Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Think about another world



    Une pensée pour ces « Justes de France » d’hier dont on honore le courage aujourd’hui. Ces Justes qui, d’un bel élan, bravèrent le danger pour défendre et protéger les Juifs pendant la dernière guerre.
Qui de nous, en 2007, peut être certain de la conduite qu’il adopterait si nous avions à vivre les mêmes drames ? J’ose espérer que nous serions à la hauteur parce que désormais nous savons…
Je suis toujours troublé quand je pense à cette sombre époque où des hommes dans la guerre ont préféré écouter leurs bas instincts dans la collaboration ordinaire plutôt que tenter de trouver en eux le courage nécessaire pour combattre l’horreur.
Je suis en admiration devant les propos toujours mesurés de ces Justes qui disent n’avoir accompli que leur juste devoir d’être humain et que le fait de sauver les autres n’est pas seulement du ressort des héros.
En cela, nul autre qu’eux n’a mieux mérité ce beau nom de « Juste ».

Published by Michel Giliberti - - Société

commentaires

Alexis GUITTON 05/02/2008 09:46

Bonjour, je suis tombé sur votre blog grace à google. Je suis enseignant à Ligny en Barrois en Meuse et avec mes élèves dans le cadre d'un voyage d'étude à Auschxitz, nous organisons une réunion publique. Dans ce contexte, j'aimerais communiquer avec des Justes qui pourraient nous faire l'honneur d'intervenir pour racconter leur parcours. Si vous connaissez certaines personnes ppouvez vous me mettre en contact. Nous organisons cette réunion dans le souci de tranmission de la mémoire car il est en effet très important à une époque où l'individualisme prime d'honorer la mémoire de ceux qui se sont battus pour la collectivité et l'Homme.alexis_guitton22@hotmail.com

Michel 05/02/2008 10:23

Hélas, je ne connais pas de personne pouvant témoigner pour la noble cause que vous désirez servir, je n’y suis que très sensible. Toute fois vous pouvez vous adresser au CRIF au 01 42 17 11 11 ou envoyer un mail à  infocrif@crif.org J’espère qu’ils sauront vous orienter dans votre démarche. Bien à vous,Michel

dominique 15/01/2008 22:36

eh bien quand on observe les relations professsionnelles parfois, c'est inquiétant...on se demande aussi comment les mêmes seraient capables d'agir en d'autres circonstances...on se marche sur la t^te pour passer devant, on manipule, on diffame, on menace..en toute impunité...au grand plasir des responsables parfois...l'être humain est parfois bien peu honorable...

Michel 16/01/2008 07:06

C'est bien ce qui est inqiétant... et désolant. @ bientôt,Michel

nathgrim 07/08/2007 07:40

Ma fille ainée me faisait justement la même reflexion !
Elle a 19 ans et disait combien d'entre nous aujourd'hui aurait encore ce courage?

Michel 07/08/2007 07:57

Vaste question aujourd'hui où nous nous croyons à l'abri de tout...Michel

pascal 21/01/2007 20:14

J'ai été trés attentif à cette journée dédiée aux justes. Je n'ai pu m'empêcher de repérer "les justes" de 2007. Permettez-moi d'en citer quelques uns:- Le réseau Education Sans Frontières face aux lois Sarkosy.- Les faucheurs d'OGM face aux multinationales de l'Agro - alimentaire.- Les "enfants de mars 2007" pour paraphraser Barbara, face au CPE......J'en oublie...A vous!Merci pour ce blog juste, là où il faut...PascalAix en Provence.

Michel Giliberti 21/01/2007 20:46

Les exemples que vous donnez donnent une idée de ce qui est juste, je suis d'accord avec vous, mais les justes de l'époque risquaient leur vie à tout instant et devaient être des clandestins de la justice et des droits de l'homme. Je trouve plus mesuré, même s'il est necessaire, le courage de ces homme d'aujourd'hui qui ont la liberté de paroles. Cependant je comprends le fond de votre pensée et aucun combat n'est vain, fut-il en pleine lumière.Merci d'avoir visiter mon blog.@+Michel.

Maryse 18/01/2007 20:43

moi aussi j'admire ces gens qui ont eu le courage de prendre des risques...parfois quand je regarde mon entourage immédiat, mon voisinage... je me demande, dans une situation analogue, qui ferait quoi ???avoir peur était légitime, en profiter pour balancer les autres, c'est tout autre chose...quand j'imagine cette période, je me dis que la division entre les Français devait être vraiment cruelle.....

Michel Giliberti 19/01/2007 12:45

Nous devrions avoir l'obligation morale de faire de nos peurs un courage. D'abord ça mettrait un peu d'adrénaline dans nos relations et surtout ça nous appaiserait. Quelqu'un qui laisse une personne se faire tabasser dans un couloir de métro doit avoir en lui l'amertume de sa "défait", de son "renoncement", mais tout le monde ne sait pas se battre, etc, etc... on en sort plus.Difficile tout ça.Michel

jerem 18/01/2007 20:16

Très difficile, effectivement, de se transporter dans une autre époque en se demandant ce que nous aurions fait, car les mentalités, les conditions de vie, les habitudes n'étaient pas les mêmes; de plus, nous ne savons pas ce que c'est que de vivre occupés avec la présence quotidienne des forces d'occupation, nous n'avons pas été mis en contact avec la répresssion aveugle qui pouvait suivre un attentat contre un des occupants ou leurs "biens".
C'est une des limites de l'histoire qui ne pourra jamais recomposer la réalité complexe d'une époque et nous mettre en situation.
J'aime assez le film Monsieur Batignolle qui illustre assez bien comme les esprits ont aussi pu évoluer durant la guerre.
Ma grand-mère dit souvent: " Nous nous sommes contentés de vivre, et c'était déjà assez difficile en soi". Cela n'a pas empêché le village entier de faire bloc et de cacher un aviateur américain sans aucun ne dénonce son voisin.
Là aussi, cela leur paraissait normal.
Bel hommage à tous ces "anti-héros" qui fait ce qui leur semblait le plus juste, comme vous le dites.
Je me demande parfois, si ce n'est pas ce "mystère" que je cherche parfois dans les films de James Stewart, ce qui fait qu'un homme ordinaire devient un héros malgré lui.
 

--- 19/01/2007 12:41

Vous avez raison et ça rejoint ce que je disais sur l'impossible certitude de nos courages tant que nous nous trouvons dans une situations qui les sollicitent, mais j'aime à croire que ces "justes" seraient nombreux encore aujurd'hui, d'autant que seul, le bon sens apparemment les faisait accomplir tous leurs actes de bravoure.Quant à la question que vous soulevez sur le mystère des gens ordinnaires qui se retrouvent héros malgré eux, c'est un bel exil dans l'imaginaire et ça donne à penser qu'avec un peu de volonté, d'écoute, d'altruisme et d'ouverture, (voir d'opportunisme pour certains), le hasard vous grandit.@ +Michel.

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog