Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Dans ma voiture, j’ai entendu Pascal Bruckner nous parler de son nouveau livre « La tyrannie de la pénitence ».
Je n’ai pas encore lu le livre et je me base uniquement sur ce que l’auteur en a dit. Il le présente comme un essai, une réflexion sur le masochisme en occident.
L’auteur parle de la France, de sa culpabilité permanente liée à son passé colonial et de sa difficulté à gérer l’immigration. Il affirme que ce masochisme français, cette pénitence, serait presque devenu la « spécialité » de notre pays. D’après Pascal Bruckner, il suffirait de reconnaître ses torts pour enfin tourner la page, comme pour respirer un grand coup avant un nouvel effort.
Il y a quelque chose de vrai là-dedans, et même de rassurant, puisqu’il semble qu’il soit dans notre nature de « progresser » ! mais n’y a-t-il pas aussi comme un fond de réponse simpliste qui conforte chacun dans une banalité objective, un peu comme les phrases d’un médecin peuvent banaliser les symptômes d’une grave maladie.
C’est vrai que les enfants de France n’ont rien à voir avec ceux qui jadis entreprirent de coloniser l’Afrique. Il serait stupide qu’ils en portent le poids toute leur vie. Pour autant, ceux-là même profiteraient de ces colonies sans état d’âme si elles étaient encore les nôtres. Ils perpétueraient ainsi en toute « banalité » le mal colonial qui a déstabilisé tous les peuples qui l’ont vécu, qui ont subi le joug de l’oppresseur, de celui qui tendait à faire croire qu’il détenait la bonne science, la bonne culture et la bonne pensée… chrétienne !
Il est impossible de tirer un trait sur le passé aussi simplement, sinon il n’y a plus mémoire de rien. C’est aussi monstrueux que de vouloir détruire toutes nos bibliothèques.
Sans repère historique et sans référence qu’elle peut être notre chemin ?
Vers quel chaos nous orienterions-on ?
Tirer un trait sur le passé, c’est aussi farfelu que le principe de confession chez les catholiques. Il permet aux fidèles de retrouver la pureté de « l’âme » sans même s’interroger sur les raisons et les conséquences de leurs actes. On peut ainsi tuer et se confesser, re-tuer et se re-confesser, re-re-tuer et se re-re-confesser, etc. Tous les religieux de l’histoire ont d’ailleurs utilisé cette méthode, ou d’autres équivalentes, pour massacrer à tour de bras !
Une sorte de régime alimentaire de la mauvaise conscience !
Que penser d’un état, ou d’un peuple, qui mange du crime et qui l’élimine pour se refaire une bonne et belle santé jusqu’au prochain excès ?
Lorsque dans la foulée, Pascal Bruckner parle des rappeurs et cite la violence extrême de certains textes qui vilipendent les forces de l’ordre, les banlieues sinistres et nos « faces de craie » on peut être, à l’évidence, choqué. Là encore, pourtant, nous récoltons ce que nous avons semé et que certains perpétuent dans le seul but de maintenir un ordre établi qui leur profite.
La France, et les autres pays colonisateurs, n’a-t-elle pas suffisamment raillé la peau des Africains, jusqu’à s’en servir dans des publicités de mauvais goût qui ne choquaient personne ! Notre cher Brassens avec toute sa poésie a raillé la police ( qui à l’époque était moins robotisée ) durant toute sa carrière et on l'applaudissait… Alors que maintenant elle fait peur même aux « gens honnêtes » et qu’elle s’autorise à tutoyer n’importe quel jeune en le plaçant d’office dans une situation d’infériorité.
Nous vivons peut-être une époque où la violence, la difficulté de vivre, le chômage et la marginalisation conduisent à des débordements. Ils se traduisent avec le vocabulaire d’aujourd’hui et dans le contexte d’une société affaiblie par l’absence de liens.
La véritable discrimination est sociale ( le racisme est un avatar de cette discrimination générale ). C’est bien pour favoriser l’ascension sociale de ceux qui détiennent encore le pouvoir ( fils de nos anciens monarques ) que nos « bons immigrés » d’aujourd’hui, comme nos « bons serfs » d’hier ou nos « bons esclaves » ont longtemps été considérés et sont encore considérés comme du bétail.
Le plus fort est d’entendre dire : « il y a des mosquées sur la Terre de France et il n’y a pas d’église en Arabie Saoudite !  » (Sic Christine Bravo dans l'émission TV– On a tout essayé –)
Tout observateur pourvu d’une « cervelle », peut constater qu’il y a bien peu de chrétiens en Arabie Saoudite !
Nous autres occidentaux n’avons pas eu le « privilège » de nous expatrier pour fuir la dictature, la guerre ou la famine.
Le repère bien simple de la religion, – je dois le dire pour moi qui suis profondément athée – constitue avec la culture, la langue et la tradition le terreau dans lequel se retrouvent tous les expatriés.
Je suis fils d’une colonisation que j’exècre.
La Tunisie est ma terre natale ; j’y retourne régulièrement. Je suis toujours étonné de l’accueil qui m’y est fait et de la gentillesse de son peuple par rapport au regard sombre que l’Occident porte souvent sur « l’étranger ».
Je m’interroge alors sur les liens affectifs qui devraient nous rassembler dès lors que les injustices sociales, les guerres, les exactions, les atteintes aux droits de l'hommme seraient prises en compte, et pas seulement avouées, pour passer à autre chose.

Published by M. Giliberti - - Réflexion

commentaires

julia 31/10/2009 21:11


bonsoir, je suis étudiante en science sociale et je dois rediger un résumé de chaques paragrphes du livre la tyrannie de la penitence.je suis tombé sur votre blog dont le résumé est tres
explicite.cela m'aidera dans l'expression de mon devoir pourriez vous me l'envoyer sur mon mail s'il vous plait . merci d'avance julia    
mail  djouls@live.fr


Michel Giliberti 01/11/2009 07:35


Voilà, c'est fait. C'est envoyé.
 @ +

Michel


Nath 12/09/2009 21:29

Les politiques aujourd'hui n'hésitzent plus à exprimer ouvertement sans détour leurs sentiments racistes. Qui réagit? Plus personne en dehors d'un représentant socialiste en apparence outré!

Michel Giliberti 24/10/2009 18:03


No comment...

Michel


yume 04/08/2007 00:20

C'est vrai que votre article est bien vieux mais il crie de vérité encore aujourd'hui. Pour ma part, je suis parmi ces gens honnêtes qui ont peur des policiers à la sortie des trains car je viens d'une famille d'origine maghrébienne. Je suis aussi d'accord sur ce que vous appelez le "privilège" de s'expatrier car hélas certains pays orientaux n'ont malheuresement pas les mêmes conditions de vie que celle des occidentaux. Je suis heureux de voir que vous aimez la Tunisie et que vous voyez toujours d'un si bon oeil votre terre natale. Merci de mettre en avant l'accueil chaleureux faite par les tunisien(ne)s parce que malheureusement la télévision montre que les défauts de l'Orient et jamais leurs qualités...

Michel 23/08/2007 08:38

Mon cher Yum, ce que vous me dites-là me bouleverse, c'est tout ce qui me navre... devoir avoir peur de la police simplement parce que nos origines sont différentes est la pire des horreurs à vivre. J'espère que vous saurez vous débarrasser de cette crainte si injustifiée.je vous embrase,Michel

Maryse 12/01/2007 21:41

Réflexion interessante...Bruckner resitue bien les choses, souvent...j'ai pour ma part beaucoup apprécié "la tentation de l'innoncence" et "l'euphorie perpétuelle"C. Bravo est une gourdasse vulgaire, j'en ai une piètre opinion, elle ne va pas remonter dans mon estime !

Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog