Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti


J'étais près de l'envol,
À deux doigts de la source obligée. 
J'étais près des sommets et des rives
Du cri intime et du rite
Quand ta rouge colère piétina mes instincts,
Étrangla mon éveil, ordonna le repos.

© Giliberti / In bleus d'attente


Si le milan de Lombardie
Tenta d’ouvrir les lèvres de Vinci,
Il sut très bien fermer les miennes
De ses énigmes et de ses cris.

© Giliberti

La mémoire est une accompagnatrice déterminante dans le choix de sa vie.
Si nous savons la poétiser, elle relève d'une certaine esthétique du mental et peut éviter d'alimenter la source des ressentiments.
Dès qu'il est conté, le passé exerce une fascination sur les autres. C'est ainsi que, sans écrits, des tribus se sont passé le flambeau de leur patrimoine.
Personnellement, les oiseaux sont au centre de mon passé. Ils ont été les victimes de mon drame personnel, mais alors même que j'en étais responsable, j'ai décidé avec le temps d'en faire le thème de la plupart de mes tableaux, de les totémiser.

C'est un peu la même chose avec le cheval qui, lui aussi à la base d'un petit drame d'enfant bringuebalé durant des années, m'a souvent inspiré.
Oui, la mémoire déclinée en oeuvre d'art peut suspendre le temps et vous raccorder à lui. Elle devient la filiation secrète avec votre présent.


Abime est la cime
Et verte la distance.
De ce trot maladroit,
N?éclabousse que l'amer souvenir
Des jouissances avortées,
Des rondes enfantines
Au degré des nuits bleues,
Du rire des autres sur le balcon des nains.
Et la haine qui grandissait mes rêves.

© Giliberti / In bleus d'attente.

commentaires

Maryse 12/01/2007 13:39

Un jour ou l'autre, le trauma devient souvenir. Si l'on en fait un spectacle, une réflexion, un éclat de rire, on devient celui qui donne et on répare l'estime de soi
phrase de B Cyrulnik, que je suis allée chercher dans ma boite à citations perso ! Tellement vrai !  de plus Cyrulnik parle vraiment bien du rapport entre l'homme et l'animal

Michel Giliberti 12/01/2007 13:51

Il est du trauma comme de la résilience.  Tout est matière, et donc tout peut devenir autre chose.Le seul problème c'est que tout ça dépend de tant de paramètres... moi, personnellement, les angoisses sont les matériaux de mes créations. Elles me sont vitales.Michel

neurhone 11/01/2007 00:20

Etrange chose que la mémoire, j'ai remarqué que les personnes qui ont vécus les mêmes instants que moi ne s'en souviennent pas de la même façon c'est donc très personnel, à chacun effectivement de savoir en tirer ses propres leçons.
J'ai un gros faible pour votre tableau "les vertes envies" ... il m'inspire tant de choses !
Bonsoir

Michel 11/01/2007 09:09

C'est ce qui fait le charme des conversations entre amis. Ma meilleur amie depuis l'adolescence a des souvenirs de moi qui m'ont totalement échappé et qui me font mourir de rire. Il faut croire que pour elle, ils étaient importants. Même chose en famille, bien sûr... mais là, ça fait parfois des dégats.Belle journée.Michel.

jerem 10/01/2007 19:38

YTrès belle réflexion sur la mémoire et la manière d'en tirer partie.

Michel Giliberti 10/01/2007 19:57

Merci Jerem... mais j'y ai laissé des plumes, c'est le cas de le dire, et quelques crins.@ +M

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, auteur et photographe...

Hébergé par Overblog