Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le blog de Michel Giliberti

Le temps a sa version des souvenirs, le mien aime les embellir… voici, une fois encore, quelques sourires, rires, regards, visages d'amitié et autres miettes tunisiennes qui font le festin de mes yeux… sans jamais provoquer la moindre somnolence.


Deux sourires dans une oasis de Tozeur..



  Un autre dans celle de Douz...


L'Amie...



  La vieille route qui mène à ma ville natale Menzel Bourguiba... et ses surprises...


 Moez, je ne le présente plus...


Medhi, pas davantage...



Une adorable peluche découverte aux ports puniques...

Published by Michel Giliberti - - Tunisie

commentaires

Johnny 27/03/2009 12:29

Medhi, quel sourire! Magnifique photo!

Michel Giliberti 27/03/2009 17:29


Rien à ajouter... :o)

Michel


Chris-Tian Vidal 15/03/2009 20:37

Le portait de "l'Amie" me fait penser aux oeuvres de Guibert. Elle est superbe cette photographie. Superbe ! Chris.

Michel Giliberti 15/03/2009 21:50



Merci Christian...
De toutes mes photos, celle-ci est ma préférée.
Rien n'était prévu. J'ai demandé à Jalila et sa nièce de ne pas bouger et très vite je suis parti chercher mon appareil chez moi, à quelques mètres. Aussitôt revenu, j'ai fait ce cliché de façon
précipitée. Deux photos seulement ; deux angles différents. Une minute. J'aime quand ça se passe comme ça. Après on a eu le fou rire.

 @ bientôt Christian,

Michel



Chris-Tian Vidal 15/03/2009 20:35

Moez, je me souviens de l'avoir contemplé en ton blog. Il est très beau. Tous ces visages sont beaux et leurs yeux si expressifs. Des bisous, mon Michel. Chris.

Michel Giliberti 15/03/2009 21:51


Merci pour lui, Christian,
 @ bientôt,

Michel


bellelurette 13/03/2009 22:18

Mon cher Michel, je t'aime tendrement.

Michel Giliberti 14/03/2009 08:28


Moi aussi Belle Belurette.

Michel


bellelurette 13/03/2009 20:00

Je suis émue de ta réponse. Vraiment.Et je sais quand tu dis vrai ou quand tu réponds simplement par sympathie.Car tu es "affable". Tu réponds à tous les commentaires avec des mots gentils.Il est vrai que ceux qui commentent chez toi t'aiment et te porte aux louanges. "Dieu ce que c'est beau ce qu'il fait.."Ils ne savent pas quels affres tu subis avant de créer.Et oui, sur un blog, on montre le meilleur...J'aimerais bien que l'on se rencontre, que tu fasses des photos de moi, avec mes cils blonds,  presque blancs maintenant, que tu joues avec la lumière et que tu me dises : "là c'est bon" et clic dans la boîte. Comme je viens de faire devant le miroir...Tiens, je vais te raconter une histoire de mon enfance. J'étais vraiment très très jeune, du style trois ou quatre ans, je ne ne sais plus les souvenirs sont vagues.(Feue) ma mère prenait le train pour venir me voir.Elle m'aimait, me serrait fort dans ses bras, me disait : "Ah mon petit cochon", discutait avec mes parents nourissiers de l'époque et redisparaissait pour choper le train qui la ramènerait chez elle.Ensuite, j'entendais des bribes de phrases auxquelles je ne comprenais rien.... ou presque. Comme quoi je n'étais qu'un cochon.Les années passant, je me suis expliquée avec ma mère. Elle aimait mes cils blonds et l'expression "tu es mon petit cochon", je l'ai comprise. Cela n'avait rien de péjoratif, mais aux yeux des personnes qui me gardaient à l'époque, traîter une enfant de la sorte, cela pouvait être sujet à polémique."Quoi, elle traîte son enfant de cochon" c'est une honte, bla bli et bla bla. Tu comprends bien qu'à l'époque, je ne comprenais rien à rien et ne savait même pas que j'avais les cils blonds !!!!!Maintenant, j'ai de moins en moins de cils, les sourcils presque blancs, la mine patibulaire et du poil au menton.(Feue) ma grand-mère m'avait prévenue..Oh ma chère mère-grand.Elle qui m'a tant appris.Mais je ne vais pas m'étendre ici, cela n'est qu'un commentaire.

Michel Giliberti 13/03/2009 21:54




Moi aussi Bellurette, j'ai été ému...
Je réponds aimablement aux commentaires parce qu’ils sont souvent aimables et que je les lis consciencieusement... je n'ai pas toujours envie de montrer ma seule face aimable, car je serais bien
anormalement humain si je n'avais en moi que des bons côtés et tu le sais bien... mais j'aime profondément les êtres, rien ne me touche davantage que leurs confessions, alors autant garder pour
soi ses amertumes.
Cette bribe de confidence sur ton enfance est si émouvante, si profonde ; c’est tellement une histoire de petite fille toujours là, intacte malgré l'âge que je suis très touché que tu l'aies
livrée ici dans les commentaires, comme s’il n'y avait personne pour la lire ou peut-être parce qu'il y a ceux qui peuvent la lire.
Ce petit cochon me va droit au cœur, car il donne toute la dimension de l'enfance où les mots ne sont pas toujours interprétés comme il le faudrait, ou tout simplement pas encore
interprétables...
Cette dimension magique recèle toutes les merveilles et tous les anachronismes qui font que nous sommes à la fois debout et couchés, forts et faibles, construits et détruits…
Je suis certain que j’aimerais photographier tes cils blonds, c’est évident, car il y a en toi tant de profondeur gommée par l’humour que je n’y verrai pas « un petit cochon », mais bien la soie
de ces poils de cochon qui servent souvent à confectionner mes pinceaux… tout se rejoint, tout est pareil et l’enfance est un merveilleux berceau de souvenirs (même si parfois ils sont douloureux
et nous encombrent).
 Je t’embrasse Bellurette et je cours me coucher… pour rêver tranquillement en terre d’enfance.
 @ bientôt

Michel



bellelurette 13/03/2009 17:14

J'aime bien la troisième photo. Si pudique et impudique à la fois. Cette dame qui a dû enfanter moultes fois, et qui doit faire le couscous comme personne. Et cette gamine qui pose, avec toute la tendresse qu'elle a pour cette vieille... juste pour la photo. Mais elle l'aime quand même, en vrai.Il n'y a aucun doute, l'éducation, la vraie, passe par les femmes.Nous commençons à vivre dans leur ventre, bien abrités des tracas quotidiens et quand le moment est venu, nous surgissons.La mère nous accueille. Vérifie que nous avons bien cinq doigts aux mains et aux pieds. Nous prend dans ses bras et un océan d'amour l'envahit. Elle pleure d'amour.Puis pendant quelques semaines, elle a le blues. Autour d'elle, il n'y en a que pour le bébé et rien pour elle. Elle se sent vide. C'est le "babyblues".Elle se rattrape en nourrissant son bébé au sein. Moment de fusion.Elle et lui peuvent faire la transition.Moment très délicat.C'est bon le sein, c'est chaud et l'enfant, grandissant, commence à faire ses quenottes.Ouille fait la mère, tout en l'ayant déjà habitué à quelques soupes de légumes.Ouille fait l'enfant car il lui faut grandir, et grandir il ne peut pas aller contre, c'est sa nature.Dès lors, il est partagé entre grandir et rester dans le cocon. Il grandit malgré lui-même ! Et vite en plus.A un an il marche. Vive la découverte de tous les objets interdits. Il touche ici, va par là, met tout à la bouche et cavale dans tous les sens.La mère surveille.Avec son instinct naturel, elle sait ce qui est bon ou pas.Le père rentre du boulot, exténué, fait risette à l'enfant....Je te passe les détails.

Michel Giliberti 13/03/2009 17:33



Comme ce que tu dis des mères est beau, Bellurette, ! ça me touche beaucoup.
C'est très vrai... très observé. Figure-toi que cette photo est ma préférée aussi. Cette femme représente ma famille en Tunisie. C’est une sœur. Je l’adore. Je ne sais plus me passer d’elle. Elle
m’a ouvert toutes les portes. Là, sur ce cliché, elle se repose de son boulot, mais en fait, elle est très coquette et travaille à la télévision tunisienne.
Je suis vraiment heureux que tu aimes cette photo.

@ bientôt Bellurette, je t’embrasse affectueusement

Michel



Loren 12/03/2009 22:29

Pour vous
 Projet d’art postal  « Une bouteille à la mer » (mail art)
Et
 Projet d’installation d’une oeuvre rencontre « Une bouteille à la mer »Une « oeuvre rencontre » est l’idée d'un partage simple, d’une possible rencontre à travers la création. En chacun de nous sommeille un créateur, son expression singulière est riche. Qu’une œuvre d’un artiste connu voisine avec celle d'un enfant ou d'un peintre amateur.... Que chacun ait une place...Chacun apporte son maillon créatif à une oeuvre collective cohérente.
Pour en savoir +
http://bouteille.a.la.mer.over-blog.com/

Michel Giliberti 13/03/2009 07:51


C'est très amusant. j'ai été voir votre site. je n'ai pas le temps hélas de me déplacer sur Lyon à cette époque de l'année, mais merci d'avoir pensé à moi et à bien d'autres pour cette oeuvre
collective.
 @ bientôt,

Michel


François 12/03/2009 21:57

Le bonheur existe donc sur terre...Votre objectif l'a rencontré...Merci de partager ces miettes... ces pépites ?Plein d'amitiéFrançois

Michel Giliberti 13/03/2009 07:55


Merci François... je crois que le bonheur se trouve où l'on décide de l'installer... et heureusement, sinon, il serait àla portée du moindre GPS et il n'y aurait plus de charme.
 @ bientôt...

Michel


Joëlle 12/03/2009 11:44

Bonjour MichelJe venais faire une petite halte chez toi...  toujours le même plaisir dans la découverte, les sourires de ton pays de coeur et les couleurs de tes mots.Je t'embrasse

Michel Giliberti 12/03/2009 15:09


Merci Joëlle d'être passée par là... Oui, ça ne change pas trop par ici...
 @ bientôt

Michel


Nath 12/03/2009 06:52

Les souvenirs, bons ou moins bons mais sur les lesquels ont s'appuit toujours pour avancer...Ici tout est si paisible...

Michel Giliberti 12/03/2009 15:17


Ici tout est paisible aussi Nath, même le temps s'est radouci, c'est dire...
 @ bientôt,

Michel


Jj 12/03/2009 06:52

très belles photos sépia de ta Tunisie natale, ça fait rêver avant de partir au boulot, merci !Bonne journée,Jj

Michel Giliberti 12/03/2009 15:18


Si je peux te faire rêver avant d'aller au boulot... que demander de plus ! Mais une bonne grève génerale serait à souhaiter :o)

@ bientôt,

Michel


Le blog de Michel Giliberti

Mon travail d'artiste peintre, d'auteur et de photographe...

Hébergé par Overblog