dois ajouter pour ma part que ce que je savoure à tort ou à raison dans ce duel Sarko-Ségo, c'est la difficulté du candidat face à une femme qu'il devra ménager sous peine de paraître macho, alors qu'il s'était préparé à bondir sur une proie habituelle: l'homme.Tout aurait été plus facile. C'eut été un combat loyal et féroce, un combat de chef! hélas, il ne pourra pas s'exalter et déjà il ronge son frein pour gommer sa verve vindicative, arrogante et perfide.De ses suposées maladresses Ségolène en fera peut-être sa force et à tout prendre je les préfère. Elles sont si bien orchestrées par l'UMP.Michel

Barbarette 24/01/2007 01:05

Je te rejoins pour l'analyse des propos de Sa... (je ne parviens à prononcer son som correctement ;o))
Belles llustrations et jolies plume, je reviendrai, merci également de ta visite.

Michel Giliberti 24/01/2007 11:13

Nous avons donc les mêmes difficultés à digérer les futurs possibles...Merci pour les compliments,@ bientôt

Maryse 23/01/2007 15:50

bonne idée ! faudra pas trop rigoler en le faisant.., d'ailleurs il y a un resto qui peut aider, j'ai lu une pub récemment...sur un blog... @+

Maryse 23/01/2007 14:06

écoeurement partagé !j'aime beaucoup ton poème. Bonne journée

Michel Giliberti 23/01/2007 14:32

Merci Maryse.Et si nous allions vomir ensemble dans la bonne urne?@+Michel.

Gregory 23/01/2007 12:24

Et ce qu'oublie aussi Môôôssieur Sarkosy c'est que ces bons milliardaires expatriés continuent à profiter des hôpitaux, des services de santé, des écoles pour leurs enfants et même de la retraite... et de tous les avantages qu'offre le pays pour lequel ils refusent de payer l'impôt solidaire !Nous savions que le petit Nicolas était un politique raté, qu'il soutenait uniquement les habitants de Neuilly, et leurs semblables, mais maintenant on sait qu'il voudrait nous imposer sa vision du monde comme étant la seule susceptible de continuer à faire tourner la planète – qui en avait déjà pris un bon coup dans l'axe grâce au capitaliste – et qui maintenant, à cause de la prolifération imbécile des néo-dictateurs libéraux et de tous ceux qui les qui suivent, va droit vers le chaos que vous évoquez dans votre poème.Rappelons quand même à notre microscopique ( au regard de l'immensité de l'Univers ) candidat de la droite traditionaliste, bien pensante, moralisatrice et surtout avide de faire grossir son portefeuille que c'est bien à cause d'un progrès mal maîtrisé et de la surenchère économique que notre « bonne vieille Terre » est en passe de devenir notre tombe.Merci de nous faire partager votre travail de peintre, votre très intelligente et souvent pleine d'humour façon de voir notre société et pour poésie plus que remarquable.Bien à vous.

Michel Giliberti 23/01/2007 13:30

Voilà qui est clair et qui explique tout à fait ce que je laissais sous entendre. J'aime à être impressioniste dans mes idées, revendications et autre coups de gueule; très souvent les commentaires font le reste; une interactivité, en quelque sorte.Je suis tout aussi scandalisé que vous par tous ces procédés qui usent la société honnête à la longue, mais pour faire une nouvelle ellipse, j'avoue que je suis bêtement heureux des gentillesses que vous m'adressez en fin de commentaire.Merci et @ +Michel.

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog